VOIR
LES FILMS PAR :

programme
horaire
titre
pays
focus 2006
télécharger le
PDF du catalogue

 

 


Reinas (Queens)


Manuel Gomez Pereira | Espagne | 2005 | 35mm | 107 min | v.o. espagnole | s-t. a

Trois jours à Madrid, quatre mariages gais (potentiellement), cinq belles-mères (éventuellement) – et pas un enterrement en vue ! La vedette argentine Betiana Blum et une brochette de diplômées de ...

l’école Almodovar (Verónica Forqué, Carmen Maura, Marisa Paredes et Mercedes Sampietro) reprennent leurs rôles de femmes fougueuses et féroces sur le bord de la crise de nerfs qui ont révolutionné le cinéma espagnol. Les futurs beaux-parents passent en revue leurs méthodes de fréquentation et de copulation devant leur pauvre progéniture, alors que les ennemis deviennent amis et que des attirances inusitées s’éveillent tout au long de ce désopilant quadrille. Pendant ce temps, les superbes fiancés, aux prises avec un trac grandissant à l’approche du grand jour, voient leurs relations mises en péril par le mauvais comportement de leurs parents. Et Marilina finira-t-elle jamais par retrouver son chemin ? Le réalisateur Manuel Gómez Pereira fait équipe avec le scénariste Joaquin Oristrell (réalisateur du film de fermeture de l’an dernier, Inconscientes) pour livrer un autre mélodrame espagnol délicieusement queer – avec quelque chose d’Amores Perros en prime ! Célébration exubérante du droit au mariage gai durement obtenu en Espagne, Reinas explore habilement les notions de classe et les préjugés dans cette comédie de mœurs et de grabuge prénuptial. Une bande sonore entraînante et des flash-back anarchiques font de Reinas un film spectaculaire et une ouverture exquise à la 19e édition d’image+nation.

Également dans ce programme: The Saddest Boy in the World
jeudi 16 nov_20h00 | pgm01 | imperial
 

 


The Saddest Boy in the World


Jamie Travis | Canada | 2006 | 35mm | 14 min | v.o. anglaise

Timothy Higgins, neuf ans, éternel dernier choix de l’équipe, sans amis et pris au piège dans la pire fête d’anniversaire qu’il ait jamais vécue, est le garçon le plus triste ...

au monde – mais il prépare un suicide spectaculaire. Un court métrage remarquable d’un réalisateur canadien à surveiller.

Également dans ce programme: Reinas (Queens)
jeudi 16 nov_20h00 | pgm01 | imperial
 

 


Little Fish


Rowan Woods | Australie | 2005 | 35mm | 114 min | v.o. anglaise

Comment réapprendre à aimer lorsque les douleurs du passé n’en finissent plus de ressurgir ? Aux côtés d’une extraordinaire distribution, comprenant notamment Hugo Weaving, Sam Neill et Dustin Nguyen, l’éblouissante ...

Cate Blanchett incarne avec une grande vulnérabilité une ex-toxicomane qui essaie de refaire sa vie. Little Fish raconte l’histoire de Tracy Heart (Blanchett), qui vit avec sa mère intransigeante dans une banlieue de Sydney appelée Little Saigon. Elle travaille dans un club vidéo et rêve d’ouvrir son propre café Internet. Toutefois, il lui est impossible d’obtenir un prêt bancaire en raison de son passé. En même temps, elle s’occupe de son beau-père, Lionel (Weaving, époustouflant), une ex-vedette de football aux prises avec un problème de drogue qui vient de se faire couper les vivres par son fournisseur et amant occasionnel, le caïd local Bradley « the Jockey » Thompson (Neill, sinistre). Mais l’univers déjà fragile de Tracy bascule lorsque Jonny (Nguyen), son ex-petit ami, revient en ville afin de faire « un dernier coup », et recrute dans sa bande Ray (Martin Henderson), le frère unijambiste de Tracy. La mise en scène racée du film crée une ambiance prenante, quasi irréelle, qui contraste avec le réalisme souvent sordide des situations. D’une grande densité narrative, à la fois élégant et brutal, Little Fish compose le portrait bouleversant d’une jeune femme brisée qui se bat pour échapper à son passé.
vendredi 17 nov_17h00 | pgm02 | imperial
 

 


Eating Out 2: Sloppy Seconds


Phillip Bartell | États-Unis | 2006 | vidéo | 80 min | v.o. anglaise

Eating Out Eating Out 2: Sloppy Seconds – qui est probablement le premier film de série gai – est aussi drôlement irrévérencieux que son prédécesseur, Eating Out (image+nation 17), mais ...

un soupçon plus grivois. Jusqu’où iriez-vous pour séduire la personne de vos rêves ? Dans Eating Out, Kyle (Jim Verraros) convainquait son coloc hétéro de faire semblant d’être gai pour séduire une fille. Cette fois-ci, avec l’aide de Gwen (Emily Brooke Hands) et de Tiffani (Rebekah Kochan), Kyle se prétend hététro pour décrocher Troy (Marco Dapper), le nouveau venu du quartier – qui pose nu pour gagner sa vie –, pour finalement atterrir dans un groupe de soutien pour ex-gais et se trouver une petite amie ! L’ancien copain de Kyle, Marc (Brett Chukerman), est horrifié par ce stratagème et décide d’utiliser sa propre tactique flamboyante pour se rapprocher d’un Troy dépassé par les événements. Qui gagnera son cœur ? Dans un monde où tous les rôles sont interchangeables, les enjeux sont très élevés, les frontières sexuelles anéanties, et la réponse qui vous est donnée n’est jamais celle à laquelle vous vous attendiez !

Également dans ce programme: Available Men
vendredi 17 nov_19h30 | pgm03 | imperial
 

 


Available Men


David Dean Botrell | États-Unis | 2005 | vidéo | 15 min | v.o. anglaise

La mince frontière entre une sortie galante et un rendez-vous d’affaires est illustrée avec humour lorsque quatre habitants de L.A. se rencontrent dans un bar. ...



Également dans ce programme: Eating Out 2: Sloppy Seconds
vendredi 17 nov_19h30 | pgm03 | imperial
 

 


The Masseur (Masahista)


Brillante Mendoza | Philippines | 2005 | 35mm | 80 min | v.o. tagalog | s-t. a

Les limites entre salon funéraire et salon de massage s’estompent graduellement pour Iliac, un masseur érotique de vingt ans (beau et sculptural Coco Martin) aux prises avec toutes sortes de ...

crises autant à la maison que dans sa vie privée. Iliac travaille au salon de massage pour hommes Maharlika, à Manille ; c’est là qu’un soir tranquille, il rencontre Alfredo (Allan Paule, qu’on a vu dans Macho Dancer), un auteur de romans de gare calculateur, manipulateur et radin. Peu de temps après, Iliac rentre chez lui pour assister aux funérailles de son père, homme alcoolique et immoral, et faire face aux relations complexes et tendues qui secouent sa famille. Pendant qu’alternent les images de corps au travail et au repos, la quête d’Iliac pour une relation sérieuse avec Alfredo commence à ressembler dangereusement à la non-relation qu’il avait avec son père. Iliac peut-il utiliser son charme, son innocence feinte et sa beauté pour attirer l’amour qu’il souhaite si désespérément ? Ce film primé n’est pas sans rappeler le territoire exploré par Lino Brocka dans Macho Dancer. Ici, dans ce chef-d’œuvre sexy et troublant, Brillane Mendoza examine avec finesse comment l’amour et le sexe sont vite commercialisés, et comment la pauvreté matérielle et spirituelle limite les personnes dans leurs choix. – BP

Également dans ce programme: Still
vendredi 17 nov_21h30 | pgm04 | imperial
 

 


Still


Lucky Kuswandi | Indonésie | 2005 | vidéo | 15 min | sans dialogue

Visuellement hypnotique, Still raconte l’expérience déterminante vécue par un jeune homme qui s’enfuit de la maison familiale. Le film dépeint avec éloquence l’univers matériel et émotionnel d’une âme troublée qui ...

chemine graduellement vers la découverte de soi, l’acceptation et l’ouverture aux autres.

Également dans ce programme: The Masseur (Masahista)
vendredi 17 nov_21h30 | pgm04 | imperial
 

 


Hedwig and the Angry Inch


John Cameron Mitchell | États-Unis | 2000 | 35mm | 88 min | v.o. anglaise

D’abord créé au théâtre à New York, où il a remporté un succès phénoménal off-Broadway, Hedwig and the Angry Inch raconte l’histoire d’une chanteuse rock « internationalement méconnue » et ...

de sa quête d’amour et de succès. Né garçon et élevé en Allemagne de l’Est par une mère qui lui raconte un jour, tendrement, l’histoire de l’origine de l’amour, Hedwig – qui s’appelait alors Hansel –, arrivé à l’âge adulte, se soumet à contrecœur à une chirurgie de changement de sexe dans le but d’épouser un G.I. américain et de traverser le mur de Berlin. Or, l’opération est bâclée et Hedwig se retrouve seule avec son petit « pouce en colère », abandonnée dans un trou perdu du Kansas. Elle décide alors de former un groupe rock et rencontre le jeune Tommy Gnosis (Michael Pitt, dans le rôle qui l’a fait connaître), qui devient une énorme star grâce à ses conseils puis l’abandonne à son tour après lui avoir dérobé ses chansons. Pendant que Tommy remplit les stades, Hedwig et son groupe, The Angry Inch, se produisent dans des centres commerciaux et des buffets-restaurants à moitié vides devant une poignée d’inconditionnels. C’est ainsi qu’Hedwig raconte l’histoire de sa vie en chansons, en essayant de capitaliser sur la célébrité dont elle jouit dans les journaux à potins à titre d’ex-petite amie d’une vedette rock. Contre toute attente et malgré sa triste situation, elle réussit à réaliser son rêve et à découvrir l’origine de l’amour. Digne rival du Rocky Horror Picture Show au panthéon des films cultes gais, cette phénoménale comédie musicale est le premier film de John Cameron Mitchell, qui signe également le scénario en plus d’interpréter le rôle d’Hedwig de façon saisissante.
vendredi 17 nov_23h30 | pgm05 | imperial
 

 


Guess Who I Saw Today?


Abe Sylvia | États-Unis | 2006 | vidéo | 4 min | v.o. anglaise

Une femme raconte à son mari une rencontre inattendue dans ce film musical illustrant les réalités d’un mariage inhibé. ...



Également dans ce programme: Cabaret
samedi 18 nov_12h30 | pgm06 | imperial
 

 


Cabaret


Bob Fosse | États-Unis | 1972 | 35mm | 124 min | v.o. anglaise

Le rideau se lève sur le Kit Kat Club de Berlin, en 1931, dans cette comédie musicale multi-oscarisée intitulée Cabaret. Sur fond de déclin de la République de Weimar et ...

de montée du nazisme, Sally Bowles (Liza Minelli, éblouissante et pétillante), actrice en devenir, rencontre Brian Roberts (le beau Michael York), prof d’anglais original, et il naît immédiatement entre eux une amitié « étrange et extraordinaire ». Sally fait ensuite la connaissance de l’extravagant Maximilien von Heune (le fougueux Helmut Griem). Brian (non sans réserves) et Sally (sans aucune réserve) sont ensorcelés par Max, dans une Allemagne hypnotisée par un maître illusionniste aux sombres desseins. Brian et Sally pourront-ils naviguer à travers leurs ambiguïtés affectives, morales et sexuelles de manière à éviter de troquer une prison pour une autre ? Préparez-vous à être à nouveau séduits dans tous les sens par ce descendant de La mélodie du bonheur – mais avec beaucoup plus de drogue et d’alcool – et par les chansons bien rythmées dont il est parsemé, dont les fameuses Mein Herr et Money, Money. Bob Fosse, véritable légende de Broadway dont les chorégraphies typiquement empreintes de cynisme et de sensualité continuent d’influencer bien du monde, de Madonna à Rob Marshall (Chicago), signe cette adaptation musicale du mémoire de Christopher Isherwood (Goodbye to Berlin). Plongez dans la décadence divine, les aventures amoureuses hors de l’ordinaire et l’incroyable légèreté d’être Brian et Sally en cette époque, la nôtre, on ne peut plus conservatrice. Bienvenue au cabaret ! – BP

Également dans ce programme: Guess Who I Saw Today?
samedi 18 nov_12h30 | pgm06 | imperial
 

 


The Romance of Transgression_PANEL


table ronde _panel discussion | Canada | 2006 | | 90 min | anglais

image+nation 19 est fier de présenter « Nation et transgression », un colloque d’une durée d’une journée qui marquera le lancement du plus récent ouvrage de Thomas Waugh, intitulé The ...

Romance of Transgression in Canada: Queering Cinemas, Nations, Sexualities. Un véritable cadeau tant pour les étudiants en cinéma que pour les amoureux du septième art (et les esprits pervers ?). Ce colloque à ne pas manquer, qui aura lieu le samedi 18 novembre au cinéma de Sève (Université Concordia), s’ouvrira avec une discussion en table ronde sur le thème de La transgression dans les cinémas LGBT canadien et québécois, une occasion sans précédent de réfléchir à la notion de transgression – passée et présente – dans le cinéma LGBT, tant au Canada qu’au Québec. Les invités comptent parmi les personnalités les plus intéressantes du milieu des arts vidéographique et cinématographique LGBT au Canada. Suivra une présentation vidéo de Tom Waugh intitulée L’amour dans les lieux d’aisances : le sexe dans les toilettes publiques dans le cinéma canadien. La journée se terminera en beauté par le lancement officiel du livre de Tom Waugh. Par cet événement du plus grand intérêt, nous espérons encourager les discussions et les échanges d’idées entre participants invités et membres de l’auditoire, afin d’explorer et de célébrer certains des thèmes prédominants et distinctifs qui se dégagent de la vidéo et du cinéma LGBT canadiens et québécois, des débuts jusqu’à aujourd’hui. Discussion en table ronde : Transgression in Canadian and Québec Queer Cinemas (ouvert à tous) Invités : John Greyson, Toronto (Les feluette, Lillies) Patricia Rozema, Toronto (I've Heard the Mermaids Singing, When Night is Falling) Michel Langlois, Montréal (Cap Tourmente, Le fil cassé) Anne Golden, Montréal (Big Girl Town) Dayna McLeod, Montréal (How to Fake an Orgasm) Animé par Chantal Nadeau (professeur, Université Concordia) OUVERT À TOUS
samedi 18 nov_13h00 | pgm07 | de sève
 

 


The Romance of Transgression_VIDEO PRESENTATION


présentation vidéo_video talk | Canada | 2006 | | 90 min | anglais

“Love in the Place of Excrement: Toilet Sex in Canadian Cinemas” - présentation vidéo de Thomas Waugh | Urinal, œuvre légendaire de John Greyson, porte sur les toilettes publiques et ...

sur les activités sexuelles qui s’y déroulent. On y aborde l’histoire, les règles tacites et les mythes qui se rattachent à ces actes illicites ainsi que la répression dont ils font l’objet et les craintes qu’ils suscitent. Mais en examinant la production anglo-canadienne et québécoise, on constate qu’il ne s’agit pas du seul film ou vidéo portant sur le sujet. En effet, depuis les années 1970, on peut dire que les ébats sexuels dans les toilettes publiques constituent une obsession nationale chez les vidéastes et cinéastes gais et moins gais, tant chez les hommes que chez les femmes. Pourquoi ? Comment ? Qui ? Pour répondre à ces interrogations, Thomas Waugh présentera une conférence amplement illustrée d’une série d’extraits parmi les plus jouissants du répertoire canadien et québécois en la matière. Non sans humour, Waugh fera une chronologie et une analyse de cette obsession subversive à l’aide d’extraits d’œuvres de plusieurs vidéastes et cinéastes dont Midi Onodera, John Greyson et Bruce LaBruce, afin de faire la lumière sur les mythes et les phantasmes qui traversent la culture des lieux d’aisance de notre grande nation. | Suivi du cocktail de lancement du livre. BIENVENUE À TOUS
samedi 18 nov_15h00 | pgm08 | de sève
 

 


Vacationland


Todd Verow | États-Unis | 2005 | vidéo | 104 min | v.o. anglaise

« Vacationland », c’est la devise que l’on peut lire sur les plaques d’immatriculation de l’État du Maine. C’est aussi le titre du dernier film de Todd Verow – qui ...

avait aussi réalisé le très mémorable Frisk (image+nation 8) –, dans lequel il nous fait découvrir des visages du Maine insoupçonnés des touristes. L’action se déroule à Bangor, au milieu des années 1980. S’inspirant de sa propre adolescence, Verow nous raconte le récit d’un amour gai entre deux étudiants du secondaire, Joe (Brad Hallowell), qui rêve de faire les beaux-arts et son meilleur ami Andrew (Gregory J. Lucas), vedette de l’équipe de football. Joe tente petit à petit de sortir du placard, alors qu’Andrew est encore plus straight que le pape. Ils ont tous les deux une petite amie, mais la façade commence à s’effriter. Malheureux chez lui, Joe emménage avec un homme gai d’âge mûr et devient son aidant et son modèle d’artiste. Les garçons continuent de faire comme s’ils étaient hétéros en public jusqu’à ce que leurs petites amies décident qu’il est temps que les deux garçons fassent meilleure connaissance l’un de l’autre. Ces derniers ne tardent pas à donner un tout nouveau sens à l’expression « meilleurs amis ». À mesure que leur relation évolue, ils explorent la scène gaie locale où le passé ne tarde pas à refaire surface. Connu pour ses films incendiaires, Verow nous présente, dans Vacationland, un côté plus personnel et plus tendre de son esthétique. Les scènes des premiers ébats amoureux entre Joe et Andrew sont filmées avec beaucoup de délicatesse et rendent bien compte de la tension et du fougueux désir que seul un premier amour peut susciter. Gâterie facile à digérer, Vacationland est l’histoire courte et touchante d’une amitié qui devient passion à l’aube de la vie adulte.
samedi 18 nov_15h00 | pgm09 | imperial
 

 


Combat


Patrick Carpentier | Belgique | 2006 | vidéo | 56 min | v.o. française | s.-t. a

Deux hommes vont dans la forêt pour se battre. Les deux amants sont tour à tour brutaux et tendres. Ils frappent pour faire mal. Et ils le font volontairement et ...

avec passion. Mais personne ne sort vainqueur de ces combats. Le réalisateur primé Patrick Carpentier nous fait pénétrer dans les profondeurs d’une relation tout aussi érotique qu’elle est troublante et qui nous amène à nous demander jusqu’où nous serions prêts à aller pour vivre une passion jusqu’au bout. Est-il possible d’aller au bout du désir ? Comment pouvons-nous nous laisser aller dans ce monde où l’on nous apprend à ne pas nous laisser bousculer ? À quel moment douleur et plaisir ne font-ils plus qu’un ? Combat est plus que tout un film qui traite de la peur d’être abandonné et de ce que nous faisons pour éviter d’être seul, quel que soit le prix à payer. Lauréat plus tôt cette année du prix spécial du jury au Festival international du film de Berlin, Combat est une œuvre percutante et provocatrice qui surprendra le spectateur autant qu’elle le ravira.

Également dans ce programme: Where We Began
samedi 18 nov_17h30 | pgm10 | imperial
 

 


Where We Began


Marc Saltarelli | États-Unis | 2006 | vidéo | 15 min | v.o. anglaise

Souvenirs doux-amers et douloureuses réalités s’entrechoquent lorsque Timothy et Christian se donnent rendez-vous sur les lieux de leur première rencontre. ...



Également dans ce programme: Combat
samedi 18 nov_17h30 | pgm10 | imperial
 

 


Loving Annabelle


Katherine Brooks | États-Unis | 2005 | 35mm | 80 min | v.o. anglaise

La jeune Annabelle, beauté saisissante au tempérament rebelle, a le malheur d’être la fille de la sénatrice Tilman, qui craint que son exubérante progéniture ne nuise à sa carrière politique. ...

Annabelle se voit donc abandonnée dans une succession de couvents, le dernier en date étant l’école Saint Theresa, où enseigne Simone Bradley, une jeune et mystérieuse professeure de littérature. Aussitôt, une profonde attirance naît entre les deux femmes, que Simone tente au départ de nier. Entre-temps, la directrice de l’école, sœur Immaculata, craint que l’impétueuse Annabelle ne constitue un mauvais exemple pour les autres élèves et ordonne à Simone de surveiller de près sa jeune protégée. À mesure qu’étudiante et professeure s’abandonnent à leur irrésistible passion, Simone se voit forcée de faire des choix qui pourraient bouleverser sa vie. C’est alors qu’une étudiante du couvent découvre cet amour secret et commet une trahison qui déclenchera une série d’événements irréversibles. L’amour que les deux femmes éprouvent l’une pour l’autre sera-t-il plus fort que les pressions exercées par les préjugés de la société ? Hommage moderne à Jeunes filles en uniforme, le film de Katherine Brooks investit résolument des zones que le classique des années 1930 ne faisait que suggérer, abordant avec compassion le tabou qui frappe les relations entre étudiante et professeure. Porté par une somptueuse et fluide cinématographie et un jeu convainquant des deux actrices principales, Loving Annabelle explore brillamment les méandres de ces situations vertigineuses où l’amour est plus fort que tout.

Également dans ce programme: Can You Take It?
samedi 18 nov_19h30 | pgm11 | imperial
 

 


Can You Take It?


Justine Morris | Grande-Bretagne | 2005 | vidéo | 20 min | v.o. anglaise

Une jeune fille se sent envahie par la confusion et la solitude lorsqu’elle se rend compte qu’elle est différente des autres. Un très beau petit film triste. ...



Également dans ce programme: Loving Annabelle
samedi 18 nov_19h30 | pgm11 | imperial
 

 


Boy Culture


Q. Allan Brocka | États-Unis | 2006 | vidéo | 88 min | v.o. anglaise

Peu de choses sont plus démoralisantes qu’un jeune gai blasé. C’est le cas de X, le bel héros du dernier film de Q. Allan Brocka (Eating Out, image+nation 17). Prostitué ...

gai expérimenté, X est le parfait professionnel : il est ouvert à presque n’importe quoi pour de l’argent et tout aussi fermé en affaires sentimentales. Mais, au fond, il n’a pas renoncé à l’amour et au désir ; son coloc Andrew, beau comme un dieu et en partie sorti du placard, l’excite et le trouble à son insu, alors qu’un troisième coloc, l’ado Joey, dissimule mal le béguin qu’il a pour lui. Il y a suffisamment de tension dans l’air pour donner du piquant à la vie, mais trop de réelles possibilités pour que X fasse un pas. Dans ce tourbillon de testostérone, le monde de X se trouve à nouveau ébranlé lorsqu’il rencontre un nouveau client, Gregory, homme plus âgé et raffiné, qui semble s’intéresser davantage à l’esprit et aux dilemmes de X qu’à ses services professionnels. Très vite, X a l’impression de pouvoir visualiser différents aspects de lui-même : le jeune homme rempli d’espoir, le gai qui commence à s’affirmer et l’homme qu’il pourrait devenir, heureux d’avoir aimé, perdu et vécu sa vie. L’amour de X pour Andrew est bientôt remplacé par une chose plus tendre et vulnérable et, bien sûr, plus effrayante. Adaptant avec brio un scénario percutant de Philip Pierce, Brocka déploie une gamme admirable de moyens, alliant ironie, pathos et sex-appeal pour frapper de plein fouet la boy culture.

Également dans ce programme: Disposable
samedi 18 nov_21h30 | pgm12 | imperial
 

 


Disposable


Jo Gell & Robyn Paterson | Nouvelle Zélande/É.U | 2006 | vidéo | 8 min | v.o. anglaise

Tourné en une journée avec les 24,99 $ qu’il en coûte pour acheter une caméra vidéo jetable, ce court métrage innovateur et d’une beauté exceptionnelle aborde la question de l’amour-marchandise ...

dans notre culture axée sur la consommation.

Également dans ce programme: Boy Culture
samedi 18 nov_21h30 | pgm12 | imperial
 

 


The Line of beauty


Saul Dibb | Grande-Bretagne | 2006 | vidéo | 180 min | v.o. anglaise

Couvrant quatre extraordinaires années fertiles en drames et en perturbations et campé dans le Londres des années 1980, The Line of Beauty raconte une histoire où s’entremêlent amour, classe, sexe ...

et argent et où sont mises à nu les répercussions du thatchérisme. Se déroulant à l’époque des deux élections de la décennie qui ont reporté au pouvoir Margaret Thatcher et son gouvernement conservateur, cette série en trois parties de la BBC suit le périple de Nick Guest au cœur du monde merveilleux et séduisant du gratin social. Jeune diplômé aux moyens modestes, Nick aménage à Notting Hill, dans la mansarde attenante à la résidence des Fedden : le député conservateur Gerald, sa riche épouse Rachel et leur deux enfants, Toby – l’idole de Nick quand il étudiait à Oxford – et Catherine, toujours en guerre contre sa famille. Durant son séjour, Nick s’adonne à tous les excès qui ont marqué ces retentissantes années. Pendant qu’il goûte à l’euphorie des soirées de la haute société, qu’il passe des vacances en France et noue des liaisons amoureuses secrètes (d’abord avec un jeune commis noir puis avec un millionnaire libanais), Nick est témoin de scandales politiques, de la duperie du régime, de l’hypocrisie ambiante et de l’arrivée tragique du sida. Adaptation du scénariste Andrew Davies (Tipping the Velvet, image+nation 16) du roman primé d’Alan Hollinghurst, The Line of Beauty relate un passage à l’âge adulte riche en textures, accompagné d’un commentaire social troublant sur une cruelle décennie.
dimanche 19 nov_13h00 | pgm13 | imperial
 

 


Flirting with Anthony


Christian Calson | États-Unis | 2006 | vidéo | 88 min | v.o. anglaise

Préparez-vous à parcourir des yeux un monde empreint d’hyper violence et d’amour gai rude. Anthony est un ancien criminel qui vit une soi-disant relation heureuse avec Donna, sa soi-disant copine, ...

et le jeune frère gai de celle-ci. À la mort de son père, avec qui elle avait coupé les ponts, Donna demande à Anthony de venir avec elle dans sa ville natale. En route, ils croisent un éventail étrange de personnages : un voyant compatissant, un pervers qui n’a rien dans le ventre, une ou deux prostituées, une tenancière de motel complètement éclatée, un travelo en panne et un évangéliste détraqué. Comme si ce n’était pas assez, le passé d’Anthony refait surface à un moment inattendu quand Jack, qui l’avait un jour sauvé d’un massacre certain aux mains de voyous, se met à le poursuivre à travers le pays. Anthony trouvera-t-il enfin l’amour ou une fin sanglante ? Jouxtant des techniques propres au cinéma expérimental et au cinéma grand public, Flirting With Anthony est un parcours en montagnes russes multi-genre, d’abord film d’horreur, puis film d’errance loufoque et enfin film sentimental. Dans cette œuvre où abondent sexe, violence et émotions, Calson remet en question les frontières de ce que nous appelons le cinéma gai, proposant un stimulant défi aux spectateurs.

Également dans ce programme: Shades of Grey
dimanche 19 nov_17h00 | pgm14 | imperial
 

 


Shades of Grey


John Cleland | États-Unis | 2006 | vidéo | 14 min | v.o. anglaise

Lorsque son amant est victime d’un crime haineux, un jeune homme décide de se charger lui-même de faire justice. Un film sur l’ambiguïté morale face à la violence. ...



Également dans ce programme: Flirting with Anthony
dimanche 19 nov_17h00 | pgm14 | imperial
 

 


Colma: The Musical


Richard Wong | États-Unis | 2006 | vidéo | 119 min | v.o. anglaise

Colma: The Musical est un fabuleux déploiement de chant et de danse qui ranime un genre pratiquement exsangue au terme des excès hollywoodiens que l’on sait. Communauté dortoir de San ...

Francisco, Colma est un « terrain vague » banlieusard typique, croupissant dans la brume et l’ennui, où habitent trois copains du secondaire récemment diplômés : Maribel (L.A. Renigen), qui ne pense qu’à se faire baiser, Billy (Jake Moreno), qui n’arrive pas à oublier son ex, et Rodel (H.P. Mendoza), qui accepte mal sa sexualité naissante et qui est coincé dans une famille qu’il ferait mieux de fuir. Heureux ou malheureux, chacun des amis chante à s’en arracher le cœur (le film présente treize pièces musicales originales de Mendoza). Le réalisateur Richard Wong infuse une sorte de jubilation à cette histoire de jeunes gens aux prises avec l’approche de l’âge adulte, tout en conférant à Colma elle-même, avec sa brume, ses cimetières et sa jeunesse mécontente une ambiance visuelle unique. Le film déborde d’un charme étrange et d’observations ironiques, et comporte des moments de sagesse. Follement amusant, il regorge de chansons pratiquement irrésistibles. « Un plaisir vertigineux, inattendu : il y a plus d’intelligence, d’énergie et d’imagination dans n’importe quelle image du réalisateur Richard Wong et dans la musique originale du compositeur et vedette H.P. Mendoza que dans une décennie complète de vaines tentatives hollywoodiennes de ranimer le genre. » – Scott Foundas, LA Weekly

Également dans ce programme: Crazy
dimanche 19 nov_19h00 | pgm15 | imperial
 

 


Crazy


Cam Bush | Canada | 2005 | vidéo | 3 min | v.o. anglaise

L’archétype du cow-boy solitaire est à la fois endossé et déconstruit dans ce court métrage infusé de l’esprit de Patsy Cline. ...



Également dans ce programme: Colma: The Musical
dimanche 19 nov_19h00 | pgm15 | imperial
 

 


Park


Kurt Voelker | États-Unis | 2006 | vidéo | 86 min | v.o. anglaise

William Baldwin, Ricki Lake, Cheri Oteri et une distribution regorgeant de personnages tous plus loufoques les uns que les autres s’entrecroisent et se heurtent dans ce désopilant film de Kurt ...

Voelker, où un revirement n’attend pas l’autre. Lors d’une journée comme les autres, à l’heure du lunch, une musicienne suicidaire, un toiletteur pour chiens éconduit, deux nudistes, un mari infidèle et une lesbienne en devenir ainsi que d’autres personnages à la recherche du bonheur voient leurs destins se croiser dans un parc municipal perché dans les hauteurs entourant la ville de Los Angeles. Certains d’entre eux trouveront l’amour alors que d’autres perdront l’être cher, et d’autres encore se rendront compte qu’ils aiment la mauvaise personne. Sexe, douleurs (psychologiques et autres), révélations fracassantes et vengeance se succèdent dans cette comédie où tous les coups sont permis qui se moque allègrement de la vie un peu folle des habitants de la Ville des anges.

Également dans ce programme: Patriotic
dimanche 19 nov_21h30 | pgm16 | imperial
 

 


Patriotic


Lièvre & Nemerofsky Ramsay | Canada/France | 2005 | vidéo | 5 min | v.o. anglaise

Le langage de la lutte anti-terroriste prend une forme inattendue dans ce séduisant vidéo de propagande se déployant au rythme d’une chanson de Céline Dion. ...



Également dans ce programme: Park
dimanche 19 nov_21h30 | pgm16 | imperial
 

 


Shabnam Mousi


Yogesh Bhardwaj | Indie | 2005 | 35mm | 150 min | v.o. hindi | s-t. a

Après la mort de sa mère de clan Halima (Vijay Raaz, radieuse) dans un accident insensé, Shabnam (Ashutosh Rana, extrêmement convaincante) est accusée de meurtre par le vilain Amma (Vishwajeet ...

Pradhan), le chef du clan, et se voit forcée de fuir le seul foyer qu’elle ait jamais connu – une communauté de hijras (eunuques) – pour rejoindre un petit village de Madhya Pradesh contrôlé par le malveillant politicien Ratan Babu (rôle finement campé par Govind Namdeo). Vinod (Ashok Samarth, sinistre), le rival de Babu, encourage une Shabnam hésitante à se présenter à sa place aux élections. Shabnam pourra-t-elle tirer parti de ses considérables ressources et de ses expériences en matière de trahison et de préjugés pour naviguer ce terrain politique faustien truffé de mines qui pourraient bien lui exploser à la figure… et en même temps trouver le temps de participer à des numéros de chant et de danse bollywoodiens qui donnent irrésistiblement envie de fredonner (même s’ils sont tout à fait kitsch) ? Inspiré de l’histoire vraie de la première hijra élue députée en Inde, ce film courageux de Yogesh Bhardwaj trace le portrait vibrant et compatissant d’une société méconnue en pleine transition, en même temps qu’il reflète avec élégance les enjeux et les nuances de la réalité de ses membres. Alliant habilement les impératifs mélodramatiques d’un film à succès bollywoodien à un scénario émouvant et poétique, Shabnam Mousi rend compte du pouvoir grandissant des hijras, qui n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1994.
lundi 20 nov_14h00 | pgm17 | imperial
 

 


Love Life


Damion Dietz | États-Unis | 2006 | vidéo | 72 min | v.o. anglaise

Joe et Mary Hahn projettent l’image du couple américain parfait. Conjoints dévoués et bienveillants jouissant non seulement d’une belle demeure mais aussi d’une sécurité financière totale, ils sont confiants que ...

leur mariage durera toujours. Un petit problème se pose cependant : ils sont gays tous les deux. Joe embauche un nouveau (et très sexy) jardinier, déniché dans les petites annonces d’un magazine gay ;, il passe également ses après-midi à draguer dans le parc. Craignant de perdre l’héritage de sa mère, Mary est tellement enfoncée dans le placard qu’elle a réussi à se convaincre qu’il n’y a rien de mal à son étroit parcours hétéro. Si tromper les autres est relativement facile, il n’en demeure pas moins que la façade commence à se fissurer. Cette captivante étude de personnages signée Damion Dietz (Neverland, image+nation 16) fait voir deux personnes incapables, semble-t-il, de faire face à la vérité de leurs existences. Malgré leur constant déni, la réalité remonte sans cesse à la surface. À la fois sympathique et impitoyable, le film expose les peurs les plus profondes des deux protagonistes tout en soulevant plusieurs questions délicates. Pendant qu’ils sont aux prises avec la pression sociale et la peur du coming out, le plaisir nous est offert de les voir se débarrasser de leurs frustrations au lit – avec leurs amant et amante gays, bien entendu.
lundi 20 nov_17h00 | pgm18 | imperial
 

 


Enough Man


Luke Woodward | États-Unis | 2005 | vidéo | 61 min | v.o. anglaise

Les films sérieux sur la dysphorie de genre, les hormones et les opérations pour changer de sexe vous ennuient ? Vous en avez marre des transgenrés célibataires, propres et sans ...

vie sexuelle qui meurent ou finissent leur vie dans la solitude ? Une vraie vie (sexuelle) est-elle possible après une transition ? Dans Enough Man (en ligne directe avec Alley of the Trannyboys, succès controversé et révolutionnaire de 1998 réalisé par Christopher Lee et J. Zapapta) de Luke Woodward, neuf transhommes et leurs partenaires s’abandonnent avec intelligence et frénésie. Explicites et parfois crues, leurs pratiques sexuelles intimes sont mises en lumière au fil de commentaires francs sur l’état actuel du corps politique, le polyamour, la polysexualité et les relations en général, de même que sur la vie, la liberté et la recherche du bonheur. Le plus frappant, ce sont les scènes érotiques inventives entre les transhommes et leurs partenaires, qui prennent tous corps et âme plaisir l’un à l’autre. Transpornomentaire à nul autre pareil, Enough Man frappe dans le mille avec une armada d’artistes queer/trans hip-hop/rap craquants – Juha, Katastrophe, Lisa Jackson et Scarletto –, qui évoquent en musique, en rythmes et en chansons énergiques le transcorps électrique. Êtes-vous assez viril pour Enough Man ? – BP

Également dans ce programme: Wrong Bathroom
lundi 20 nov_17h00 | pgm19 | onf
 

 


Wrong Bathroom


Shani Heckman | États-Unis | 2005 | vidéo | 11 min | v.o. anglaise

Ce documentaire original nous propose une exploration inusitée de l’univers des toilettes publiques, en compagnie de plusieurs personnes qui sont loin de ressembler aux pictogrammes ornant les portes de ces ...

lieux.

Également dans ce programme: Enough Man
lundi 20 nov_17h00 | pgm19 | onf
 

 


Shock to the System: A Donald Strachey Mystery


Ron Oliver | États-Unis | 2006 | vidéo | 91 min | v.o. anglaise

Dans Shock to the System, le détective Donald Strachey (rôle que le bourreau des cœurs Chad Allen reprend avec bonheur) plonge dans les eaux troubles d’une thérapie de conversion, mélange ...

pervers de préjugés, de psychologie et de religion prôné par un médecin du nom de Trevor Cornell (Michael Woods), qui prétend pouvoir convertir les gais et les lesbiennes en hétéros. Comme dans Third Man Out (image+nation 18), la tension monte lorsque Strachey doit défendre quelqu’un dont les convictions politiques heurtent sa sensibilité gaie fortement empreinte de fierté. Habilement épaulé par Tim Callahan (un Sebastian Spence baraqué), son époux dévoué, et par un « chef de bureau » zélé (l’adorable Nelson Wong), Strachey enquête sur le soi-disant suicide d’un client, malgré les protestations de son supérieur, le détective Bailey (Daryl Shuttleworth), un être crédule, homophobe et paresseux. Notre détective doit repousser un essaim de jeunes suspects sexy, affronter une riche mondaine (rôle inhabituel et inspiré pour Morgan Fairchild) qui cache quelques secrets, tout en faisant face à un passé pas très net. L’adaptation somptueuse du polar de Richard Stevenson signée par le réalisateur Ron Oliver fait brillamment suite au succès remporté l’année dernière au festival. Les interprètes convaincants sont ici au service d’un scénario relevé, livrant un solide film de détective où les questions gaies et lesbiennes sont traitées de manière inédite.
lundi 20 nov_19h00 | pgm20 | imperial
 

 


Rugburn


Trevor Anderson | Canada | 2005 | vidéo | 13 min | v.o. anglaise

Certaines choses sont plus douloureuses qu’elles le devraient. Un jeune peintre trouve le courage de contacter l’agence de recouvrement qui le harcèle depuis des mois et fait une rencontre plus ...

personnelle que prévu.

Également dans ce programme: Another Gay Movie
lundi 20 nov_21h00 | pgm21 | imperial
 

 


Another Gay Movie


Todd Stephens | États-Unis | 2006 | 35mm | 90 min | v.o. anglaise

Réjouissante version gaie du très populaire film d’ados American Pie, Another Gay Movie est une comédie effrontée remplie de jolis garçons où se succèdent une multitude de blagues pas très ...

politiquement correctes. Un groupe de garçons qui terminent leurs études secondaires cherchent à tout prix à perdre leur virginité avant d’entrer au collège. L’athlétique Jarod, le studieux Griff, le flamboyant Nico encore caché dans le placard et le typiquement Américain Andy Wilson demandent conseil, pour mener leur projet à terme, à la très vulgaire Muffler, véritable gourou lesbien. Mais au bout de toutes sortes de tentatives désastreuses impliquant des travelos intoxiqués, des procédés d’allongement du pénis, des séances de ligotage filmées sur webcaméra, des surdoses de GHB et l’irruption de parents un peu trop curieux, les choses prennent une tournure inattendue. Le scénariste et réalisateur Todd Stephens (Edge of Seventeen, image+nation 11 et Gypsy 83, image+nation 15) cherchait à créer le « film le plus gai jamais réalisé », et on peut dire sans l’ombre d’un doute qu’il a réussi ! Le film comporte en prime une série d’amusantes apparitions de plusieurs vedettes gaies fort appréciées (dont Scott Thompson, Graham Norton et Darryl Stephens). Et comme si tout ça n’était pas suffisant, on a droit à une chanson thème originale, interprétée par Nancy Sinatra !

Également dans ce programme: Rugburn
lundi 20 nov_21h00 | pgm21 | imperial
 

 


Boy I Am


Sam Feder | États-Unis | 2006 | vidéo | 81 min | v.o. anglaise

La bonne vieille relation entre butch et femme a-t-elle encore de l’avenir dans ce monde en perpétuelle transition ? Les techniques hormonales et chirurgicales coûteuses font-elles l’homme ? Une transition ...

signifie-t-elle automatiquement une adhésion au patriarcat ? Comment interpréter la véritable explosion de transsexualité, de femme à homme, dans les communautés LGBT d’Amérique du Nord ? Boy I Am reflète la présence et le pouvoir croissants du « T » dans LGBT, bien que ce développement récent ne se traduise pas nécessairement en acceptation et en compréhension. Le documentaire accompagne Keegan, Nicco et Norie, un trio de New-Yorkais provenant d’horizons variés, qui nous parlent de leurs inquiétudes et de leurs espoirs quant à leurs transitions imminentes, tout en tentant de faire un choix éclairé parmi différentes options hormonales et chirurgicales. Activistes et universitaires prennent position dans cette bataille des sexes, parlant de politiques communautaires et de relations interpersonnelles qui pourraient devenir source de discorde. Ce long métrage de Sam Feder et Julie Hollar examine le vertigineux éventail de choix permettant d’exprimer la « masculinité féminine ». Mettant en vedette la superstar académique Judith « Jack » Halberstam, d’une ardeur touchante mais souvent mystifiante, et Carmen Vazquez, directrice exécutive adjointe d’Empire State Pride Agenda, Boy I Am pose un regard perspicace et provocant sur les eaux troubles des théories actuelles sur les genres et les sexes.
lundi 20 nov_21h00 | pgm22 | onf
 

 


Stray Cats (Pusang gala)


Ellen Ongkeko-Marfil | Philippines | 2006 | 35mm | 115 min | v.o. tagalog | s.-t. a

Dans ce drame audacieux en provenance des Philippines, la fiction s’inspire du réel alors qu’un concierge auteur de romans puise dans la vie de sa locataire fag hag pour élaborer ...

ses intrigues. Boyet (Ricky Davao) et Marta (Irma Adlawan) ont plus qu’un mur en commun : tous deux attendent un engagement de la part de l’homme de leur vie, tous deux sont éprouvés et tous deux sont d’éternels optimistes dotés d’un appétit solide pour l’amour et d’une imagination fertile ! Et ils ont trouvé chez l’un et l’autre une famille unique qui inclut le fils adoptif de Boyet, Jojo (AlChris Galura), ancien voleur à la petite semaine, et son amant manipulateur qui vit à son crochet, Dom (le beau Lauren Novero). Directrice de publicité apparemment indépendante et émancipée, Marta se trouve entre-temps à attendre que son délicieux petit ami Steve (Reggie Curley) cesse ses enfantillages. S’étant mérité le prestigieux prix de 10 000 $ pour le meilleur premier long métrage remis par Frameline, le célèbre festival de San Francisco, Ellen Ongkeko-Marfil est reconnue pour avoir ranimé l’industrie du cinéma philippin pratiquement du jour au lendemain. Avec de nombreuses scènes érotiques captivantes et de beaux moments de tendresse, Stray Cats juxtapose le rêve et la réalité d’une manière à la fois troublante et inspirante qui permet à Boyet et à Marta d’aller bien au-delà des stéréotypes.
mardi 21 nov_17h00 | pgm23 | imperial
 

 


Camp Out


L. Grimaldi & K. Marcolina | États-Unis | 2005 | vidéo | 78 min | v.o. anglaise

Excursions en canot, chansons entonnées en chœur, spectacles amateurs et feux de camps sous les étoiles sont toutes des choses que les jeunes s’attendent à trouver au camp de vacances. ...

Et le camp dont il est question ici offre tout ça… et un peu plus. Faites connaissance avec les dix premiers campeurs du seul et unique (au monde, probablement) camp biblique pour jeunes gais. Oui, vous avez bien lu : un CAMP BIBLIQUE GAI ! S’y révèlent et s’y déroulent, comme dans tous les camps de vacances, toutes sortes de drames personnels. Dans ce documentaire qui n’a pas froid aux yeux, vous entendrez Scancy, bisexuelle gothique aux cheveux violets, Jesse, le beau gars timide du groupe qui n’en peut plus d’être l’objet de l’affection de tous, Christine, hyperactive solitaire obsédée par Elvis, Tim, toxicomane réhabilité mais souvent déprimé qui apprend à sortir de sa coquille, et Thomas, pieux jeune homme qui récite ses prières tous les jours et excelle en danse moderne. Le Naming Project Camp a été créé par le pasteur Jay, un homme ouvertement gai dont l’ordination, par l’église luthérienne du Minnesota, a donné lieu à une controverse nationale, et une poignée d’autres chrétiens gais qui n’en pouvaient plus de « voir des jeunes LGBT se suicider ». Camp Out nous montre comment les jeunes campeurs ont dû sortir du placard non seulement en tant que gais, mais aussi en tant que chrétiens. Que vous soyez croyant et pratiquant ou que vous ne vouliez rien savoir de la religion, la question que pose le jeune Thomas au début du film ne vous laissera pas indifférent : « Et si nous avions tous tort – et si nous allions tous en enfer ?
mardi 21 nov_17h00 | pgm24 | onf
 

 


Eighteen


Richard Bell | Canada | 2005 | 35mm | 90 min | v.o. anglaise

Dans cet étonnant deuxième long métrage du cinéaste canadien Richard Bell, un adolescent malheureux et blasé découvre le tumultueux passé gai de son grand-père. Ayant accompli des merveilles avec des ...

miettes de pain dans son film Two Brothers (un succès à image+nation 14), Bell poursuit sur sa lancée (au moyen d’un budget plus élevé) avec l’histoire de Pip (Paul Anthony), un adolescent sans abri. À son dix-huitième anniversaire, Pip reçoit une cassette vidéo léguée par son grand-père. Ce dernier (Brendan Fletcher, avec la voix d’Ian McKellen) y relate l’histoire du jour de ses dix-huit ans, alors qu’il était poursuivi par les forces allemandes dans la forêt française, soutenant un camarade mourant (Mark Hildreth). À l’écoute de ce récit qui fait écho à sa propre vie, Pip s’ouvre à lui-même et s’engage dans une profonde réflexion personnelle. Au cours de ce cheminement, il rencontre Along Clark (Clarence Sponagle), un prostitué gai avec qui, étonnamment, il se liera d’amitié, et Jenny (Carly Pope), une travailleuse sociale en devenir qui tente Pip avec ses beaux sentiments et l’idée d’une vie de famille. Pip forge également une relation basée sur la confiance avec un prêtre de l’endroit (Alan Cumming), à qui il confie son plus grand secret : la mort de son frère et le geste haineux de son père qui a mené à cette issue fatidique. Fusion de forces et de genres – passé et présent, guerre et paix, comédie et tragédie –, Eighteen ratisse large avec confiance et intégrité. S’il est vrai que la guerre se livre sur plusieurs fronts, il y aura toujours, heureusement, des moments de trêve.

Également dans ce programme: The Bridge
mardi 21 nov_19h15 | pgm25 | imperial
 

 


The Bridge


George Barbakadze | Australie | 2006 | vidéo | 8 min | v.o. anglaise

Dans ce court métrage primé, un couple gai qui a fui son pays pour échapper aux persécutions cherche à obtenir le visa qui lui ouvrira les portes de l’avenir. ...



Également dans ce programme: Eighteen
mardi 21 nov_19h15 | pgm25 | imperial
 

 


Good Boys (Yeladim tovim)


Yair Hochner | Israel | 2005 | vidéo | 75 min | v.o. hébreuse | s.-t. a

Dans ce vibrant film israélien, deux jeunes prostitués passent une nuit ensemble et découvrent une intimité qu’ils n’ont jamais connue dans leur travail. Âgé de dix-sept ans et amateur de ...

cinéma et de musique, Meni fait le trottoir à Tel Aviv, tout comme Tal. Un soir, un client voyeur engage les deux garçons pour qu’ils baisent ensemble. Assez simple, non ? Mais l’expérience s’avère plus qu’une simple passe : elle éveille des sentiments chez Meni et Tal. Les garçons décident de se revoir le lendemain, mais cette rencontre ne sera pas sans difficultés. Sexy et indéniablement profond, Good Boys a été écrit et réalisé par Yair Hochner, professeur de cinéma et critique pour le site Web israélien « Seret », consacré au septième art. Sa passion pour le cinéma se sent dans chaque sequence, où abondent les clins d’œil à Jean-Luc Godard (Vivre sa vie), à Gus Van Sant (My Own Private Idaho), à Catherine Breillat et même à John Waters (avis aux amateurs de Waters : la mère adoptive de Meni est une prostituée transsexuelle, jouée avec un brio kitsch par la diva israélienne Gila Goldstein). Avec les performances senties de sa merveilleuse distribution, son scénario convaincant et sa réalisation sublime, Good Boys laisse croire qu’Hochner pourrait bientôt partager la table des auteurs qu’il admire.

Également dans ce programme: Vaguement romantique
mardi 21 nov_21h30 | pgm26 | imperial
 

 


Vaguement romantique


Sébastien Gauthier | Canada | 2005 | vidéo | 20 min | v.o. fr / ang | s.-t. a

Meilleurs amis et colocataires, Agathe et Alexandre partagent tout. Mais à la suite d’une soirée d’anniversaire bien arrosée, ils finiront par partager un peu trop de choses. Un joli et ...

séduisant petit film où les limites de l’amitié sont mises à l’épreuve sous l’effet d’un généreux cocktail d’aventure, de sexe et d’amour.

Également dans ce programme: Good Boys (Yeladim tovim)
mardi 21 nov_21h30 | pgm26 | imperial
 

  LOCAL HéROS
mardi 21 nov_21h00 | pgm27 | onf

 


Derniers mots


Joe Balass | Canada | 2006 | 35mm | 8 min | v.o. française | s.-t. a

Dans ce drame doux-amer de Joe Balass, qui n’en est pas à sa première présence au festival, un jeune homme est transporté à l’hôpital en ambulance, ses amis à ses ...

côtés. Mais si la belle gueule de l’ambulancier paramédical contribue quelque peu à alléger la tension du moment, les jeunes gens ne tardent pas à comprendre que le temps du dernier au revoir est arrivé.

Également dans ce programme: Fragments de mémoire, In Deep Skin, It Takes 2 to Tango, Lyne â la pêche, Ken's Closet, Pretty, Gay, and Available, Vaguement romantique
 

 


Fragments de mémoire


Denis Lévesque-Huberdeau | Canada | 2006 | vidéo | 14 min | v.o. française

Dans ce film-collage expérimental à teneur autobiographique, l’artiste fait un survol de sa vie afin de mieux comprendre le présent à partir de documents visuels en provenance de différentes sources. ...



Également dans ce programme: Derniers mots, In Deep Skin, It Takes 2 to Tango, Lyne â la pêche, Ken's Closet, Pretty, Gay, and Available, Vaguement romantique
 

 


In Deep Skin


Juana Awad & Jorge Lozano | Canada | 2004 | vidéo | 6 min | v.o. espagnole | s.-t.a

Dans ce somptueux film, image et voix se fondent pour créer un superbe paysage visuel sur le thème de l’exploration de soi. ...



Également dans ce programme: Derniers mots, Fragments de mémoire, It Takes 2 to Tango, Lyne â la pêche, Ken's Closet, Pretty, Gay, and Available, Vaguement romantique
 

 


It Takes 2 to Tango


Miriam Ginestier | Canada | 2005 | vidéo | 12 min | sans dialogue

Fanny Nipplebottom, notre charmante héroïne silencieuse, passe une audition pour le moins difficile dans cet adorable petit film muet. ...



Également dans ce programme: Derniers mots, Fragments de mémoire, In Deep Skin, Lyne â la pêche, Ken's Closet, Pretty, Gay, and Available, Vaguement romantique
 

 


Lyne â la pêche


Petunia Alves | Canada | 2006 | vidéo | 3 min | v.o. française

Lyne invite ses amies à souper, et c’est là que l’aventure commence… ...



Également dans ce programme: Derniers mots, Fragments de mémoire, In Deep Skin, It Takes 2 to Tango, Ken's Closet, Pretty, Gay, and Available, Vaguement romantique
 

 


Ken's Closet


Jackie Gallant & Dayna McLeod | Canada | 2006 | vidéo | 3 min | v.o. anglaise

Une animation singulière et drôle concoctée par deux artistes fort appréciées du festival. ...



Également dans ce programme: Derniers mots, Fragments de mémoire, In Deep Skin, It Takes 2 to Tango, Lyne â la pêche, Pretty, Gay, and Available, Vaguement romantique
 

 


Pretty, Gay, and Available


Chris Johnson | Canada | 2005 | vidéo | 16 min | v.o. anglaise

Après avoir fait connaissance sur Internet, Paul et David se donnent rendez-vous en personne. Au bout d’une nuit, l’un choisit l’acceptation, et l’autre la répression. ...



Également dans ce programme: Derniers mots, Fragments de mémoire, In Deep Skin, It Takes 2 to Tango, Lyne â la pêche, Ken's Closet, Vaguement romantique
 

 


Vaguement romantique


Sébastien Gauthier | Canada | 2005 | vidéo | 20 min | v.o. fr / ang | s-t. a

Meilleurs amis et colocataires, Agathe et Alexandre partagent tout. Mais à la suite d’une soirée d’anniversaire bien arrosée, ils finiront par partager un peu trop de choses. Un joli et ...

séduisant petit film où les limites de l’amitié sont mises à l’épreuve sous l’effet d’un généreux cocktail d’aventure, de sexe et d’amour.

Également dans ce programme: Derniers mots, Fragments de mémoire, In Deep Skin, It Takes 2 to Tango, Lyne â la pêche, Ken's Closet, Pretty, Gay, and Available
 

 


Ma saison super 8


Franck Guérin | France | 2005 | vidéo | 74 min | v.o. française

Paris, début des années 1970. Après l’échec de son comité pédérastique dans la Sorbonne occupée de mai 68, Marc, un jeune étudiant, vit tant bien que mal sa condition d’homosexuel. ...

En même temps, Julie, sa meilleure amie, s’implique de plus en plus dans la cause féministe et cherche à nouer le dialogue avec la classe ouvrière. Face à une société répressive, les deux amis vont affronter de nombreux défis jusqu’à parvenir à se libérer des interdits hétéro-flics grâce à l’union inédite de deux combats : celui des homos et celui des femmes. En effet, une improbable émission de radio consacrée au problème de l’homosexualité va déchaîner les passions et marquer le début d’une inoubliable aventure politique et sexuelle… Librement inspiré de l’histoire du FHAR, le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire, et dédié à ses deux leaders, Françoise d’Eaubonne et Guy Hocquenghem, Ma saison super 8 constitue un témoignage émouvant d’un moment important de l’histoire française contemporaine.

Également dans ce programme: Jean Genet in Chicago
mercredi 22 nov_17h00 | pgm28 | imperial
 

 


Jean Genet in Chicago


Frédéric Moffet | Canada/ÉU | 2006 | vidéo | 26 min | v.o. anglaise

Une version gaie des événements survenus lors du congrès démocrate de 1968, racontée du point de vue de l’écrivain français Jean Genet. ...



Également dans ce programme: Ma saison super 8
mercredi 22 nov_17h00 | pgm28 | imperial
 

 


Transparent


Jules Rosskam | États-Unis | 2005 | vidéo | 61 min | v.o. anglaise

« Tout le monde autour de moi doit faire la transition. » Cette citation résume à elle seul l’exploration sensible et touchante que fait le film des préoccupations et questions ...

qui surgissent lorsque les mamans deviennent des papas. TransParent nous présente dix-neuf remarquables parents transgenrés de femmes à hommes, provenant de classes, d’horizons ethniques et régionaux variés qui ont donné naissance à leurs enfants à différentes étapes de leur transition. Acceptant les défis qui se posent aux parents avec courage et intelligence, ils parlent candidement des hauts et des bas d’une grossesse en période de transition, et expliquent en quoi le fait de devenir un homme influe sur leurs expériences de parents. À partir de ce qu’ils ont eux-mêmes vécu durant l’enfance, plusieurs sont déterminés à réinterpréter l’éducation basée sur les stéréotypes sexuels, à y résister, pour intervenir de manière créative et ponctuelle en tant que parents. Fascinant, extrêmement divertissant et éclairant, TransParent de Jules Rosskam examine ce que c’est que d’être parent : le fait d’être à la fois un père et une mère, les droits de garde, les relations familiales, la lutte contre les préjugés, les rôles sexués des parents, la reprise de contact avec les adultes et les enfants après la transition. Il pose également la question imparable : « De quel nom vous appelle votre enfant ? » Rosskam combine adroitement films de famille et séquences vidéo, offrant des entrevues révélatrices avec des personnes extraordinaires, pour brosser un portrait touchant et coloré qui va bien au-delà du bleu et du rose.

Également dans ce programme: Queer Spawn
mercredi 22 nov_17h00 | pgm29 | onf
 

 


Queer Spawn


Anna Buluda | États-Unis | 2005 | vidéo | 30 min | v.o. anglaise

Grandir avec des parents gais ou lesbiennes, ça ressemble à quoi ? De New York au Texas, de même que pendant la « semaine de la famille », à Provincetown, ...

des adolescents et leurs parents nous font part avec honnêteté de leurs expériences et de leurs réflexions.

Également dans ce programme: Transparent
mercredi 22 nov_17h00 | pgm29 | onf
 

 


Puccini For Beginners


Maria Maggenti | États-Unis | 2005 | 35mm | 81 min | v.o. anglaise

La réalisatrice du classique The Incredibly True Adventures of Two Girls in Love nous propose l’histoire hilarante d’une fille qui ne peut pas dire oui... à l’amour. La superbe Elizabeth ...

Reaser (The Family Stone) livre une fabuleuse performance dans le rôle d’Allegra, une lesbienne new-yorkaise fana d’opéra qui se décrit comme étant « narcissique, passive-agressive, égocentrique et incapable de communiquer ». Quand des problèmes d’engagement de la part d’Allegra conduisent sa petite amie dans les bras d’un rival, Allegra se trouve soudainement attirée par deux nouveaux amoureux : Philip (le savoureux Justin Kirk, vedette de Angels in America) et Grace (Gretchen Mol, The Notorious Betty Page). Avec un chœur délirant de chefs sushis et de badauds new-yorkais passant des commentaires caustiques sur la vie amoureuse d’Allegra, Puccini for Beginners est une véritable comédie, doublée d’une source de renseignements sur les nouvelles identités sexuelles et la quête de l’amour à New York. Lorsque Allegra supplie Philip de « respecter les frontières inhérentes qu’exige l’identité sexuelle », Philip refuse sagement, soulignant (avec la plus grande sincérité) que « l’amour n’a pas de frontières ». Ajoutez à cela des copains loufoques, des coïncidences tirées par les cheveux et un rythme dingue, et vous aurez la recette d’un nouveau classique lesbien. Pour lesbiennes, hasbiennes et la communauté gaie élargie, Puccini for Beginners innove en mettant à jour la sexualité gaie du xxie siècle.

Également dans ce programme: Succubus
mercredi 22 nov_19h00 | pgm30 | imperial
 

 


Succubus


Allison Reid | Canada | 2006 | vidéo | 15 min | v.o. anglaise

Athéna et Lilith veulent un enfant qui serait l’heureuse combinaison de leurs deux bagages génétiques. Mais comme la science ne peut les aider à réaliser ce souhait, Lilith a recours ...

à l’impensable.

Également dans ce programme: Puccini For Beginners
mercredi 22 nov_19h00 | pgm30 | imperial
 

 


Whispering Moon (Das Flüstern des Mondes)


Michael Satzinger | Autriche | 2006 | vidéo | 97 min | v.o. allemande | s-t. a

Ludique, subversif et brillant, Whispering Moon est un film visuellement époustouflant, du jamais vu qui allie médiums, récits et peaux pour raconter une l’histoire sur l’art de raconter une histoire. ...

Jannis et son amant muet, Patrick, composent un duo de jeunes rebelles techno, habitant dans un avenir rapproché, un monde paranoïaque où abondent les thèses de complot. Ils installent des caméras de surveillance dans un cirque où ils soupçonnent qu’on élève des grenouilles venimeuses dans le but de tuer des politiciens. Le complot impliquerait-il Mo, jeune femme vivant au cirque et atteinte de xeroderma pigmentosum, ce qui l’oblige à vivre une vie nocturne pour éviter toute lumière ultraviolette ? Le plaisir de Whispering Moon réside dans la narration. Combinant cinéma traditionnel, vidéo numérique, images de synthèse et animation, le film permet au personnage principal d’interrompre l’action et de modifier l’histoire à son gré. Une vague d’images déferle, entraînant l’histoire dans de fascinantes nouvelles directions. Si le film est terriblement sexy (qui aurait pu se douter qu’une recette de yogourt serait à ce point émoustillante ?), il nous invite à réfléchir sur la nature des récits et sur notre besoin de les partager. Comme dit un personnage, « tout le monde aime se faire duper ».

Également dans ce programme: Maggots and Men
mercredi 22 nov_21h15 | pgm31 | imperial
 

 


Maggots and Men


Oakie Treadwell | États-Unis | 2006 | Betacam SP | 4 min | v.o. anglaise

Original à souhait et empreint d’une réjouissante anarchie des genres, ce drame historique sous forme de bande-annonce se déroulant dans la Russie de l’après-1917 vous en mettra plein la vue ...

!

Également dans ce programme: Whispering Moon (Das Flüstern des Mondes)
mercredi 22 nov_21h15 | pgm31 | imperial
 

 


Love Sick (Legaturi Bolnavicioase)


Tudor Giurgiu | Roumanie | 2006 | 35mm | 85 min | v.o. roumaine | s-t. a

Dans la ville polluée et stagnante de Bucarest, l’idéaliste et studieuse Alexandra (Ioana Barbu) rencontre la fragile et belle Kiki (Maria Popistasu, lauréate d’un prix BAFTA pour son rôle dans ...

la mini-série britannique Sex Traffic). Alors que l’amitié fébrile des deux étudiantes se transforme en passion dévorante, l’attachement ambigu de Kiki pour le lunatique et vulnérable Sandu (interprété par Tudor Chirils avec une rare intensité) devient de plus en plus inquiétant. Alexandra et Kiki quittent alors Bucarest et passent un été idyllique dans le hameau natal d’Alexandra. Lors de débats philosophiques sur les différents type d’amour qui s’étirent jusqu’au petit matin, elles examinent avec douceur et finesse la confiance qu’elles ont en leur relation, mais l’irruption violente de Sandu vient menacer la stabilité de cet amour naissant. Love Sick est le premier film lesbien à émerger de Roumanie. Le réalisateur Tudor Giurgiu oppose idéalisme et réalité, modernité et tradition, simplicité rurale et urbanité pour raconter, à travers l’histoire d’un premier amour, le passage à l’âge adulte de son pays. Lecture osée du succès critique de la romancière roumaine Cecilia Stefanescu, ce deuxième film controversé de Giurgiu explore avec aplomb un triangle amoureux complexe, laissant au public le soin de tirer ses propres conclusions.

Également dans ce programme: What Don't You Understand About I'm Leaving Again?
mercredi 22 nov_21h00 | pgm32 | onf
 

 


What Don't You Understand About I'm Leaving Again?


A L Kazymerchyk | Canada | 2005 | vidéo | 5 min | v.o. anglaise

 >`on tout sauf linéaire sur ces situations intenables où l’on se trouve coincé entre la lâcheté et la conviction. Une œuvre qui donne subtilement à réfléchir à celles et ceux ...

qui sont incapables de se décider à rester ou à partir.

Également dans ce programme: Love Sick (Legaturi Bolnavicioase)
mercredi 22 nov_21h00 | pgm32 | onf
 

 


Adam and Eve (Adán y Eva)


Iván Avila Dueñas | Mexique | 2004 | 35mm | 100 min | v.o. espagnole | s-t. a

Dans la version traditionnelle de l’histoire, Adam et Ève sont chassés du Paradis pour avoir mangé le fruit de l’arbre de la science du bien et du mal, mais pas ...

le fruit de l’arbre de la vie. Adam and Eve recrée l’histoire d’une autre façon en imaginant q’Adam et Ève ont été condamnés à la vie éternelle. L’idée – horrible – d’une vie qui ne prendrait jamais fin a déjà été explorée, bien sûr. Pensons aux toujours populaires films de vampire, par exemple. Malgré leur côté glam-rock, les vampires n’en sont pas moins des « non-morts ». Dans le cas d’Adam et Ève, ils ne sont pas tant des « non-morts » que des « ne seront jamais morts », et la banalité de leur existence les tue. Leur manque d’intérêt total à l’endroit du monde a un côté émouvant. Quand débute l’histoire, ils vivent une vie dans laquelle des rôles leur ont été assignés en fonction de leur sexe. Ève est une prostituée qui est complètement insensibilisée aux volées de coups qu’elle encaisse et à la torture qu’elle subit tandis qu’Adam baise à gauche et à droite sans éprouver la moindre satisfaction. Le récit de ce duo (qui, même s’il est ensemble pour l’éternité, ou en raison de ce fait, ne forme aucunement un couple) finit par se doubler d’un nihilisme menaçant. En l’absence de contexte dans lequel situer leurs agissements intemporels, exploiter ou tuer quelqu’un ne sont rien de plus que de simples actions. Adam and Eve est en quelque sorte un miroir qui nous renvoie, à travers le négatif de l’immortalité, les conséquences à la fois morales, affectives et spirituelles de nos propres actions sur Terre. Émotionnellement exigeant, Adam and Eve est un film percutant qui, étonnamment peut-être, élève l’esprit.
jeudi 23 nov_17h00 | pgm33 | imperial
 

 


Paper Dolls (Bubot Niyar)


Tomer Heymann | Israel/Suisse | 2006 | 35mm | 80 min | v.o. hébreu/tagalog | s-t. a

Faites connaissance avec Chiqui, Cheska, Sally, Jan et Giorgio, un groupe d’immigrants remplis d’optimisme partis des Philippines pour s’installer à Tel Aviv, à la recherche d’une vie meilleure. Pendant la ...

journée, ils s’occupent de personnes âgées au sein d’une communauté juive orthodoxe traditionnelle et tissent des liens profonds avec les personnes dont ils prennent soin. Mais un soir par semaine, dans de petits bars de la ville, ils se transforment en véritables stars, les Paper Dolls. Très appréciés de la communauté philippine de la libérale Tel Aviv, ils ont toutefois des difficultés à faire accepter à la société en général leur penchant pour l’univers des robes et des paillettes. Ils essaient malgré tout de vivre heureux et libres au sein d’une collectivité qui les tolère à peine. Pris entre les cultures, les traditions et les genres, ils occupent des emplois dont la plupart des autres citoyens ne veulent pas. Ils font fréquemment l’objet de menaces racistes, sont souvent incompris par leurs voisins et risquent à tout moment la déportation. Mais nos courageuses divas trouvent toujours le moyen de mettre un peu de glamour dans leur vie.
jeudi 23 nov_17h00 | pgm34 | onf
 

 


Gas


Luciano Melchionna | Italie | 2006 | 35mm | 110 min | v.o. italienne | s-t. a

Récit en deux temps de meurtre et de vengeance, Gas a beaucoup en commun avec Orange mécanique, classique des années 1970, de par l’examen qu’il fait de la violence et ...

des manies poétiques auxquelles peuvent parfois mener l’ennui et un penchant pour la cruauté. Issus de milieux instables, six jeunes dans la vingtaine sont de véritables bombes à retardement que nous observons avec fascination s’enliser progressivement dans un incroyable bourbier moral. Ils choisissent d’innocentes victimes sur lesquelles ils vont déchaîner leur haine confuse au moyen d’une série de jeux sadiques et méchants. Luca, le nouveau venu qui s’interroge sur sa sexualité, rêve secrètement de vengeance. Mais Luca est-il un tueur ou un justicier ? La structure ludique du film n’est pas sans rappeler une époque audacieuse du cinéma où les personnages pouvaient être à la fois sexy et moralement corrompus, et où la possibilité de se racheter n’était pas nécessairement acquise. Le coscénariste et réalisateur Luciano Melchionna a adroitement créé un film qui suscite en nous moult questions sur les plans affectif et moral, et qui ne ménage pas nos émotions.

Également dans ce programme: Attack
jeudi 23 nov_19h00 | pgm35 | imperial
 

 


Attack


Timothy Smith | Grande Bretagne | 2005 | vidéo | 7 min | v.o. anglaise

Un skinhead néo-nazi est arrêté après avoir attaqué deux adolescents noirs, mais les choses ne sont peut-être pas aussi « noir et blanc » qu’elles paraissent... ...



Également dans ce programme: Gas
jeudi 23 nov_19h00 | pgm35 | imperial
 

 


Pick Up the Mic


Alex Hinton | États-Unis | 2005 | vidéo | 95 min | v.o. anglaise

Le hip-hop gai est beaucoup plus qu’un oxymore sophistiqué dans ce documentaire surprenant et trépidant sur le monde des rappeurs gais. Combinant des extraits fulgurants de spectacles et des entrevues ...

crues et révélatrices, le film saisit ce mouvement underground alors qu’il émerge sur la scène de la musique populaire, bousculant sur son passage le plus homophobe et misogyne des genres musicaux. Tourné sur une période de trois ans, Pick Up the Mic suit plus d’une douzaine d’artistes hip-hop contemporains parmi les plus en vue et issus de divers horizons ethniques et sexuels. On les voit en répétition, sur scène et dans la vie, mettant à nu leurs sentiments les plus viscéraux et intimes et leurs expériences en matière d’homophobie, abordant l’identité sexuelle et même le suicide par la musique hip-hop. Résonant bien au-delà de l’industrie de la musique et des communautés gaies, ce premier film d’Alex Hinton est plus qu’un document captivant sur une culture en pleine explosion ; il témoigne de ce désir universel d’exprimer et de dire haut et fort la passion et la douleur de son expérience personnelle.
jeudi 23 nov_21h30 | pgm36 | imperial
 

 


One Night Stand:Pour une nuit


Émilie Jouvet | France | 2006 | vidéo | 80 min | v.o. française | s-t. a

Quand on a des goûts particuliers, vaut mieux se mettre à cuisiner… Du moins, c’est la solution qu’a adoptée une jeune française queer, la réalisatrice et photographe Émilie Jouvet. Ses ...

goûts sauront bien vous impressionner ! Croquez à belles dents dans le film Pour une nuit : One-Night Stand, une œuvre sensuelle et inédite qui se distingue entre autres par le fait d’être le premier porno-artistique lesbo-trans fait en France. Pour une nuit : One Night Stand est composé de cinq scènes courtes et croustillantes, chacune racontant l’expérience d’un fantasme érotique créé et ensuite joué par deux participant-e-s. Les scènes se déroulent pourtant de façon naturelle, comme si la caméra n’y était même pas. Au menu, des pratiques sexuelles aussi diverses que la communauté queer elle-même. Genres, jeux et pratiques se rencontrent et se mélangent avec une énergie débridée et créent un étourdissant et délectable festin de sexe, de passion et de désir… enfin, un banquet porno-érotique et provocant qui vous laissera un délicieux goût dans la bouche.

Également dans ce programme: Transgender Express
jeudi 23 nov_21h00 | pgm37 | onf
 

 


Transgender Express


Laure Schwartz | Suisse | 2006 | vidéo | 11 min | v.o. française

La vidéaste se retrouve propulsée dans l’espace, en 2017, afin de réactiver un genre humain en voie d’extinction à la suite de la guerre du silicone qui ravagea la Terre ...

en 2008.

Également dans ce programme: One Night Stand:Pour une nuit
jeudi 23 nov_21h00 | pgm37 | onf
 

 


Little Fish


Rowan Woods | Australie | 2005 | 35mm | 114 min | v.o. anglaise

Comment réapprendre à aimer lorsque les douleurs du passé n’en finissent plus de ressurgir ? Aux côtés d’une extraordinaire distribution, comprenant notamment Hugo Weaving, Sam Neill et Dustin Nguyen, l’éblouissante ...

Cate Blanchett incarne avec une grande vulnérabilité une ex-toxicomane qui essaie de refaire sa vie. Little Fish raconte l’histoire de Tracy Heart (Blanchett), qui vit avec sa mère intransigeante dans une banlieue de Sydney appelée Little Saigon. Elle travaille dans un club vidéo et rêve d’ouvrir son propre café Internet. Toutefois, il lui est impossible d’obtenir un prêt bancaire en raison de son passé. En même temps, elle s’occupe de son beau-père, Lionel (Weaving, époustouflant), une ex-vedette de football aux prises avec un problème de drogue qui vient de se faire couper les vivres par son fournisseur et amant occasionnel, le caïd local Bradley « the Jockey » Thompson (Neill, sinistre). Mais l’univers déjà fragile de Tracy bascule lorsque Jonny (Nguyen), son ex-petit ami, revient en ville afin de faire « un dernier coup », et recrute dans sa bande Ray (Martin Henderson), le frère unijambiste de Tracy. La mise en scène racée du film crée une ambiance prenante, quasi irréelle, qui contraste avec le réalisme souvent sordide des situations. D’une grande densité narrative, à la fois élégant et brutal, Little Fish compose le portrait bouleversant d’une jeune femme brisée qui se bat pour échapper à son passé.
vendredi 24 nov_14h00 | pgm38 | imperial
 

 


Un jour d`été (A Summer Day)


Franck Guérin | France | 2006 | 35mm | 94 min | v.o. française | s-t. a

Quand un adolescent perd la vie en jouant bêtement au soccer, son meilleur ami s’insinue dans la famille éplorée et découvre peu à peu les secrets d’une communauté où la ...

douleur, le chagrin et l’envie sont tout près de la surface, dans ce premier film subtil, raffiné et complexe de Franck Guérin. Le très mignon Sébastien vit et travaille avec son père veuf, un mécanicien. Il est depuis longtemps ami avec Michael, jeune homme de bonne famille sûr de lui et impudent. Le duo fréquente parfois Francis, le fils affable du maire contesté. Tous les trois sont clairement en transition entre l’adolescence et l’âge adulte, tourmentés par des questions identitaires et sexuelles alors qu’ils discutent de leur avenir. Mais lorsque Michael meurt dans ce qui semblait au départ un accident bête, les ondes de choc vont au delà de la famille et des proches éplorés, provoquant une série de gestes troublants, posés par des gens aux prises avec le deuil, la culpabilité et la colère. Assurément le film qui sera le plus chaudement débattu cette année, Un jour d’été n’est pas votre film LGBT standard… Au fur et à mesure que surgissent les nombreux défis émotionnels, les frontières s’écroulent et les étiquettes disparaissent. Un must !
vendredi 24 nov_17h00 | pgm39 | imperial
 

 


Do I Look Fat?


Travis Mathews | États-Unis | 2005 | vidéo | 58 min | v.o. anglaise

Explorant l’effet d’un « petit mot lourd de sens » sur les bisexuels et les gais recherchant minceur ou corps musclés, ce documentaire candide sur l’image corporelle et les troubles ...

du comportement alimentaire tombe pile. En effet, on dispose d’un nombre grandissant de preuves établissant que les hommes gais souffrent de plus en plus de troubles alimentaires, souvent perçus comme un problème de femmes, et ce, dans une mesure disproportionnée comparativement aux hétéros. Si plusieurs causes (violence et blessures subies durant l’enfance, toxicomanie, difficultés d’affirmation sexuelle, homophobie et manque d’estime de soi) sont étudiées, aucune n’explique de manière concluante pourquoi l’image corporelle est devenue une composante obsessionnelle et oppressante de la culture gaie. Des conseillers et des thérapeutes encadrent sept courageux bisexuels et gais qui décrivent, avec humour et sagesse, leurs relations tordues avec l’image de leur corps et la nourriture, et leur peur d’être gros. Premier long métrage de Travis Mathews, qui a lui-même réussi à surmonter un problème semblable, Do I Look Fat? examine l’interrelation complexe entre différents facteurs personnels et sociétaux dans une communauté marginalisée. Comportant des séquences d’une intervention du groupe Gay Shame où l’on proteste contre le « fascisme corporel » et où des gais d’un certain âge assistent à une danse pour « geezers », le documentaire de Mathews rompt le silence autour de cet autre sujet controversé que doit affronter une communauté autrement reconnue pour sa lucidité devant l’adversité.

Également dans ce programme: Older
vendredi 24 nov_17h00 | pgm40 | onf
 

 


Older


Mark Chapman | Grande Bretagne | 2005 | vidéo | 9 min | v.o. anglaise

Un drame singulier et troublant sur une journée dans la vie d’un homme âgé et malade. ...



Également dans ce programme: Do I Look Fat?
vendredi 24 nov_17h00 | pgm40 | onf
 

 


Gypsies, Tramps & Thieves


Andrea Janakas | États-Unis | 2005 | 35mm | 22 min | v.o. anglaise

En 1979, dans une petite ville, lors d’une soirée d’hiver enneigée, deux adolescentes essaient de tromper leur ennui. Ce soir-là, les deux jeunes filles perdent leur innocence en même temps ...

qu’un pays tout entier. Même dans un coin reculé, on peut être au diapason du monde.

Également dans ce programme: Tan Lines
vendredi 24 nov_19h00 | pgm41 | imperial
 

 


Tan Lines


Ed Aldridge | Australie | 2006 | vidéo | 96 min | v.o. anglaise

« On dit de toi, Midget Hollows, que tu viens de l’océan. Prends soin de ta mère, Midget, c’est elle qui t’a sorti de l’eau et elle pourrait t’y retourner…» ...

C’est ainsi que commence l’histoire de Midget Hollows, adolescent, surfeur, fêtard, pervers. Midget et ses amis vivent l’existence par excellence du jeune surfeur et, maintenant que c’est le temps des vacances, il ne reste qu’à surfer, à tourmenter les habitants de la place et à consommer mari et alcool en grande quantité. Mais sous la surface de cette existence de rêve, Midget commence à ressentir la claustrophobie de la vie dans une petite ville. Quand Cass, le frère aîné de son meilleur ami fait son arrivée après une absence de quatre années, Midget est tout de suite attiré par sa confiance, son ouverture quant à son homosexualité et son élégance de surfeur aguerri. Midget et Cass entament une relation passionnée mais, dans un endroit où tout le monde est au courant de tout, ils sentent vite les limites du secret. Comportant des scènes excitantes de skating et de surf, Tan Lines brosse un portrait authentique du vertige des émotions nouvelles. Film de « surf gai », histoire de « passage à l’âge adulte » ou point de vue d’un voyou sur la sexualité ado, Tan Lines est une randonnée d’enfer, remplie de passion, d’amour, de rires, de sexe et de drogues – tout ça avec en arrière-plan l’océan dans tous ses états.

Également dans ce programme: Gypsies, Tramps & Thieves
vendredi 24 nov_19h00 | pgm41 | imperial
 

 


Red Doors


Georgina Lee | États-Unis | 2005 | vidéo | 90 min | v.o. anglaise

Red Doors commence alors que la famille Wong s’assoit pour un dîner traditionnel commémorant le Festival des âmes perdues, un mois durant lequel les âmes errantes peuvent revenir sur terre. ...

Nouvellement à la retraite, le patriarche Ed (Tzi Ma, Akeelah and the Bee) est cependant hanté par des fantômes du passé dans la splendeur d’une banlieue new-yorkaise où il baigne dans la nostalgie entre deux tentatives de suicide. Pendant ce temps, Samantha (la radieuse Jacqueline Kim, Xena: Warrior Princess) s’interroge sur ses choix de carrière et ses fiançailles après avoir rencontré par hasard son petit ami de l’école secondaire. Julie, une étudiante en médecine sereine et bûcheuse (Elaine Kao de Grey’s Anatomy) est de plus en plus distraite par l’actrice sulfureuse Mia Scarlett (Mia Rieverton) dont les affiches ornent le mur de la plus jeune des Wong, la fana de danse hip-hop Katie (Kathy Shao-Lin Lee). Les nombreux tours ingénieux que Katie joue au beau mec débile Simon (Jayce Bartok) prennent une tournure dangereuse. Occupant de moins en moins de place dans la vie de ses enfants, Ed part dans un monastère bouddhiste pour faire une retraite qui sera de courte durée… Ce film habile et méditatif de Georgia Lee constitue une excellente suite au succès remporté l’an dernier par Saving Face. Il permet d’espérer que les images et les histoires provenant d’un passé commun permettront de renouveler l’avenir.
vendredi 24 nov_19h00 | pgm42 | de sève
 

 


Broken Sky (El Cielo dividido)


Julian Hernández | Mexique | 2005 | 35mm | 140 min | v.o. espagnole | s-t. a

Julian Hernández, scénariste et réalisateur de A Thousand Clouds of Peace, primé au festival de Berlin en 2003, poursuit sa démarche unique empreinte d’une sensualité à fleur de peau avec ...

le merveilleux Broken Sky. Gerardo et Jonas, deux beaux collégiens amoureux, vivent à Mexico. Ils filent un amour en apparence parfait, rempli de sexe passionné et d’instants romantiques. Mais un soir, dans un bar, Jonas fait la rencontre de Bruno, qu’il ne parvient plus à oublier par la suite. Le cœur brisé, Gerardo entreprend une aventure avec Sergio, le séduisant et troublé préposé à l’entretien du collège. Toujours amoureux malgré tout l’un de l’autre, Gerardo et Jonas doivent dorénavant entrer dans une nouvelle étape de leur relation et accepter que les choses ont changé. Film au rythme lent et contemplatif où la langueur et l’angoisse des tourments amoureux sont évoquées avec grâce, Broken Sky est porté par des images exquises, un dialogue minimaliste et un usage bien dosé de la voix hors champ. Hernández dirige ses acteurs comme des danseurs qui communiquent au moyen des regards, des gestes et des mouvements, dans une chorégraphie où les silences et les bruits ambiants ajoutent une riche dimension émotionnelle. L’approche cinématographique d’Hernández se situe en marge des traditions. La puissance de son esthétique, l’attention qu’il porte aux détails et son sens lyrique expriment à merveille l’érotisme, le désir et la passion qui forment le fil conducteur de cette intense histoire sur les hauts et les bas de l’amour. Un film à voir.
vendredi 24 nov_21h15 | pgm43 | imperial
 

 


Books of James


Ho Tam | Canada | 2006 | vidéo | 73 min | v.o. anglaise

Il a fallu huit ans pour réaliser ce film qui célèbre la vie de James Wentzy, activiste du sida et artiste. Montage expérimental puisant dans la prodigieuse production de Wentzy ...

– séquences d’archives, œuvres, journaux intimes et films –, Books of James retrace comment cet artiste en herbe et technicien de chambre noire est devenu un véritable activiste du sida, « diplômé » de l’école de Larry Kramer et d’ACTUP. Réalisateur et producteur à la AIDS Community Television et à DIVA TV à New York, Wentzy tourne volontiers la caméra vers lui-même, livrant un bon vieux sermon lucide sur l’activisme, la vie et la mort après le 11-Septembre, et se demande s’il n’est pas qu’un virus. Le style narratif inventif du réalisateur Ho Tam souligne la personnalité fascinante de Wentzy dont la modestie, typique du Midwest, ne dilue en rien son indéfectible passion pour la justice sociale. Pendant que nous revivons les événements chocs d’ACTUP, dont l’occupation de la Bourse de New York, Wentzy nous parle des « activistes devenus carriéristes » et des « organismes communautaires transformés en corporations qui se perpétuent ». Un must pour les activistes d’hier, d’aujourd’hui et de demain, Books of James invite à une réflexion sur notre engagement envers l’activisme et le travail communautaire.

Également dans ce programme: Reporter Zero
vendredi 24 nov_21h00 | pgm44 | onf
 

 


Reporter Zero


Carrie Lozano | États-Unis | 2005 | vidéo | 25 min | v.o. anglaise

Ce film qui a été finaliste aux Student Academy Awards revisite la vie du regretté Randy Shilts, journaliste au San Francisco Chronicle et auteur du célèbre livre And the Band ...

Played On: Politics, People and the AIDS Epidemic. En plus de rendre compte d’un moment essentiel de l’histoire, Lozano sert un sévère avertissement à ceux qui ferment les yeux devant la dévastation que continue de causer le sida.

Également dans ce programme: Books of James
vendredi 24 nov_21h00 | pgm44 | onf
 

 


Flame


Natasha Johns-Messenger | Australie | 2006 | vidéo | 15 min | v.o. anglaise

Une rencontre fortuite avec une mystérieuse étrangère met au jour la vie secrète d’une membre de la famille. ...



Également dans ce programme: Electroshock
vendredi 24 nov_21h00 | pgm45 | de sève
 

 


Electroshock


Juan Carlos Claver | Espagne | 2006 | 35mm | 98 min | v.o. espagnole | s-t.a

Au début des années 1970, dans l’Espagne de Franco, deux enseignantes font connaissance, se lient d’amitié, puis forgent un lien plus intime et deviennent petit à petit profondément amoureuses l’une ...

de l’autre. Affolés, les parents de Pilar blâment Elvira et tentent de séparer les deux femmes. Profitant de leurs grandes ressources financières pour régler le problème, ils font interner Pilar contre son gré et consentent à ce qu’elle subisse des électrochocs pour la « guérir » et interdisent à Elvira d’avoir le moindre contact avec son amante. Pendant de longues années, les efforts inlassables d’Elvira pour rejoindre Pilar ne mènent nulle part. Pilar finit par être à nouveau confiée à la garde de ses parents, et les efforts soutenus d’Elvira sont enfin récompensés. Les deux amoureuses sont réunies, mais la thérapie de Pilar a laissé des séquelles psychologiques. Déterminées, les femmes jurent de ne plus jamais être séparées et mettent au point un plan qui leur permettra de rester toujours ensemble. Drame puissant et émouvant, Electroshock illustre la force durable et la dignité de l’amour entre deux femmes durant le régime répressif de Franco. Il évoque du même coup les souffrances qu’ont endurées les membres de la communauté LGBT pour vivre leurs désirs, à une époque qui n’est pas si lointaine.

Également dans ce programme: Flame
vendredi 24 nov_21h00 | pgm45 | de sève
 

 


Law of Desire (La Ley del Deseo)


Pedro Almodovar | Espagne | 1987 | 35mm | 102 min | v.o. espagnole | s-t. a

Pablo (l’élégant Eusebio Poncela), cinéaste branché très porté sur la cocaïne, est frustré par l’ambivalence que son amoureux Juan (le mignon et frisé Miguel Molina) manifeste à son égard. Après ...

le départ de Juan pour son village natal, Pablo rencontre le jeune Antonio (Antonio Banderas avant qu’il ne connaisse la gloire hollywoodienne), qui n’a pas l’habitude de coucher avec des hommes, mais démontre une surprenante virtuosité au lit. Troublé au départ par la passion d’Antonio, Pablo se méfie de cet amant qui ne tarde pas à se montrer possessif et jaloux. Antonio découvre alors que Pablo aime toujours Juan et assassine celui-ci. Fou de chagrin, Pablo subit un accident de voiture et devient amnésique. Entre-temps, pour ne pas perdre Pablo, Antonio s’arrange pour entrer dans les bonnes grâces de Tina (jouée par Carmen Maura), sœur de Pablo et transsexuelle, dont la vie est le sujet d’un film que son frère était en train d’écrire. Dans La loi du désir, Almodovar plonge dans les zones les plus noires des passions amoureuses, pour en tirer un étonnant chassé-croisé baignant dans la sensualité, l'amour et la mort. Almodovar explique, à propos du titre de son film : « La loi, c'est quelque chose qui est concocté derrière notre dos, quelque chose d'abstrait qui nous impose son prix incontestable et extrêmement concret. Il existe des lois qu'on peut mépriser, mais il y en a d'autres qu'on ne peut outrepasser... Pour parler vulgairement, le désir est ce besoin qu'éprouve un homme ou une femme de s'insinuer jusqu'aux os de son partenaire, pour consommer tous les délices possibles et imaginables de son corps. »
samedi 25 nov_13h00 | pgm46 | imperial
 

  VOIX DE L'AVENIR
samedi 25 nov_13h00 | pgm47 | onf

 


Night Swimming


Daniel Falcone | États-Unis | 2005 | vidéo | 19 min | v.o. anglaise

Otter, un ado punk, décide de se rendre à New York avec son meilleur ami pour assister à un spectacle de leur groupe favori. Lorsqu’ils font en cours de route ...

un détour inattendu, la vraie aventure commence.

Également dans ce programme: Peking Turkey, Moi Pulpe, Sissy Frenchfry, Sontag Morgen, Straight Boys
 

 


Peking Turkey


Michael Mew | Canada | 2006 | vidéo | 13 min | v.o. fr / ang | s-t. f

Chris Wong emmène son copain québécois chez ses parents pour Noël. Au milieu d’un dialogue en trois langues (français, anglais et chinois) fusant d’un côté à l’autre de la table ...

familiale, où trône une dinde qui goûte étrangement le canard de Pékin, Pierre essaie de se rapprocher des parents de Chris et d’obtenir leur approbation pour épouser le garçon qu’il aime.

Également dans ce programme: Night Swimming, Moi Pulpe, Sissy Frenchfry, Sontag Morgen, Straight Boys
 

 


Moi Pulpe


Jenny Chu | Australie | 2004 | vidéo | 9 min | v.o. anglaise

L’auteure fait-elle de l’esbroufe pour attirer l’attention de l’objet de son affection, ou sommes-nous en présence des élucubrations d’une poseuse narcissique ? Quoi qu’il en soit, ce court métrage à ...

nul autre pareil regorge de créativité et ne maque pas de culot.

Également dans ce programme: Night Swimming, Peking Turkey, Sissy Frenchfry, Sontag Morgen, Straight Boys
 

 


Sissy Frenchfry


JC Oliva | États-Unis | 2005 | vidéo | 28 min | v.o. anglaise

À l’école secondaire West Beach High, l’élection annuelle à la présidence du conseil étudiant oppose l’excentrique et très apprécié président sortant Sissy Frenchfry à Bodey McDodey, un nouvel étudiant beau ...

et charismatique mais intolérant et conservateur qui mijote un plan sournois pour rétablir le statu quo.

Également dans ce programme: Night Swimming, Peking Turkey, Moi Pulpe, Sontag Morgen, Straight Boys
 

 


Sontag Morgen


Beate Kunath | Allemagne | 2006 | 35mm | 7 min | v.o. allemande | s-t. a

Un intense sentiment de manque, de tristesse et de désir vient envahir une femme inconsolable chaque fois que le soleil se lève. Une méditation mélancolique sur un amour perdu. ...



Également dans ce programme: Night Swimming, Peking Turkey, Moi Pulpe, Sissy Frenchfry, Straight Boys
 

 


Straight Boys


Dave O’Brien | États-Unis | 2006 | 35mm | 15 min | v.o. anglaise

Ben croit avoir trouvé l’amour de sa vie en Morgan, son confrère de collège et colocataire. Mais le problème de ce couple idéal, c’est que Morgan est hétéro. ...



Également dans ce programme: Night Swimming, Peking Turkey, Moi Pulpe, Sissy Frenchfry, Sontag Morgen
 

 


The Night Listener


Patrick Stettner | États-Unis | 2006 | 35mm | 81 min | v.o. anglaise

Petit bijou discrètement troublant et envoûtant à souhait, The Night Listener est un thriller psychologique inspiré d’un best-seller international d’Armistead Maupin (Tales of the City, More Tales of the City). ...

Le film raconte l’histoire de Gabriel Noone (Robin Williams), auteur réputé et animateur radio de fin de soirée, qui noue une relation téléphonique intense avec un jeune auditeur du nom de Pete (Rory Culkin) et sa mère adoptive, une travailleuse sociale (Toni Collette), au moment où il remet lui-même profondément en question sa vie familiale. Gabriel se rend bientôt compte que le récit d’enfance malheureuse du garçon n’est peut-être pas véridique et, dans sa difficile tentative de toucher à la vérité, il perdra le contrôle de sa vie jusque-là ordonnée. Avec la toujours superbe Sandra Oh (Grey’s Anatomy, Wilby Wonderful, image+nation 18) et Bobby Cannavale, The Night Listener parcourt les zones troubles entre vérité et fiction, explorant avec sensibilité les nombreux jeux que les gens jouent – aux autres et à eux-mêmes – dans le but d’obtenir attention et affection, thème universel s’il en est un.
samedi 25 nov_15h00 | pgm48 | imperial
 

 


Fat Girls


Ash Christian | États-Unis | 2006 | vidéo | 82 min | v.o. anglaise

Nous sommes tous des grosses filles, croit fermement Rodney, le jeune gai timide qui est au centre de ce premier film du scénariste et réalisateur Ash Christian, âgé de 21 ...

ans, qui joue aussi le rôle titre. Dans une petite ville du Texas, Rodney, qui fréquente l’école secondaire, et Sabrina, son opulente amie qui fait osciller l’aiguille du pèse-personne à 155 kilos, sont complices dans leur marginalité. Rodney rêve de devenir une star de Broadway et en est à sa dernière année de secondaire. Il vit avec sa mère fondamentaliste tout en s’adonnant à la fréquentation occasionnelle d’un amant qui n’ose pas sortir du placard. Il souffre de n’avoir aucun véritable objet d’amour en vue… jusqu’à l’arrivée inopinée d’un nouvel étudiant venu d’Angleterre, le séduisant Joey. Branché, sûr de lui et très expérimenté en matière sexuelle, le nouveau venu accepte d’accompagner Rodney au bal de graduation et de l’emmener au bar gai des environs, bien que le jeune homme ne soit pas du tout son genre. Pendant que Joey s’ébat dans les toilettes avec un inconnu, Rodney aperçoit son professeur de théâtre, M. Cox (incarné par Jonathan Caouette, auteur de l’incroyable Tarnation), et cette rencontre sera le point de départ d’une amitié aussi déterminante qu’inattendue. Pendant ce temps, Sabrina, dont les deux parents sont lesbiennes, entreprend sa propre aventure amoureuse, ou à tout le moins sexuelle, avec un corpulent Cubain. Un film hilarant et joyeusement satirique qui, malgré un budget minuscule, constitue une œuvre divertissante et inusitée, pleine de fraîcheur et de créativité sur la difficulté de se sentir bien dans sa peau.
samedi 25 nov_15h00 | pgm49 | onf
 

 


Dead Boyz Don`t Scream


Marc Saltarelli | États-Unis | 2006 | vidéo | 78 min | v.o. anglaise

« Les mannequins masculins sont faits pour être vus… pas entendus ! », entend-on souvent dire. Lors d’une séance de photo en montagne, les plus grands mannequins masculins du pays ...

sont retrouvés morts, et nus. Qui peut bien s’en prendre à de tels beaux garçons magnifiques et musclés ? C’est vrai qu’ils sont un peu centrés sur eux-mêmes et pas très fûtés, mais ce n’est quand même pas une raison pour les faire disparaître un à un, n’est-ce pas ? Entrent en scène l’agente sans peur Tess Oster et sa copine, la garde forestière Belle Van Dyke, qui doivent mettre un terme à cette tuerie avant qu’il ne reste plus (quelle tragédie !) de mannequins masculins. Du producteur de Leather Jacket Love Story (image+nation 10) et débordant de top models et de beaux mecs semblables à ceux des pages centrales de vos magazines préférés, Dead Boyz Don’t Scream est une hilarante virée sens dessus dessous du côté sombre de l’industrie de la mode masculine. Avec sa nudité gratuite, sa violence de mauvais goût et ses lesbiennes armées, Dead Boys Don’t Scream pourrait bien être la plus irrésistible indulgence de cette édition du festival.

Également dans ce programme: Guy 101
samedi 25 nov_17h00 | pgm50 | imperial
 

 


Guy 101


Ian W. Gouldstone | Grande Bretagne | 2005 | vidéo | 9 min | v.o. anglaise

Certaines des histoires les plus intéressantes sont échangées lors de séances de clavardage. Un film d’animation innovateur qui ne manquera pas de vous surprendre. ...



Également dans ce programme: Dead Boyz Don`t Scream
samedi 25 nov_17h00 | pgm50 | imperial
 

  RACISME ET RéSISTANCE
samedi 25 nov_17h00 | pgm51 | onf

 


Head Case


Jason Ryle | Canada | 2005 | vidéo | 4 min | v.o. anglaise

La découverte de « l’âme sœur » peut être une expérience émouvante. Mais ce sentiment intense est-il censé durer toujours ou n’est-il qu’une fabrication de l’esprit ? ...



Également dans ce programme: Meskanakh (My Path), Demonstration of Indianness #31, Mars-Womb-Man, Memory in Bones, Group of Seven Inches, Nastapa
 

 


Meskanakh (My Path)


Kevin Burton | Canada | 2005 | vidéo | 10 min | v.o.a / crie

Meskanahk relate le parcours d’un jeune « sang-mêlé » qui quitte une réserve crie. La vidéo met en évidence les motivations de ce voyage ainsi que les questions, regrets et ...

peurs que le jeune homme rencontre au fil de son cheminement de l’enfance à l’âge adulte.

Également dans ce programme: Head Case, Demonstration of Indianness #31, Mars-Womb-Man, Memory in Bones, Group of Seven Inches, Nastapa
 

 


Demonstration of Indianness #31


Adam Garnet Jones | Canada | 2006 | vidéo | 3 min | sans dialogue

Une courte vidéo expérimentale réalisée à partir de vieux films de famille tournés par le grand-père de l’artiste dans les années 1950. Portrait d’un combat et déclaration identitaire, le film ...

constitue aussi un questionnement sur l’histoire de la documentation et de l’anthropologie.

Également dans ce programme: Head Case, Meskanakh (My Path), Mars-Womb-Man, Memory in Bones, Group of Seven Inches, Nastapa
 

 


Mars-Womb-Man


James Diamond | Canada | 2006 | vidéo | 14 min | v.o. anglaise

Voici la suite de Man from Venus (super 8, 4 min, 1998). L’homme de Vénus rencontre l’homme-matrice venu de Mars. ...



Également dans ce programme: Head Case, Meskanakh (My Path), Demonstration of Indianness #31, Memory in Bones, Group of Seven Inches, Nastapa
 

 


Memory in Bones


Gail Maurice | Canada | 2005 | vidéo | 3 min | v.o. anglaise

« À chacun de mes pas, mes ancêtres sont à mes côtés ; ma mémoire est inscrite dans mes os – urbaine ou rurale, elle vit en moi. Je suis ...

qui je suis, une femme autochtone courageuse et forte. Un regard sur nos racines et notre culture et en quoi elles nous façonnent ou nous influencent dans notre vie de tous les jours. »

Également dans ce programme: Head Case, Meskanakh (My Path), Demonstration of Indianness #31, Mars-Womb-Man, Group of Seven Inches, Nastapa
 

 


Group of Seven Inches


Kent Monkman & Gisèle Gordon | canada | 2005 | vidéo | min | sans dialogue

Une méditation ludique sur la relation entre artiste et modèle. ...



Également dans ce programme: Head Case, Meskanakh (My Path), Demonstration of Indianness #31, Mars-Womb-Man, Memory in Bones, Nastapa
 

 


Nastapa


Sarah Decarlo | Canada | 2005 | vidéo | 8 min | sans dialogue

...



Également dans ce programme: Head Case, Meskanakh (My Path), Demonstration of Indianness #31, Mars-Womb-Man, Memory in Bones, Group of Seven Inches
 

  HOMME A HOMME
samedi 25 nov_19h00 | pgm52 | imperial

 


Bugcrush


Carter Smith | États-Unis | 2006 | 35mm | 36 min | v.o. anglaise

À l’école secondaire, l’attirance d’un élève solitaire pour un nouveau venu mène à un dénouement à la fois sinistre et charmant dans ce court métrage étonnant et visuellement saisissant, inspiré ...

d’une nouvelle de Scott Treleaven.

Également dans ce programme: Derniers mots, Guy 101, Man Seeking Man, Straight Boys
 

 


Derniers mots


Joe Balass | Canada | 2006 | 35mm | 8 min | v.o. française | s-t. a

Dans ce drame doux-amer de Joe Balass, qui n’en est pas à sa première présence au festival, un jeune homme est transporté à l’hôpital en ambulance, ses amis à ses ...

côtés. Mais si la belle gueule de l’ambulancier paramédical contribue quelque peu à alléger la tension du moment, les jeunes gens ne tardent pas à comprendre que le temps du dernier au revoir est arrivé.

Également dans ce programme: Bugcrush, Guy 101, Man Seeking Man, Straight Boys
 

 


Guy 101


Ian W. Gouldstone | Grande Bretagne | 2005 | vidéo | 9 min | v.o. anglaise

Certaines des histoires les plus intéressantes sont échangées lors de séances de clavardage. Un film d’animation innovateur qui ne manquera pas de vous surprendre. ...



Également dans ce programme: Bugcrush, Derniers mots, Man Seeking Man, Straight Boys
 

 


Man Seeking Man


Matti Harju | Findlande | 2004 | vidéo | 11 min | v.o.finlandaise | s-t. a

...



Également dans ce programme: Bugcrush, Derniers mots, Guy 101, Straight Boys
 

 


Straight Boys


Dave O’Brien | États-Unis | 2006 | 35mm | 15 min | v.o. anglaise

Ben croit avoir trouvé l’amour de sa vie en Morgan, son confrère de collège et colocataire. Mais le problème de ce couple idéal, c’est que Morgan est hétéro. ...



Également dans ce programme: Bugcrush, Derniers mots, Guy 101, Man Seeking Man
 

  LES FILLES S'éCLATENT
samedi 25 nov_19h15 | pgm53 | onf

 


Cosa Bella


Fiona Mackenzie | États-Unis | 2005 | 35mm | 16 min | v.o. anglaise

Delphine doit prendre une décision difficile afin de gagner le cœur de Belle dans cette superbe histoire d’amour et de danger. ...



Également dans ce programme: Open, Titina, The Science of Love, In Memory of Me
 

 


Open


Teale Failla | États-Unis | 2005 | vidéo | 12 min | v.o. anglaise

Par une série de coïncidences, une relation ouverte transforme la vie de trois femmes en un bizarre tourbillon où s’entremêlent trahisons, bingo et jouets sexuels. ...



Également dans ce programme: Cosa Bella, Titina, The Science of Love, In Memory of Me
 

 


Titina


Sylvie Cachin | Suisse | 2004 | vidéo | 25 min | v.o. française | s-t.a

Une belle femme part en quête de son identité dans ce film langoureux et évocateur agrémenté d’une touche de surréalisme. ...



Également dans ce programme: Cosa Bella, Open, The Science of Love, In Memory of Me
 

 


The Science of Love


Joyce Dragonosky | États-Unis | 2005 | 35mm | 14 min | v.o. anglaise

« L’amour peut-il se prouver scientifiquement ? » Voilà la question qui est au centre de ce film où c’est l’esprit et non le cœur qui a ses raisons. Une ...

histoire d’ego et d’intellect où s’affrontent une séduisante professeure un peu collet monté et une belle directrice de département, et qui se termine sur une note purement… émotionnelle.

Également dans ce programme: Cosa Bella, Open, Titina, In Memory of Me
 

 


In Memory of Me


Samantha Lavin | États-Unis | 2006 | vidéo | 22 min | v.o. anglaise

Lorsqu’un fantôme venu du passé prend en otage l’avenir d’une femme, celle-ci se réfugie dans sa ville natale… Parfois, ce que l’on cherche toute sa vie est ce qu’on a ...

laissé derrière.

Également dans ce programme: Cosa Bella, Open, Titina, The Science of Love
 

 


OpenCam


Robert Gaston | États-Unis | 2005 | vidéo | 105 min | v.o. anglaise

Le beau Manny Yates (Andreau Thomas) est un jeune artiste qui adore naviguer sur Internet à la recherche de sexe brûlant, et apprécie tout particulièrement visiter un site vidéo gai ...

en vogue émergeant de Washington, D.C. Mais ce plaisir simple prend un tournant terrifiant lorsqu’un tueur en série s’inscrit et entreprend une tuerie en ligne. Manny s’avère être le seul lien dans cette horrible série de meurtres. C’est Hamilton (Amir Darvish), flic au sex-appeal sombre et sardonique, qui est sur le cas... et sur Manny ! Chacun des amis composant le cercle intime de Manny devient un suspect. En tête de liste figure son ancien petit ami, aussi adorable que jaloux. Pendant ce temps, Hamilton, nouvellement sorti du placard, a lui-même des problèmes avec son ex-femme. Plus le tueur se rapproche et plus Hamilton se rapproche de Manny, qui doit laisser ce flic sensuel jouer le rôle d’agent double, aussi bien pour résoudre les crimes que sous le draps, où le policier se heurte à la barricade que Manny a érigée entre lui-même et l’amour. Pour Hamilton, attraper le tueur ne sera pas moins difficile que de conquérir le cœur de Manny. Le réalisateur Robert Gaston fait appel à une distribution talentueuse, composée de superbes nouveaux venus, pour créer un univers sombre où règnent intrigue et suspense. Darvish joue le rôle de Hamilton en s’inspirant du Philip Marlowe de Bogart et du Jake Gittes de Nicholson dans Chinatown ; Andreau campe un Manny dragueur et irrésistible qui crève l’écran. Avec une bande sonore extraordinaire, de nombreux revirements de situation et abondamment de sexe torride, Open Cam est un thriller qui vous rivera à votre siège.

Également dans ce programme: Le jeu du chat
samedi 25 nov_21h00 | pgm54 | imperial
 

 


Le jeu du chat


Simon Lanctôt | Canada | 2005 | vidéo | 6 min | v.o. française

Le chat poursuit la souris… et la souris poursuit le chat. ...



Également dans ce programme: OpenCam
samedi 25 nov_21h00 | pgm54 | imperial
 

 


Mom


Erin Greenwell | États-Unis | 2006 | vidéo | 70 min | v.o. anglaise

Mom suit le couple mal assorti formé par Kelly (Emily Burton), une reporter collet monté et tendue qui aspire au marché des grands réseaux de télévision, et sa camerawoman, Linda ...

(Julie Goldman), une butch loquace qui fait ce boulot en attendant d’ouvrir son propre studio de tatouage. Elles travaillent pour une agence de marketing, se crêpant le chignon tout en sillonnant le pays dans des autos exiguës et bringuebalantes, interviewant des gens à des fins de recherche. Tout prend une tournure bizarre lorsqu’elles arrivent dans la ville de Little Hope et apprennent que leurs réservations d’hôtel ont été égarées. Sans espoir de trouver d’autres chambres au beau milieu du plus gros événement de l’année, soit le concours annuel de préparation de chili, elles arrivent à s’infiltrer dans l’auberge de jeunesse de l’endroit. La butch Linda découvre une enclave saphique, alors que Kelly, aux prises avec une mauvaise réception de portable, doit se débrouiller par elle-même. Linda tombe sur une vieille flamme ; Kelly tente de s’harmoniser avec son nouvel environnement alors qu’elle suit un filon pour un emploi à la télévision à New York. Quand rien ne va plus, les femmes doivent passer de collègues de travail à vraies copines et forger une nouvelle alliance, ce qui vaut bien les films racontant l’histoire de deux potes. Charmant et enlevé, Mom mérite définitivement le détour !

Également dans ce programme: JO FM
samedi 25 nov_21h15 | pgm55 | onf
 

 


JO FM


Jenn Garrison | États-Unis | 2005 | vidéo | 16 min | v.o. anglaise

Lorsqu’une station de radio de musique alternative devient une station de musique pop, une auditrice enragée enlève sa DJ préférée et lui demande de concocter un dernier set évoquant ce ...

qu’était jadis la radio, et sa vie.

Également dans ce programme: Mom
samedi 25 nov_21h15 | pgm55 | onf
 

 


Dante's Cove


Sam Irvin | États-Unis | 2006 | vidéo | 175 min | v.o. anglaise

Merveilleusement décadent, Dante’s Cove se déroule dans une petite ville côtière du sud de la Californie, peuplée de patineurs, d’adeptes du surf et d’étudiants. Les séduisants pensionnaires de l’hôtel Dante, ...

un groupe branché de gais, de lesbiennes, de bisexuels et d’hétéros, sont tous à une étape de leur vie où, encore remplis de rêves et d’espoirs, ils doivent composer avec les dures réalités de la survie au jour le jour. Dans ce plaisir télévisuel coupable considéré comme le premier thriller gothique LGBT, notre brochette de charmants personnages se voient plongés dans un univers d’intrigues, de secrets et de chassés-croisés amoureux alors que le sinistre passé de la ville revient hanter le présent. Et comme l’exigent les lois du genre, folie, meurtre, sexe (en bonne quantité) et trahison sont au rendez-vous, avec un résultat des plus réjouissants. Fidèle à sa tradition consistant à présenter chaque année des séries télévisées difficilement accessibles, image+nation offre cette fois une délectable gâterie pour l’œil au contenu dramatique suffisamment intense pour vous captiver et vous satisfaire pleinement les sens. Laissez-vous entraîner dans un moment de pur hédonisme télévisuel.
dimanche 26 nov_13h00 | pgm56 | imperial
 

 


Rock Bottom: Gay Men and Meth


Jay Corcoran | États-Unis | 2006 | vidéo | 75 min | v.o. anglaise

Ce documentaire coup de poing de Jay Corcoran commence avec une séquence où l’on voit l’ancienne vedette de porno CJ dans un bain public, après avoir de toute évidence consommé ...

une généreuse dose de crystal meth. Alors que Corcoran examine de près le cycle de désintoxication et de consommation – et ses conséquences sur les employeurs, la famille et les proches –, un sentiment de déjà vu émane des questions et thèmes soulevés. Rock Bottom comporte un avertissement sévère de Larry Kramer, activiste du sida et auteur, un témoignage émouvant de Peter Staly, ancien militant d’ACT UP, et des histoires déchirantes racontées par une poignée d’hommes gais d’origines diverses. Se déroulant dans des bains publics, des hôpitaux et un salon funéraire, et parsemé d’éclairants faits et chiffres relatés par des représentants de la santé, le film nous rappelle que le silence continue à équivaloir à la mort ; comme ose le dire l’un des participants, « le crystal est un peu comme un silencieux ». Ce documentaire sans complaisance, filmé sur une période de deux ans, nous rappelle que, malgré vingt années de progrès au chapitre de la législation sur les droits de la personne pour la communauté LGBT, les blessures et les torts personnels et collectifs continuent d’accabler les hommes gais. Ennui, fuite, séropositivité et faible estime de soi se combinent aux préjugés extérieurs et intériorisés pour faire de nous des otages de ce sombre crystal.

Également dans ce programme: Meth
dimanche 26 nov_13h00 | pgm57 | de sève
 

 


Meth


Todd Ahlberg | États-Unis | 2006 | vidéo | 79 min | v.o. anglaise

Dans Meth, Todd Ahlberg montre les effets dévastateurs du crystal meth par le biais d’entrevues avec douze hommes gais, dont la majorité sont en désintoxication et quelques-uns encore sous l’emprise ...

de cette drogue. Une histoire familière de dépendance émerge de ces récits : inhibitions grandement réduites qui s’accompagnent d’un sentiment d’euphorie, libido et sentiment d’invulnérabilité accentués, ce qui aide plusieurs gais à affronter leur insécurité et leur manque d’estime de soi. Comme dans la plupart des cas de dépendance, cependant, des quantités toujours plus grandes de crystal meth sont requises pour atteindre un high dont on descend de plus en plus vite – sans parler des terribles effets secondaires qui persistent, dont la diarrhée, les délires paranoïaques et l’altération permanente de la chimie cérébrale. Les séquences les plus puissantes présentent Ryan, un beau gars de trente ans, accro et dealer, et sa mère (qui ignore apparemment qu’il consomme cette drogue et en vend encore) ; on constate alors la force de l’accoutumance créée par le crystal meth et comment celui-ci mine la capacité de Ryan de faire des changements réels et durables dans sa vie. Ahlberg donne l’heure juste sur cette drogue, en permettant aux interviewés d’aborder explicitement et franchement leur dépendance.

Également dans ce programme: Rock Bottom: Gay Men and Meth
dimanche 26 nov_14h30 | pgm57 | de sève
 

 


La Politique du coeur (Politics of the Heart)


Nancy Nicol | Canada | 2006 | vidéo | 67 min | v.o. française

En décembre 1977, le Québec est devenu la première province canadienne à assurer la pleine protection des droits des gais et des lesbiennes en vertu de la Charte des droits ...

et libertés de la personne. Toutefois, en dépit de cette inclusion, la discrimination envers les gais et les lesbiennes, qu’elle soit ouverte ou plus subtile, a persisté depuis. Politics of the Heart démarre lors de la charge effectuée par les forces de l’ordre contre une manifestation pacifique se déroulant devant le poste 25 et dénonçant la brutalité manifestée par les policiers lors de l’événement Sex Garage. Le film s’attarde ensuite sur les diverses étapes du processus de politisation graduelle des communautés et organisations gaies et lesbiennes au cours des 15 années qui ont suivi. L’œuvre explore les luttes contre la violence et pour l’adoption, le mariage et les droits parentaux, qui reflètent les changements sociaux survenus au Québec pendant cette période. Le documentaire de Nancy Nicol fait état de nos victoires juridiques et politiques remportées de haute lutte, en mettant l’accent sur le projet de loi instituant l’union civile (loi 84), adopté à l’unanimité à l’Assemblée nationale du Québec en juin 2002, qui garantit l’égalité des droits des parents gais et lesbiens et de leurs enfants. On y voit des extraits révélateurs d’une entrevue empreinte d’émotion avec l’ancien ministre de la justice Paul Bégin, de même que des témoignages émouvants de militants gais et lesbiens locaux. Rempli de moments tour à tour inspirants, chaleureux et électrisants, Politics of the Heart constitue un document important sur des moments clés de notre histoire.
dimanche 26 nov_13h00 | pgm58 | onf
 

 


Zero Degrees of Separation


Elle Flanders | Canada | 2005 | vidéo | 89 min | v.o. hébreuse/arabe | s-t.a

Lorsque votre amant ou votre amante fait partie du camp ennemi, votre relation risque de présenter des enjeux pour le moins inhabituels. En prenant comme point de départ les films ...

de famille de ses grands-parents sionistes tournés à l’époque de la naissance de l’État d’Israël, Elle Flanders brosse le portrait de deux couples vivant leur relation au milieu des turbulences du conflit israélo-palestinien. Ezra est Israélien, tandis que Selim, son amant, est Palestinien. Edit et Samira, couple lesbien, tentent elles aussi de naviguer à travers les rapports complexes et tendus entre Juifs et Palestiniens. Déchirés entre leurs communautés respectives, ces couples se montrent à la hauteur du défi qui se présente à eux en faisant preuve d’une grande dignité. Flanders, dont les personnages principaux nous entraînent dans le quotidien des gais israéliens et palestiniens, est vivement préoccupée par la situation qui prévaut en Israël. Si les images d’archives familiales reflètent chez elle une brûlante nostalgie pour l’époque où Israël représentait un symbole de libération, la vidéaste est néanmoins bien consciente que la controverse existait déjà dans ce pays dès l’arrivée des premiers immigrants. La dissonance entre les archives familiales, qui montrent des Juifs américains remplis d’optimisme face au nouvel État juif, et les images contemporaines où l’on voit des bulldozers et des barrages israéliens, continuera de résonner dans l’esprit du spectateur longtemps après la fin du film. Documentaire à la fois beau et révélateur, Zero Degrees of Seperation s’attaque à des questions délicates avec pertinence et élégance.
dimanche 26 nov_15h00 | pgm59 | onf
 

 


Four Windows (Vier Fenster)


Christian Morris Müller | Allemagne | 2006 | 35mm | 80 min | v.o. allemande | s-t. a

Dans ce profond drame familial, Christian Morris Müller pose la vieille question : « Que connaissons-nous vraiment de la vie de nos proches ? » Sa réponse : « Pas ...

grand chose… » Les quatre fenêtres du titre renvoient aux quatre membres de la famille – mère, fils, père, fille (sans noms et superbement interprétés par Margarita Broich, Frank Droese, Thorsten Merten et Theresa Scholze, respectivement) – ainsi qu’aux quatre chapitres entrecroisés qu’utilise Müller pour illustrer les vies divergentes des personnages, qui vivent tous dans la ville de Berlin. Le père est distrait et distant ; son amour pour sa femme et son intérêt pour ses enfants ont diminué au profit de ses propres préoccupations. Devant cette absence, la mère se désespère. En compétition avec sa fille, qui en veut à tout le monde, elle essaie de contrôler la vie de son fils. Celui-ci en est à ses premiers pas dans l’univers du sexe gai rough. Four Windows est, en fait, un film sur l’intériorité qui évite les explications convenues et privilégie le jeu corporel. Müller mise ainsi sur ses interprètes pour transmettre les malentendus, les secrets, les ressentiments et les moments de joie qui caractérisent toute famille, en ayant recours aux expressions du visage, aux regards obliques et au langage corporel plutôt qu’à des dialogues creux. Déployant les images splendides de Jürgen Jürges, un collaborateur de Haneke, Wenders et Fassbinder, ce premier long métrage troublant et prenant de Müller est un début plus que prometteur.

Également dans ce programme: Outside
dimanche 26 nov_17h00 | pgm60 | imperial
 

 


Outside


Jenn Kao | États-Unis | 2004 | 35mm | 23 min | v.o. anglaise

Dans une société post-apocalyptique où les gens vivent isolés dans des bunkers étanches, une jeune femme surmonte sa peur de l’inconnu et fait la rencontre d’une habitante de l’Extérieur. Un ...

film d’une beauté froide et poignante.

Également dans ce programme: Four Windows (Vier Fenster)
dimanche 26 nov_17h00 | pgm60 | imperial
 

 


small town gay bar


Malcolm Ingram | Canada/ÉU | 2006 | vidéo | 81 min | v.o. anglaise

Dans cet excellent documentaire dont le producteur exécutif est Kevin Smith, chouchou du cinéma indépendant américain, le réalisateur Malcolm Ingram nous emmène dans le Sud profond des États-Unis et nous ...

propose un survol fascinant de l’histoire des bars gais en région rurale. Dans la campagne du Mississippi, deux bars gais, le Rumors et le Crossroads, offrent bien plus que de la bière et des cocktails. Ils constituent un refuge accueillant et un lieu d’appartenance pour les gais de la région, dont certains affirment sans ambages que dans le contexte d’homophobie ambiante qui règne, leur vie serait intolérable si ce type d’endroit n’existait pas. Ingram nous fait rencontrer des clients des bars ainsi que leurs propriétaires, qui profitent de l’occasion pour partager avec nous certains épisodes croustillants de leur vie haute en couleurs. Nous comprenons mieux l’importance de ces endroits en écoutant le témoignage de la famille de Scotty Weaver, adolescent gai assassiné en Alabama, et de l’infâme Fred Phelps, indécrottable homophobe et fondateur de l’organisation God Hates Fags. Drôle et touchant à la fois, Small Town Gay Bar nous convie à une tournée des grands-ducs qui en vaut la peine.
dimanche 26 nov_17h00 | pgm61 | onf
 

 


Oublier Cheyenne


Valérie Minetto | France | 2006 | 35mm | 87 min | v.o. française | s-t. a

Blonde et svelte, Sonia (Aurelia Petit) a une belle carrière de professeur en science. Mais sa vie bascule lorsque Cheyenne (Mila Dekker), son amoureuse au charme ténébreux, l’abandonne après avoir ...

perdu son emploi de journaliste. Désillusionnée, incapable de payer son loyer et ses comptes, Cheyenne décide de vivre au crochet du « système » et s’en va rejoindre Édith, la misanthrope, à la campagne. Secouée, Sonia se distrait avec Béatrice (Guilaine Londez), la petite garce, et Pierre (la coqueluche française Malik Zidi), l’anarchiste délicieusement gentil ; mais ceux-ci n’arrivent cependant pas à défaire le lien chimiquement érotique qui unit Sonia à Cheyenne. Déçue par le manque d’intérêt de Béatrice et par la démission de sa plus proche collègue de travail, Sonia part en voiture à la reconquête de Cheyenne, ce qui entraînera des conséquences imprévues. Dans cet ambitieux premier film, Valérie Minetto explore les effets actuels du chômage galopant en France et la pression qu’il exerce sur les relations entre les personnes. Un scénario nerveux, rappelant le Woody Allen d’une certaine époque, est servi par des performances solides et une cinématographie naturaliste. Minetto illustre élégamment comment les systèmes qui sont là pour soutenir les gens peuvent également les étouffer. Dans un film où la passion sexuelle et les principes politiques rivalisent, elle demande : l’amour peut-il venir à bout de tout dans la Ville lumière (dont la lueur faiblit, semble-t-il) ?

Également dans ce programme: Gueule de princesse
dimanche 26 nov_19h00 | pgm62 | imperial
 

 


Gueule de princesse


Pépita Mars | France | 2006 | vidéo | 5 min | v.o. française | s-t. a

Qui a dit qu’il n’y avait pas aussi, pour nous les lesbiennes, un crapaud que nous pourrions embrasser afin de le transformer en une femme parfaite ? ...



Également dans ce programme: Oublier Cheyenne
dimanche 26 nov_19h00 | pgm62 | imperial
 

 


20 Centimetros (20 Centimetres)


Ramón Salazar | Espagne | 2006 | 35mm | 113 min | v.o. espagnole | s-t. a

Imaginez La Belle au bois dormant sur fond musical avec de superbes numéros de chant et de danse en trois langues et vous avez le somptueux film 20 Centimetres ! ...

Narcoleptique, la transsexuelle préopératoire Marieta (Mónica Cervera dans une prestation extraordinaire), fait le trottoir à Madrid dans le but de financer la transformation chirurgicale dont elle rêve. Plus que tout au monde, Marieta voudrait perdre son appendice de 20 centimètres (faites le calcul vous-même) qui, s’il fait le bonheur de ses clients, l’empêche par contre de devenir pleinement femme. Marieta vit dans la misère mais la dignité avec Tomas (Miguel O’Dogherty), d’une loyauté irréprochable mais toujours en train de manigancer quelque chose, et avec Berta (Concha Galan), une mère célibataire qui a plus d’un tour dans son sac. Marieta se lance dans une torride aventure avec Raul (Pablo Pujol, béni de la nature, comme on peut le voir dans une scène époustouflante), beau comme un ange et tendrement macho, qui lui prête secours à la suite d’une attaque de narcolepsie. Raul accepte Marieta comme elle est – y compris son imposant appendice –, ce qui a pour effet de la confondre puisque son amour rivalise avec sa quête d’épanouissement. Cette farce rocambolesque de Ramón Salazar au pays de Pedro Almodovar nous en fait voir de toutes les couleurs par ses façons de marier émotions et rire, détresse et espoir, passions ardentes et romantisme dans un traitement à la sauce espagnole de Hedwig and the Angry Inch. Chemin faisant, vous noterez des clins d’œil ingénieux et irrévérencieux à, entre autres, Les parapluies de Cherbourg de Jacques Demy et Thriller de Michael Jackson, sans compter une apparition éclair poignante de Rossy de Palma, une habituée d’Almodovar, dans le rôle de « La Frio », la collègue de trottoir de Marieta. Récit d’une quête d’amour passionnée et du besoin d’être en accord avec soi-même, 20 Centimetres est un spectacle comme vous n’en avez jamais vu.
dimanche 26 nov_21h15 | pgm63 | imperial
 
 


 
 

© Image + Nation 2006. Tous droits réservés. Design site : ektoplasme.com // Powered by : globalsound.ca