par titre | 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 | par pays | par réalisateur.rice
 
 
 

SITE OFFICIEL

 
The Bubble (Ha-Buah)
Eytan Fox | Israel | 2006 | 35mm | 117 min | v.o. hébraïque/arabe/anglaise | s-t.a_en

Pacifiste à temps plein et réserviste à temps partiel, l’employé de magasin de musique Noam (Ohad Knoller) vit confortablement avec ses colocs branchés et idéalistes : Yali (Alon Friedmann), amateur de Star Académie, version israélienne, et propriétaire de restaurant, et Lulu (Daniela Wircer), aspirante dessinatrice de mode. Les membres de cette joyeuse bande gauchisante analysent leurs amours et organisent des raves inoffensifs. Noam rencontre l’intense et séduisant Ashraf (Yousef Sweid) durant une fouille corporelle légèrement humiliante à un poste de contrôle. Leur désir faisant fi des tabous culturels et politiques, une aventure passionnée s’allume. Ashraf est séduit par Noam et la vie qu’il mène dans sa « bulle » à Tel Aviv. Noam et ses colocs voient leur libéralisme mis à l’épreuve lorsqu’ils décident d’aider Ashraf à demeurer illégalement en Israël. Cependant, Ashraf craint lui-même constamment d’être découvert. Ses obligations familiales et des tensions politiques croissantes finiront peut-être par faire éclater la bulle de tout ce beau monde. Dans ce West Bank Story gai, le réalisateur acclamé Eytan Fox (Walk on Water, Yossi & Jagger) allie comédie romantique et tragédie politique pour offrir un portrait authentique du conflit israélo-palestinien. Expression d’une vie relativement paisible à Tel Aviv et film d’ouverture d’image+nation 20, The Bubble observe avec compassion les limites de l’amitié et de l’idéalisme politique lorsque confrontées à de dures réalités.

jeudi 15 nov_20h00 | PGM01 | Imperial

 
No Regret (Huwihaji anha)
Leesong Hee-ll | Sud Corée | 2006 | 35mm | 113 min | v.o. coréen | s-t.a_en

Orphelin ambitieux et ouvertement gai, Su-Min caresse le rêve d’étudier le design à Séoul. Ouvrier dans une usine le jour et chauffeur privé la nuit, il repousse les avances d’un Jae-Min ivre, dont on découvrira plus tard qu’il est issu d’une riche famille conservatrice et cadre dans cette usine. Même si, dans un contexte de compressions budgétaires, Jae-Min parvient à sauvegarder le boulot de Su-Min, celui-ci démissionne par fierté et devient, malgré lui, escorte dans un club pour hommes. Obstinément quoique doucement persistant dans ses avances, Jae-Min encaisse les refus énergiques de Su-Min jusqu’à ce que, subitement, les deux hommes s’éprennent l’un de l’autre. Mais ce nouveau bonheur sera rapidement menacé par les fiançailles imminentes de Jae-Min et les objections parentales. Pourront-ils se sortir sans regret de ce revirement de situation ? Le directeur gai Leesong Hee-il conjugue ici une fine observation sociologique et une maîtrise du septième art dans un premier et impressionnant long métrage. No Regret s’est attiré la faveur critique et publique, sur le plan local et international. Avec ses interprètes naturels, ses intrigues secondaires éclairantes et une cinématographie sublime, No Regret est un portrait résolument érotique de la vie gaie contemporaine, une victoire audacieuse pour le cinéma indépendant coréen.

vendredi 16 nov_19h00 | PGM02 | Imperial

SITE OFFICIEL

 
The World Unseen
Shamim Sarif | Grande-Brétagne | 2007 | 35mm | 99 min | v.o. anglaise

Au fur et à mesure que l’apartheid impose sa loi brutale et resserre son emprise sur Cape Town, le Location Café, géré par l’impétueuse Amina (Sheetal Sheth), demeure une oasis pour tous les marginaux du quartier : une serveuse noire, un partenaire commercial « de couleur », Jacob (David Dennis, qui livre une performance tout en nuances) et une maîtresse de poste blanche nommée Madeleine (la gracieuse Grethe Fox). Bravant les lois injustes et malgré les visites fréquentes des policiers, Amina s’entête à briser tous les tabous. Un jour, elle rencontre une mère de famille mariée plutôt traditionnelle, Miriam (Lisa Ray de Bollywood, Hollywood, Water), et c’est le coup de foudre. Miriam réussit tant bien que mal à contenir sa fascination pour la rebelle Amina, mais elle prend rapidement conscience de l’ampleur des contraintes familiales auxquelles elle est assujettie. Pendant que Jacob et Madeleine entreprennent timidement une relation amoureuse, Amina décide de donner à Miriam des leçons de conduite qui risquent d’avoir des conséquences libératrices… Dans ce mélange de Bagdad Café et de Driving Miss Daisy au style très maîtrisé, l’auteure et réalisatrice Shamim Sarif révèle que parfois, il y a bien peu de différence entre les obligations familiales et la répression politique, sans pour autant tomber dans le prêchi-prêcha. Film sur les victoires douces-amères remportées en dépit d’outrages incessants à la décence et à la dignité, The World Unseen nous rappelle que la résistance n’est pas toujours futile et qu’elle est paradoxalement parfois la seule chose qui nous permet d’affirmer notre visibilité.

vendredi 16 nov_21h00 | PGM04 | J.A. de Seve

 
Shelter
Jonah Markowitz | États-Unis | 2007 | video | 90 min | v.o. anglaise

Jonah Markowitz États-Unis 2007 vidéo 90 min v.o.a. Zach (Trevor Wright, anciennement de Boston Public et de NYPD Blue) est coincé à San Pedro, en Californie, où il est cuisinier et artiste urbain. Renonçant à une bourse d’études en art afin de contribuer à l’éducation de son neveu Cody, il divise son temps entre son père souffrant, sa relation chancelante avec sa petite amie Tori et les drames domestiques de sa sœur Jeanne, une mère négligente (Tina Holmes de Six Feet Under). Mûrissant plus vite que ses amis privilégiés, Zach se console avec le surf, passion qu’il partage avec Shaun (Brad Rowe, Billy’s Hollywood Screen Kiss), le frère aîné gay de son meilleur ami. Zach cédera lentement mais sûrement aux avances de Shaun, mais arrivera-t-il à concilier ses rêves et ses ambitions et les réalités familiales ? Premier film de Jonah Markowitz, Shelter démontre qu’un drame intelligent et franc sur les tensions entre classes sociales, sur le coming-out et la famille est parfaitement compatible avec de beaux mecs qui se glissent dans et hors de leurs wetsuits dans un cadre paradisiaque. Une éblouissante trame sonore, des images fluides et une interprétation impeccable font de Shelter un autre chef-d’œuvre dans le genre coming-out.

vendredi 16 nov_21h15 | PGM03 | Imperial
Également dans ce programme : Signage


 
Signage
Rick Hammerly | États-Unis | 2007 | video | 13 min | v.o. anglaise

La rencontre fortuite d’un jeune sourd force un homme de 41 ans à faire face à son avenir incertain dans le monde gay d’aujourd’hui obsédé par la jeunesse.

vendredi 16 nov_21h15 | PGM03 | Imperial
Également dans ce programme : Shelter



SITE OFFICIEL

 
Le héros de la famille
Thierry Klifa | France/Italie | 2007 | 35mm | 103 min | v.o. française | s-t.a_en

Gabriel Stern (Claude Brasseur), patriarche, est propriétaire du cabaret « Le Perroquet bleu », situé dans la belle ville de Nice. Un soir, celui qui incarne « Gabriella » sur scène depuis plus de 40 ans, se sentant particulièrement exténué, demande à son associé, le magicien sur le retour Nicky (Gérard Lanvin), de fermer le bar à sa place et rentre à la maison se coucher. Le matin suivant, Nicky apprend une bien triste nouvelle : Gabriel est mort durant son sommeil. Lors de la lecture du testament, Nicky apprend avec consternation que Marianne et Nino (Géraldine Pailhas et Michael Cohen), les enfants qu’il a eus de deux épouses différentes – lesquelles se vouent une haine féroce –, sont les héritiers désignés du Perroquet bleu. Immédiatement, faisant fi des supplications de Nicky, Marianne et Nino mettent le cabaret en vente. Cette querelle d’héritage qui réunit bien malgré eux les membres d’une famille éclatée donne lieu à une heure de vérité particulièrement mouvementée. Divers secrets et mensonges sont mis au jour dans une succession défrisante de prises de bec, de règlements de comptes, d’aveux et d’alliances insolites. Film truculent à l’écriture incisive, Héros de la famille constitue un méli-mélodrame familial sur les tiroirs secrets que l’on ouvre sans savoir qu’on va y trouver un peu de sa propre histoire. Porté par une distribution de rêve, dont la radieuse Miou-Miou (Simone) et l’altière Catherine Deneuve (Alice), ainsi qu’Emmanuel Béart en chanteuse roucoulante et Valérie Lemercier en meneuse de claque, ce film choral rappelant les comédies américaines des années 1940 nous amène à nous demander : connaissons-nous bien nos parents, nos anciennes amours, nos amis et nos enfants ?

samedi 17 nov_13h00 | PGM05 | Imperial

SITE OFFICIEL

 
The DL Chronicles
Deondray Gossett & Quincy LeNear | États-Unis | 2007 | video | 100 | v.o. anglaise

Les mâles qui mènent une vie double ont toujours existé, mais ce n’est que récemment qu’on a donné un nom à leurs activités clandestines – « downlow » – et que divers projets artistiques ont été réalisés pour les illustrer. Ce trio d’épisodes sensuels, bien interprétés, provenant d’une nouvelle série de la chaîne américaine Here!, est une contribution louable au genre, proposant une perspective ouverte sur les différentes manières dont les Afro-américains s’engagent secrètement dans une activité homosexuelle, tout en menant une vie d’hétéro. Dans le premier épisode, Wes, un yuppie marié, découvre qu’il est attiré par son beau-frère Trent. Dans le deuxième épisode, Robert, un homme troublé, s’éprend d’Austin, un jeune homme du Belize, mais cache cette relation à la femme la plus importante de sa vie. Dans la dernière partie, un playa du nom de Boo s’intéresse à tout ce qui bouge jusqu’à ce qu’il découvre que la promiscuité peut avoir des conséquences désastreuses. Ensemble, ces trois récits provocants – portés par une belle musique d’inspiration R&B – arrivent à circonscrire différentes situations sociales qui détournent les hommes noirs de l’honnêteté et de l’ouverture pour les entraîner vers le « downlow ».

samedi 17 nov_15h00 | PGM06 | Imperial

 
Johan: mon été 1975
Phillipe Valois | France | 1976 | 35mm | 90 min | v.o. française

Nous sommes en 1970; l’amour se vit en mode rétro. Johan, un homme charismatique, est derrière les barreaux. Pendant qu’il attend sa sentence, Vallois, acteur-cinéaste gai, tente de recréer l’idylle passionnée qu’ils ont vécue. Pour remplacer son amant prisonnier, il recherche désespérément une grande vedette. Mais son film se transforme bientôt en une réflexion sur la sensualité à la fois spontanée et débridée et sur l’amour interracial. Le Johan fraîchement restauré de Vallois nous montre, en plus de la présence hétérosexuelle de rigueur, des corps splendides en pleine gloire préstéroïdienne. Bien que le film controversé et révolutionnaire de Philippe Vallois ait été accepté au festival de Cannes de 1976 sans être censuré, il a été classé X par le bureau de censure français. Pour la sortie du film en salle, le réalisateur a dû couper les très belles scènes d’érection et de pénétration du poing, aujourd’hui des incontournables du cinéma porno. Avec des références désinvoltes à des films tels que Chant d’Amour de Genet et Teroema de Pasolini, Johan : mon été 1975 combine le cinéma-vérité à une charge érotique franche et sans complexe. Tantôt hilarant et tantôt jouissivement sexy, ce film bouleverse les goûts et les tendances de l’époque en matière de porno commerciale. Délicieusement irrévérencieux et tout à fait hors-norme, Johan : mon été 1975 est un oiseau rare, tant pour les spécialistes de l’histoire du cinéma que pour les amateurs de porno... – BP

samedi 17 nov_17h00 | PGM07 | Imperial

 
I Want to be a Secretary
Sarah Wood | Grande Bretagne | 2006 | video | 12 min | v.o. anglaise

Les aventures d’une jeune femme de carrière au sein d’un service de dactylographie.

samedi 17 nov_19h00 | PGM08 | Imperial
Également dans ce programme : Itty Bitty Titty Committee


SITE OFFICIEL

 
Itty Bitty Titty Committee
Jamie Babbit | États-Unis | 2007 | video | 87 min | v.o. anglaise

Mettant en vedette Melonie Diaz (Raising Victor Vargas), Nicole Vicius (Half Nelson) et Daniela Sea (The L Word), le plus récent film de Jamie Babbit (But I’m a Cheerleader) est une comédie trépidante féministo-queer propulsée par une bande son extraordinaire. Anna, dix-huit ans, travaille comme réceptionniste dans une clinique de chirurgie esthétique et se prépare à être demoiselle d’honneur au mariage de sa sœur. Sa copine vient de la larguer, et sa demande d’admission au collège vient d’être rejetée. La vie n’est pas rose… jusqu’à ce qu’un soir, elle surprenne Sadie en train de couvrir les murs de la clinique de graffitis pour le compte de Clits In Action, un groupe d’action directe féministe. Avant longtemps, Anna accepte de faire le guet pour les Clits pendant qu’elles se réapproprient l’espace public. Elle ne tarde pas à rejeter l’institution du mariage, à passer ses soirées à s’éclater dans des mosh pits, à se teindre les cheveux en rose… et à tomber amoureuse. Mais Sadie a déjà une copine, les C(i)A n’obtiennent pas suffisamment d’attention médiatique et ses membres ont des rapports extrêmement conflictuels. Que doit faire une jeune activiste dans ces circonstances ? Fomenter un plan audacieux pour conquérir le monde et gagner le cœur de la fille, bien sûr !

samedi 17 nov_19h00 | PGM08 | Imperial
Également dans ce programme : I Want to be a Secretary



SITE OFFICIEL

 
The Picture of Dorian Gray
Duncan Roy | États-Unis | 2006 | video | 97 min | v.o. anglaise

Le dandy aux yeux de biche Dorian Gray (David Gallagher, Seventh Heaven) rencontre l’artiste multimédia Basil Hallward à l’un de ses happenings. Dorian devient l’amant et la muse de Basil, qui rappelle l’artiste Bruce Nauman. Son ingénieux portrait vidéo de Dorian fait cependant craindre à ce dernier les ravages du temps. Il signe donc un pacte avec le diable : son portrait vieillira, mais lui, Dorian, demeurera d’une beauté sublime. Puis Basil est durement abandonné pour un esthète amoral, Lord Henry Wotton. Dorian, hypnotisé par ses privilèges sans fin, est attiré par la trahison et le meurtre, lorsque l’angélique Gabriel apparaît… Duncan Roy (connu pour AKA) nous éblouit avec son interprétation audacieuse, ouvertement gaie, du classique d’Oscar Wilde sur la perte et la rédemption. Son raffinement visuel fait écho aux paroles torrides de Wilde. Les costumes élégamment épurés de Hedi Slimane vont de pair avec les décors minimalistes et contrastent avec la trame sonore fort élaborée composée d’extraits d’Erik Satie et de Wagner, et du space-rock envoûtant de Mogwai. Un film qui reflète magnifiquement notre époque empreinte de futilité, où la valeur d’un homme (gai) n’est que matérielle et transitoire.

samedi 17 nov_21h30 | PGM09 | Imperial
Également dans ce programme : Scarred


 
Scarred
Damien Rea | Grande Bretagne | 2007 | 35mm | 10 min | v.o. anglaise

Récipiendaire du Planet Out Short Film Award, SCARRED raconte l’histoire d’un jeune homme qui porte (littéralement) la cicatrice de son passé et qui est confronté à son avenir lorsqu’il s’amourache d’un type pas comme les autres.

samedi 17 nov_21h30 | PGM09 | Imperial
Également dans ce programme : The Picture of Dorian Gray



SITE OFFICIEL

 
Lover Other
Barbara Hammer | États-Unis | 2006 | video | 55 min | v.o. anglaise

Elles étaient amantes lesbiennes et sœurs par alliance, résistantes juives antinazies, collaboratrices artistiques et survivantes. Nées à Nantes, France, Claude Cahun (Lucy Schwob) et Marcel Moore (Suzanne Malherbe), deux femmes issues de milieux aisés, adoptent l’habillement masculin ainsi qu’un nom unisexe et entreprennent une démarche artistique se voulant partie prenante du mouvement surréaliste. Après l’invasion de la France par Hitler, elles se réfugient sur l’île de Jersey et y poursuivent leurs expérimentations révolutionnaires avec les stéréotypes sexuels, les positions de sujet et d’objet et les jeux de rôles. À mesure que le nazisme assombrit leur horizon artistique, elles réorientent leur inépuisable créativité vers la composition de tracts subversifs encourageant les soldats nazis à la mutinerie. Arrêtées et condamnées à mort, elles survivent de justesse à cette sombre période. La cinéaste avant-gardiste Barbara Hammer tisse adroitement une trame passionnante où s’entremêlent des entrevues avec des commissaires et des résidents de Jersey, des reconstitutions prenantes et de saisissants échantillons des œuvres de ces deux artistes. Enveloppé par une très belle musique éthérée, ce documentaire foisonnant recréant l’existence mouvementée de deux artistes uniques aux identités complexes se situe dans l’esprit même de la pensée de Cahun, qui aurait dit : « Sous ce masque un autre masque. Je n'en finirai pas de soulever tous ces visages.

samedi 17 nov_21h30 | PGM10 | J.A. de Seve

 
Dialogue sur l'homoparentalité (Dialogue for Gay Parenting)
Julie Huard | Canada | 2007 | video | 45min | v.o. française | s-t.a_en

Un nouveau genre de famille fait de plus en plus parler de lui : la famille homoparentale, des gais et des lesbiennes qui choisissent, en tant que couples homosexuels, d’avoir des enfants. Le mariage gai passé dans nos lois et l’accessibilité pour les femmes lesbiennes aux banques de sperme ouvrent évidemment une porte supplémentaire à ce nouveau phénomène que certains surnomment le « gayby boom » ! Mais quels sont les défis au quotidien de l’homoparentalité ? Comment se vit-il ? En voici un portrait social.

dimanche 18 nov_11h00 | PGM11 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Mommy Mommy


SITE OFFICIEL

 
Mommy Mommy
Sylvie Rosenthal | Canada | 2007 | video | 43 min | v.o. anglaise

Bien que le Québec ait été la première province canadienne à rendre l’adoption légale pour les couples de même sexe, de nombreux obstacles systémiques demeurent fermement en place. Mommy Mommy trace la chronique des innombrables démarches entreprises par Linda et Mona, deux musiciennes reconnues, pour avoir un enfant. Entre les inséminations maison, les négociations avec les organismes d’adoption, les pourparlers avec le Secrétariat à l’adoption internationale (S.A.I.) et le dépôt de plaintes devant la Commission des droits de la personne du Québec, Linda et Mona finiront-elles par y arriver ? Portrait honnête et touchant des désillusions et des victoires vécues par les deux femmes, Mommy Mommy ne manque ni d’avocats, ni de travailleuses sociales, ni de mères lesbiennes attentionnées. Le film contribue à redonner espoir aux familles québécoises LGBT, qui sont constamment victimes de discrimination économique et sociale quand il est question d’adoption et de parentalité. Plusieurs entrevues éclairantes se succèdent, notamment avec Hélène Zylberszac (qui a remporté sa cause après avoir intenté une poursuite pour violation des droits humains contre la clinique de fertilité de l’hôpital Royal Victoria, qui avait refusé de l’inséminer) ainsi qu’avec l’auteure primée Anne-Marie MacDonald, qui y va de commentaires délicieusement ironiques à l’endroit de Stephen Harper.

dimanche 18 nov_11h00 | PGM11 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Dialogue sur l'homoparentalité (Dialogue for Gay Parenting)



SITE OFFICIEL

 
Further off The Straight & Narrow
Katherine Sender | États-Unis | 2006 | video | 61 min | v.o. anglaise

Aujourd’hui, en Amérique du Nord, la télévision regorge de personnages, d’images et d’émissions LGBT. Fantaisies kitch et émissions cultes mises à part, comment pouvons-nous interpréter ces stéréotypes apparemment positifs ? Dans quelle mesure reflètent-ils les forces économiques et politiques conservatrices en présence aux États-Unis ? Katherine Sender, professeure adjointe à la prestigieuse école de communications Annenberg, livre ici un documentaire à la fois divertissant et provocateur qui analyse cette tendance en pleine expansion dans les médias. Des universitaires ainsi que des analystes des médias émettent tour à tour des points de vue stimulants sur le rôle que jouent les entreprises du divertissement, les classes sociales, l’ethnicité et la segmentation des marchés dans ce phénomène. Cette nouvelle visibilité gaie serait-elle davantage une affaire de consumérisme que de droits humains ou politiques ? Généreusement entrecoupé d’inoubliables extraits d’émissions télévisées à succès comme Ellen, The L Word, Queer Eye for the Straight Guy, Six pieds sous terre, Survivor et Will & Grace, ce documentaire nous amène à nous demander en quoi ces représentations s’écartent vraiment de la norme. Contribution inestimable aux débats sur la présence LGBT dans les médias, Further Off the Straight & Narrow constitue un complément idéal à l’excellent The Celluloid Closet.

dimanche 18 nov_13h00 | PGM12 | Imperial
Également dans ce programme : Lez Be Friends


SITE OFFICIEL

 
Lez Be Friends
Glenn Gaylord | États-Unis | 2007 | video | 71min | v.o. anglaise

Se déroulant dans Greenwich Village en 1969, après les émeutes de Stonewall, Lez Be Friends est un hommage loufoque et tendre aux grandes sitcoms des années 1970. Donnant une tournure (plus) gaie à Three’s Company, le producteur Stephen Israel (Boy Culture) et l’auteur-réalisateur Glenn Gaylord racontent l’histoire de Ricca Pike, une lesbienne butch qui doit faire semblant d’être hétéro pour pouvoir vivre avec ses deux colocs gais (inévitablement en torse nu) si elle ne veut pas subir la colère du propriétaire lesbophobe Truman DuBois.

dimanche 18 nov_13h00 | PGM12 | Imperial
Également dans ce programme : Further off The Straight & Narrow



SITE OFFICIEL

 
Milonga Gay
Paul Chernosky | Argentine | 2006 | video | 5 min | v.o. espagnole | s-t.a_en

Des danseurs fabuleux aux chaussures enflammées créent toute une ambiance à La Marshal, « la première salle de tango gaie au monde » et la place hot de Buenos Aires pour s’enlacer et se lancer des regards provocants.

dimanche 18 nov_15h00 | PGM13 | Imperial
Également dans ce programme : Oh Happy Day


SITE OFFICIEL

 
Oh Happy Day
Ian Poitier | Grande Bretagne | 2007 | video | 100 min | v.o. anglaise

L’histoire de Davis et Jonathan, mais revampée à la manière d’une comédie romantique britannique! L’ambitieux et très « collet monté » Jonathan (Christopher Colquhoun qu’on a préféré à Hugh Grant) rencontre David (Stephen Billington), un représentant pharmaceutique, au franc parler et au manières quelque peu cavalières, lors d’un gala de remise de prix. Fidèles à l’Ancien Testament, David et Jonathan font plus ample connaissance, mais la gêne s’installe lorsque Jonathan réalise que David est, en fait, un de ses clients. Conscient que son patron, personnage pour le moins acerbe, veille à ce que la politique concernant la fraternisation avec les clients de l’agence soit rigoureusement respectée, Jonathan met un terme à cette idylle naissante – ce qui, bien sûr, provoque l’indignation de de David. Alors qu’ils s’efforcent de lutter contre cette attraction irrésistible, s’engage un combat opposant les forces charnelles aux forces de la raison. Jonathan saura-t-il admettre que sa quête d’amour et de bonheur revêt davantage d’importance à ses yeux que ses engagements professionnels? Oh Happy Day, sans doute l’un des meilleurs films présentés au London Lsbian & Gay Film Festival de 2007, marque les débuts éclatants de Ian Poitier. Un regard inquisiteur sur l’amour, des répliques rapides et fort à-propos et un humour cinglant, voilà les principaux ingrédients de ce récit saisissant qui dépeint la vie éclatée de familles recomposées sur fond de romance et de politiques corporatives. Léger, inspirant et souvent surprenant, Oh Happy Day est la cuillérée de miel qui fait passer la pilule!

dimanche 18 nov_15h00 | PGM13 | Imperial
Également dans ce programme : Milonga Gay



 
Salomé
Téo Hernandez | France | 1976 | 16mm | 65 min | v.o. française

Né au Mexique, le cinéaste Téo Hernandez s’installe à Paris en 1976, où il vit jusqu’à sa mort prématurée du sida, en 1993. C’est aussi en 1976 qu’il livre son superbe Salomé, une re-vision onirique mettant en valeur le contenu religieux, l’iconographie orientaliste et la fluidité des genres qui caractérisent la légende biblique. Le film annonce l’émergence d’un nouveau mouvement dans le cinéma expérimental français, appelé « l'École du corps ». Composé en grande partie de cinéastes gais et lesbiennes travaillant en super 8, ce mouvement aborde les thèmes du corps et du désir selon une esthétique de la luxuriance hautement originale. Salomé exemplifie le caractère puissamment opératique d’un grand nombre de ces films, qualité rarement associée avec le format super 8 avant et depuis. Si l’importance de l’œuvre d’Hernandez au sein du patrimoine culturel français est dorénavant établie, ses films sont rarement présentés hors de la France. Cette projection spéciale de Salomé, en format 16mm (le super 8 original gonflé), constitue une rare occasion pour les auditoires de l’ouest de l’Atlantique de s’initier à l’univers poétique de cet éminent cinéaste. Le programmeur Greg Youmans sera disponible pour parler de l’histoire du film, de l’École du corps et des défis qui se présentent aujourd’hui à la production d’œuvres LGBT en format super 8.

dimanche 18 nov_15h00 | PGM14 | J.A. de Seve

 
I Don't Want to Sleep Alone (Hei Yan Quan)
Tsai Ming-ling | Taiwan/France/Austrie | 2006 | 35mm | 115 min | Taiwanese/ Malay/ Mandarin/ Bengali | s-t.a_en

Attaqué et blessé par des voyous, Hsiao-Kang est rescapé par quelques travailleurs bangladeshi. Rawang (la sensation malaisienne Norman bin Atun) prend plaisir à s’occuper de lui, dormant à ses côtés sur un matelas trouvé dans une benne à ordures. En parallèle, la serveuse mécontente Chyi (Chen Shiang-Chyi) prend soin du fils paralysé de sa patronne. Se remettant petit à petit, Hsiao-Kang découvre qu’il sert de catalyseur aux désirs réprimés de Chyi et Rawang. Une brume mystérieuse enveloppe Kuala Lumpur. Que cela émane des ordures brûlées par des immigrants ou de feux de forêt en Indonésie, il y a certainement quelque chose qui grésille chez nos protagonistes… Le réalisateur controversé Tsai Ming-Liang montre crûment les vérités dérangeantes du corps en mouvement et au repos. Initialement bannie dans sa Malaisie natale, cette œuvre hypnotique cerne avec éloquence et intégrité la situation des minorités déplacées. Une riche trame sonore polyglotte et un scénario sobre accompagnent ce film qui parle de plaisirs inespérés dans des endroits inattendus. Chantiers de construction abandonnés et ruelles obscures sont empreints d’un érotisme subversif et subtil dans ce regard sur la vie misérable des travailleurs itinérants, en suspens entre le désespoir et l’espoir.

dimanche 18 nov_17h00 | PGM15 | Imperial

 
Do Not Bend
Pierre Bonhomme | Canada | 2007 | video | 6 min | v.o. anglaise

Même une énorme maison de banlieue n’est pas assez grande pour contenir les lourds antécédents d’un couple compliqué.

dimanche 18 nov_17h00 | PGM16 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Kate Clinton: 25th Anniversary Tour


SITE OFFICIEL

 
Kate Clinton: 25th Anniversary Tour
Andrea Meyerson | États-Unis | 2007 | video | 65 min | v.o. anglaise

Préparez-vous à toute une explosion de rires ! Ce formidable film-anniversaire d’Andrea Meyerson se veut une célébration des 25 années de carrière de Kate Clinton, féministe de la première heure et humoriste irrévérencieuse. Abu Ghraib, la mort du pape, les tendances successives en matière de menstruations, The L Word et notre culture axée sur la surveillance, rien n’est hors de la mire de cette grande dame de l’humour politique et queer aux États-Unis. Réalisatrice et productrice de renom, Meyerson (créatrice de la série Laughing Matters), qui a elle aussi fait œuvre de pionnière dans le monde des médias, nous revient avec un autre spectacle inspirant et impertinent, commandité par le National Center for Lesbian Rights (NCLR). On y voit Clinton en compagnie de sa partenaire, l’avocate Urvashi Vaid, et un hommage touchant de la directrice générale du NCLR, Kate Kendell. Kate Clinton: 25th Anniversary Tour est jalonné de témoignages enthousiastes de vedettes telles que Melissa Etheridge, Lily Tomlin, Cris Williamson et les membres du groupe ultra-lesbien The Kinsey Sicks. Venez vous bidonner dans une salle remplie de femmes devant ce réjouissant échantillon de ce qui se fait de mieux en humour queer.

dimanche 18 nov_17h00 | PGM16 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Do Not Bend



  Les filles s'éclatent

 
Congratulations Daisy Graham
Cassandra Nicolaou | Canada | 2007 | 35mm | 14 min | v.o. anglaise

À quoi peut bien servir un revolver s’il n’est pas chargé ? Cassandra Nicolaou, bien connue et appréciée des festivalières (Why I’ll Never Trust you in 200 Words or Less, Interviews with My Next Girlfriend et Show Me), nous livre un autre court métrage saisissant sur la vieillesse, l’amour et ce qui risque de se produire quand on arrive au bout du rouleau.

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Fine and Dandy, I'm Not So Sure the World Deserves Us, Les corps silencieux, Pariah, Private Life, Un mariage comme les autres


 
Fine and Dandy
Kelly West | Australie | 2006 | video | 15 min | v.o. anglaise

Ayant recours à l’étiquette du XIXe siècle, une femme à la recherche du bonheur espère attirer l’attention d’une prétendante dans ce court métrage qui baigne dans l’humour noir.

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Congratulations Daisy Graham, I'm Not So Sure the World Deserves Us, Les corps silencieux, Pariah, Private Life, Un mariage comme les autres


 
I'm Not So Sure the World Deserves Us
Raul Fuentes | Mexique | 2007 | video | 4 min | v.o. espagnole | s-t.a_en

Le Lauréat vu à travers les yeux de deux jeunes lesbiennes mexicaines. Palpitant !

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Congratulations Daisy Graham, Fine and Dandy, Les corps silencieux, Pariah, Private Life, Un mariage comme les autres


 
Les corps silencieux
Luz Diaz | France | 2007 | video | 17 min | v.o. française

Les errances d’une jeune fille solitaire fascinée par une femme mystérieuse.

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Congratulations Daisy Graham, Fine and Dandy, I'm Not So Sure the World Deserves Us, Pariah, Private Life, Un mariage comme les autres


SITE OFFICIEL

 
Pariah
Dee Rees | États-Unis | 2006 | video | 27 min | v.o. anglaise

Une ado du Bronx arrive mal à concilier les multiples identités qu’elle se donne pour faire plaisir à ses proches dans ce spectaculaire court métrage primé.

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Congratulations Daisy Graham, Fine and Dandy, I'm Not So Sure the World Deserves Us, Les corps silencieux, Private Life, Un mariage comme les autres


 
Private Life
Abbe Robinson | Grande Bretagne | 2006 | video | 15 min | v.o. anglaise

Nous sommes dans le Yorkshire, en Angleterre, en 1952. Ruth quitte la monotonie de son travail dans une usine de textile pour mener une vie secrète.

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Congratulations Daisy Graham, Fine and Dandy, I'm Not So Sure the World Deserves Us, Les corps silencieux, Pariah, Un mariage comme les autres


 
Un mariage comme les autres
Anne De Léan | Canada | 2007 | video | 5 min | v.o. française

Un dimanche matin tranquille, une dispute de couple prend une tournure inusitée lorsque le sujet de la discussion dérape sur la voisine d’en bas.

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Congratulations Daisy Graham, Fine and Dandy, I'm Not So Sure the World Deserves Us, Les corps silencieux, Pariah, Private Life



 
Nourishment
Marc Saltarelli | États-Unis | 2007 | video | 10 min | v.o. anglaise

Le passé vient hanter Nat lorsque des visiteurs inattendus le distraient au moment où il accueille un nouveau client séropositif à la popote volante du quartier.

dimanche 18 nov_19h15 | PGM17 | Imperial
Également dans ce programme : Parting Glances


 
Parting Glances
Bill Sherwood | États-Unis | 1986 | 35mm | 90 min | v.o. anglaise

Ce classique du cinéma gai suit pendant vingt-quatre heures un groupe vibrant d’amis gais, au milieu des années 1980, à Manhattan. La communication est tendue entre les conjoints Michael et Robert, alors que ce dernier se prépare à quitter le pays pour un poste à l’étranger. Nick (Steve Buscemi, qui crève l’écran), le meilleur ami de Michael, a beaucoup à voir avec ce désaccord inavoué. Atteint du sida – véritable condamnation à mort dans les années 1980 –, Nick est abandonné par tous ses amis, sauf Michael. La tension atteint son paroxysme lors d’une fête organisée par leur amie lesbienne Joan (premier rôle de Kathy Kinney) pour le départ de Robert. L’auteur-réalisateur Bill Sherwood a créé Parting Glances, son seul film, parce qu’il était frustré devant la représentation des gais offerte par le cinéma hollywoodien. Dans ce film qui défie les stéréotypes, c’est le personnage de Nick, amer certes mais jamais victime, qui proposait un portrait nouveau et rebelle des gens aux prises avec le sida. Ce film est le premier à être restauré par le Los Angeles Outfest Legacy Project, dont le mandat est de préserver le cinéma LGBT.

dimanche 18 nov_19h15 | PGM17 | Imperial
Également dans ce programme : Nourishment



 
A Bear, Where?
Jeremy Stewart | Australie | 2006 | video | 4 min | v.o. anglaise

Cette œuvre hybride est à la fois documentaire de voyage, jeu vidéo, bulletin d’informations et rêveries diurnes. Suivez le parcours d’un petit ours qui tente d’attirer l’attention d’une adorable bête à poil.

dimanche 18 nov_21h15 | PGM19 | Imperial
Également dans ce programme : Suffering Man's Charity


SITE OFFICIEL

 
Suffering Man's Charity
Alan Cumming | États-Unis | 2007 | 35mm | 92 min | v.o. anglaise

Dans son premier film à titre de réalisateur, Alan Cumming joue également le rôle de John Vandermark, compositeur raté devenu professeur de musique, avec un faible pour les pauvres jeunes hommes aux grandes ambitions. Lorsque le beau dilettante Sebastian St. Germain (David Boreanaz, Buffy the Vampire Slayer) entre dans sa vie, prétendant être un romancier, John tient absolument à lui venir en aide. Il devient toutefois vite amer lorsqu’il se rend compte qu’on abuse de sa bonté. La goutte fait déborder le vase lorsqu’il découvre que toutes les femmes de la ville jouissent des faveurs de Sebastian et qu’il ne reste plus rien pour lui, son hôte si bienveillant. L’idée d’avoir été dupé, l’amertume et la rage qu’il ressent devant son manque de succès et le sentiment d’impuissance qui le tenaille devant son amour inassouvi déclenchent chez lui un goût de violence. Il en résulte un salut comique et malveillant à la dynamique de pouvoir entre prostitué et client. Avec des clins d’œil au Cœur révélateur d’Edgar Allan Poe et le classique des années 1960 de Joseph Losey/Harold Pinter, The Servant, Suffering Man’s Charity est un film élégant, tout en tensions, qui offre du jeu théâtral brillant et savoureux, avec des performances féroces de la part de Boreanaz et de l’inimitable caméléon Cumming. Remarquablement mielleux, Henry Thomas partage l’affiche, alors qu’Anne Heche, Karen Black, Carrie Fisher et Jane Lynch font des apparitions aussi brèves que remarquables.

dimanche 18 nov_21h15 | PGM19 | Imperial
Également dans ce programme : A Bear, Where?



 
Life #2
Dennis Day | Canada | 2007 | video | 5 min | v.o. anglaise

Comment exister entre la volonté d’être en contrôle et le souhait de s’abandonner : entre connaître le monde et être perdu ?

lundi 19 nov_17h00 | PGM20 | Imperial
Également dans ce programme : The Houseboy


SITE OFFICIEL

 
The Houseboy
Spencer Schilly | États-Unis | 2007 | video | video | v.o. anglaise

À première vue, on pourrait croire à un ménage à trois qui tourne mal, mais The Houseboy se révèle l’histoire poignante d’un jeune homme égaré dans le désert de sa jeunesse. Après un réveil confortable entre DJ (Brian Patacca) et Simon (Tom Merlino), Ricky (Nick May), un jeune décrocheur du collégial, s’aperçoit que sa présence n’est plus aussi désirée qu’elle l’était. Alors que le couple quitte pour L.A à l’occasion du congé des Fêtes, Ricky se retrouve seul et déprimé à Astoria, où il garde le refuge pour animaux blessés de ses amants. Délaissé par sa famille, ses amis et ses amants, il recherche désespérément l’amitié et l’intimité véritables – mais ne trouve sur sa route que des personnages anonymes et des nuits d’orgie sans lendemain peuplées d’hommes sexy, fervents adeptes de substances, qui lui déclarent sans ménagement d’aller chercher de l’aide. L’amitié qui se tisse malgré tout entre Ricky et Blake (Blake Young-Fountain), un travailleur social pour le moins étrange, réussira-t-elle à renverser les tendances suicidaires du jeune homme? Ce film extraordinaire de Spencer Schilly est à la fois une apologie et une parodie de l’univers de l’homosexualité masculine et de sa fixation sur les drogues, le sexe et la jeunesse. Les prestations naturelles et toute en nuances des acteurs nous laissent attendris devant le sort des protagonistes et ajoutent à l’authenticité de ce portrait sans complaisance, mais néanmoins compatissant, des dures réalités de la vie. Spencer Schilly passe au crible la culture de la gratification instantanée et des plaisirs éphémères et lève le voile sur l’inévitable sentiment de vide dans lequel s’abîment tôt au tard ceux qui se livrent à cette quête aussi vaine que superficielle.

lundi 19 nov_17h00 | PGM20 | Imperial
Également dans ce programme : Life #2



SITE OFFICIEL

 
Eternal Summer (Sheng xia guang nian)
Leste Chen | Taiwan | 2006 | 35mm | 95 min | mandarin | s-t.a_en

Histoire de passage à l’âge adulte sous forme de triangle amoureux, Eternal Summer commence alors que deux élèves de l’école primaire très différents, le rebelle Shane et le studieux Jonathan, sont jumelés pour un exercice scolaire. Au fil des ans, les deux garçons se lient d’une amitié inhabituelle et profonde aux accents amoureux. Pendant la dernière année d’école secondaire, une nouvelle étudiante, Carrie, tombe amoureuse de Jonathan. Comprenant que son attirance ne sera jamais réciproque, les intérêts romantiques et sexuels de Jonathan étant dirigés ailleurs – vers son ami d’enfance, plus particulièrement –, Carrie se tourne vers Shane pour obtenir l’affection qu’elle recherche. Telle une pastille Mentos dans une bouteille de Coca-Cola diète, l’irruption de Carrie entraîne une explosion d’émotions et de besoins demeurés jusque-là enfouis… et déclenche une série d’événements. Réalisé avec style par Leste Chen, âgé de 26 ans, l’un des membres de la nouvelle vague taïwanaise, dont le premier long métrage, Two Heirlooms, a battu des records au box-office à Taïwan, Eternal Summer illustre parfaitement les maladresses des premières amours et la confusion qu’engendrent les emportements du cœur. Film sensuel à la grande puissance évocatrice, grâce entre autres à ses séduisants jeunes acteurs, Eternal Summer constitue l’un des titres les plus réussis de cette importante année pour le cinéma asiatique queer.

lundi 19 nov_19h00 | PGM21 | Imperial

 
Butte
Marlene Millar | Canada | 2006 | video | 6 min | sans dialogue

Poétique, sensuel et mettant en vedette Chief-Moon, Butte se déploie dans une journée. Le corps comme paysage est l’image centrale de ce court métrage où la chair, les os et les muscles deviennent synonymes de la terre.

lundi 19 nov_19h00 | PGM22 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Byron Chief-Moon: Grey Horse Rider


SITE OFFICIEL

 
Byron Chief-Moon: Grey Horse Rider
Marlene Millar & Phillip Szporer | Canada | 2006 | video | 48 min | v.o. anglaise

Byron Chief-Moon compte parmi les acteurs autochtones canadiens les plus connus, ayant joué dans de grandes séries comme Da Vinci’s Inquest, Highlander, North of 60 et Stargate SG-1. Grey Horse Rider suit l’évolution de ce chorégraphe et danseur accompli de l’Alberta, fondateur de la novatrice Coyote Arts Percussive Performance Association. Son travail reflète l’interaction complexe de ses multiples identités et de son héritage unique. Membre des Premières Nations Pieds-Noirs et Kainai, Chief-Moon est également bispirituel et père de trois enfants. Liant finement la mythologie ancestrale, son lien viscéral avec la nature, les tensions entre la ruralité et l’urbanité et les récits de ses grands-parents, ses œuvres profondément modernes et originales sont en soi des rites de passage et de guérison. Cet hommage sensible de Philip Szporer à l’un des chorégraphes canadiens les plus attachants fusionne des extraits de spectacles et des entrevues franches avec des collaborateurs, parents et amis. Un bijou de documentaire !

lundi 19 nov_19h00 | PGM22 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Butte



SITE OFFICIEL

 
Chacun sa nuit
Jean-Marc Barr & Pascal Arnold | France | 2007 | 35mm | 95 min | v.o. anglaise | s-t.a_en

Pierre (Arthur Dupont), le magnifique chanteur bisexuel d’un groupe de musique punk, pourrait très bien être l’incarnation moderne du Terence Stamp de Pasolini : le séduisant jeune homme qui satisfait les rêves de tous. Il entretient une relation symbiotique, quasi-incestueuse, avec sa sœur Lucie (Lizzie Brocheré) et des amitiés empreintes de séduction avec ses musiciens. Dans sa ville natale, il a la réputation d’être prêt à tout – incluant des orgies effrénées avec les édiles urbains ! Une vie idyllique de luxure inoffensive, de bains de soleil et de baignades nues… qui prend fin de manière abrupte lorsque le beau Pierre disparaît. Pendant que la caméra s’attarde aux courbes sensuelles des corps dans cette quatrième collaboration entre Jean-Marc Barr et Pascal Arnold, on découvre peu à peu que l’orientation sexuelle des personnages est en fait la clé du mystère. Inspiré d’un fait vécu, le film adopte un ton fragmenté – glissant entre passé et présent alors que Lucie tente de résoudre le mystère de la disparition de son frère, tout en apprivoisant la possibilité d’une vie sans lui. Pendant que celle-ci bâtit leur histoire devant nos yeux, le film attire notre attention sur le narcissisme, l’arrogance et le désengagement des deux personnages, qui se servent du sexe pour manipuler les gens autour d’eux. Une approche dont les conséquences s’avèrent dangereuses pour ce jeune homme aux yeux langoureux.

lundi 19 nov_21h00 | PGM23 | Imperial

SITE OFFICIEL

 
Anger Me
Elio Gelmini | Canada | 2006 | video | 72 min | v.o. anglaise

L’histoire personnelle plutôt typique de Kenneth Anger, soit celle d’un jeune homme qui s’émancipe d’une famille hollywoodienne étouffante qui le destinait à devenir ingénieur en aviation, ne laissait en rien présager l’étonnante destinée de cet artiste dont les œuvres singulières aux accents érotiques et mystiques ont fortement dérangé. Ses films expérimentaux à la fois superbes, bizarres et audacieux, qui sont devenus autant de classiques, comme Fireworks, Rabbit Moon et Scorpio Rising, ont fait d’Anger à la fois le parrain du film indépendant et le précurseur de MTV, qui a ouvert la voie à toute une nouvelle génération de cinéastes d’avant-garde, dont Barbara Hammer, Derek Jarman et David Lynch. Cryptiques et hallucinatoires, les films surréels d’Anger brouillent constamment les frontières entre le mythe et la réalité grâce à une imagerie envoûtante et originale. Dans Anger Me, le cinéaste parle de ses amitiés avec Alfred Kinsey et certains marginaux comme Bobby Beausoleil, acolyte de Charles Manson, ainsi que de ses rencontres fascinantes avec Cocteau, Genet, Pasolini et Visconti au cours de son séjour de 12 ans à la Cinémathèque française. La narration de cette chronique d’Elio Gelmini est assurée par le maître faiseur de mythes lui-même, et la facture du film fait écho au style unique d’Anger. Disciple d’Aleister Crowley et fier païen, Anger explique en quoi la création filmique représente pour lui un rituel sensuel physique. Film bien trop court sur la vie longue et riche d’un artiste hors normes, Anger Me est un incontournable pour tous ceux qui s’intéressent au cinéma alternatif queer.

lundi 19 nov_21h00 | PGM24 | ONF_NFB

 
Spinnin'
Eusebio Pastrana | Espagne | 2007 | 35mm | 109 min | v.o. espagnole | s-t.a_en

Quand on est un petit couple gai bien installé et que tout baigne, pourquoi ne pas avoir un enfant ? C’est ce que décident Garate (Alejandro Tous) et Omar, un jeune couple gai de Barcelone. Après avoir sollicité en vain plusieurs de leurs amies, ils rencontrent Raquel, une jeune femme enceinte un peu excentrique qui vient de perdre son amoureux et qui cherche désespérément à redonner un sens à sa vie. Ensemble, ils formeront une famille nouveau genre. Avec Spinnin’, le réalisateur espagnol Eusebio Pastrana livre une réflexion pertinente sur la paternité chez les hommes gais au sein d’une culture centrée sur la famille, et sur les joies et les défis inspirants que comporte toute tentative d’accomplir quelque chose d’un peu différent. Le trio familial est entouré d’un remarquable groupe d’amis aux prises avec leurs propres problèmes comme l’infidélité, la réalisation difficile d’un documentaire et l’état lamentable de l’équipe de soccer Atlétic. Remplie d’humour mais aussi de beaucoup d’émotion, Spinnin’ est une œuvre à la thématique rare et inhabituelle dans le cinéma espagnol. Un film vibrant sur les gens qui changent le monde sans se laisser intimider par les tabous et les préjugés.

mardi 20 nov_17h00 | PGM25 | Imperial

  Local héros

 
Le match
Jean-Philippe Garonte | Canada | 2007 | video | 11 min | v.o. française

L’amitié entre deux colocataires se précise lors d’un match de baby-foot.

mardi 20 nov_19h00 | PGM27 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Chimère, From the Archives of Video Populaire, Invisible Son, It's About Time, Un mariage comme les autres, The One About Icarus, O My God!, Pour Sinclair, Sans statut, Silent Subjects Surface, La sortie


 
Chimère
Yen-Chao Lin | Canada | 2006 | video | 6 min | sans dialogue

Prenant place dans un monde parallèle, ce poème visuel fragmenté explore la recherche de l’identité sexuelle, l’autoreprésentation et la perception de soi.

mardi 20 nov_19h00 | PGM27 | ONF_NFB
Également dans ce programme : From the Archives of Video Populaire, Invisible Son, It's About Time, Un mariage comme les autres, The One About Icarus, O My God!, Pour Sinclair, Sans statut, Silent Subjects Surface, Le match, La sortie


 
From the Archives of Video Populaire
Anne Golden | Canada | 2007 | video | 22 min | v.o. anglaise/ francaise | s-t.a/f

Une exploration innovatrice de la façon dont le passé se construit et les souvenirs s’enregistrent. Littéralement.

mardi 20 nov_19h00 | PGM27 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Chimère, Invisible Son, It's About Time, Un mariage comme les autres, The One About Icarus, O My God!, Pour Sinclair, Sans statut, Silent Subjects Surface, Le match, La sortie


 
Invisible Son
Ed Lee | Canada | 2005 | video | 11 min | v.o. anglaise

Dans une lettre brutale et honnête envoyée à ses parents immigrants, un jeune homme tente de concilier son héritage culturel avec sa sexualité.

mardi 20 nov_19h00 | PGM27 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Chimère, From the Archives of Video Populaire, It's About Time, Un mariage comme les autres, The One About Icarus, O My God!, Pour Sinclair, Sans statut, Silent Subjects Surface, Le match, La sortie


SITE OFFICIEL

 
It's About Time
Marco-D | Canada | 2007 | video | 3 min (extrait) | sans dialogue

L’important n’est pas comment on perçoit le temps, mais comment on emploie le temps qu’on a.

mardi 20 nov_19h00 | PGM27 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Chimère, From the Archives of Video Populaire, Invisible Son, Un mariage comme les autres, The One About Icarus, O My God!, Pour Sinclair, Sans statut, Silent Subjects Surface, Le match, La sortie


 
Un mariage comme les autres
Anne De Léan | Canada | 2007 | video | 5 min | v.o. française

Un dimanche matin tranquille, une dispute de couple prend une tournure inusitée lorsque le sujet de la discussion dérape sur la voisine d’en bas.

mardi 20 nov_19h00 | PGM27 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Chimère, From the Archives of Video Populaire, Invisible Son, It's About Time, The One About Icarus, O My God!, Pour Sinclair, Sans statut, Silent Subjects Surface, Le match, La sortie


 
The One About Icarus
J.D. Stewart | Canada | 2007 | video | 6 min | sans dialogue

Ce film reprend le mythe d’Icare, sauf qu’ici, Icare est glorifié pour avoir connu l’extase et la liberté de voler.

mardi 20 nov_19h00 | PGM27 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Chimère, From the Archives of Video Populaire, Invisible Son, It's About Time, Un mariage comme les autres, O My God!, Pour Sinclair, Sans statut, Silent Subjects Surface, Le match, La sortie


 
O My God!
David Boisclair | Canada | 2007 | video | 5 min | sans dialogue

O My God! est un « terrifiant » slasher qui prouve habilement l’exception à la règle. Premièrement, la cliente n’a pas toujours raison. Deuxièmement, munie de ciseaux, une coiffeuse entêtée peut commettre bien pire qu’un crime sanglant. Finalement, il faudra se rendre à l’évidence : Oprah restera toujours la femme la plus puissante de la planète.

mardi 20 nov_19h00 | PGM27 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Chimère, From the Archives of Video Populaire, Invisible Son, It's About Time, Un mariage comme les autres, The One About Icarus, Pour Sinclair, Sans statut, Silent Subjects Surface, Le match, La sortie


 
Pour Sinclair
Maxime Brouillet | Canada | 2007 | video | 7 min | sans dialogue

On aime parce qu’il y a l’autre. Il ne devrait pas y avoir d’impératif catégorique pour aucun amour. Un ode poétique à la liberté du toucher et des sentiments.

mardi 20 nov_19h00 | PGM27 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Chimère, From the Archives of Video Populaire, Invisible Son, It's About Time, Un mariage comme les autres, The One About Icarus, O My God!, Sans statut, Silent Subjects Surface, Le match, La sortie


 
Sans statut
Marik Boudreau | Canada | 2006 | video | 3 min | v.o. française

Une exploration de la relation entre manifestation et architecture à partir de sons et de slogans enregistrés lors d’une manifestation de sans-papiers à Paris.

mardi 20 nov_19h00 | PGM27 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Chimère, From the Archives of Video Populaire, Invisible Son, It's About Time, Un mariage comme les autres, The One About Icarus, O My God!, Pour Sinclair, Silent Subjects Surface, Le match, La sortie


 
Silent Subjects Surface
Lisa Graves | Canada | 2006 | video | 3 min | v.o. anglaise

Qu’arrive-t-il au quarantième anniversaire d’une femme ? A-t-elle trouvé sa voix, peut-elle dire la vérité ou ne fait-elle que parler pour parler ?

mardi 20 nov_19h00 | PGM27 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Chimère, From the Archives of Video Populaire, Invisible Son, It's About Time, Un mariage comme les autres, The One About Icarus, O My God!, Pour Sinclair, Sans statut, Le match, La sortie


 
La sortie
Vincent Champagne | Canada | 2007 | video | 8 min | v.o. française

Un embouteillage sert de toile de fond à un genre différent de conversation entre père et fils.

mardi 20 nov_19h00 | PGM27 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Chimère, From the Archives of Video Populaire, Invisible Son, It's About Time, Un mariage comme les autres, The One About Icarus, O My God!, Pour Sinclair, Sans statut, Silent Subjects Surface, Le match



 
Four Feet
Georgina Tsilogianis | Canada | 2007 | video | 2 min | v.o. anglaise

Cependant que Veronica s’interroge sur sa relation amoureuse, un médium apparaît de nulle part pour lui donner des réponses qu’elle était loin d’attendre.

mardi 20 nov_19h15 | PGM26 | Imperial
Également dans ce programme : Nina's Heavenly Delights, Salt


SITE OFFICIEL

 
Nina's Heavenly Delights
Pratibha Parmar | Grande Bretagne | 2006 | video | 94 min | v.o. anglaise

La chef Nina Shah, grande perfectionniste de la gastronomie qui s’est enfuie de l’église juste avant son propre mariage, revient à Glasgow au bout d’une absence de trois ans pour assister aux funérailles de son père. Horrifiée de constater que le restaurant du paternel a été mis en vente, Nina mijote un stratagème pour que « The New Taj » demeure dans la famille : elle remporte le prestigieux concours de cuisine « Best of the West ». Bravant la désapprobation familiale et le ressentiment de son ex-fiancé, Nina convainc Lisa, ancienne compagne d’école et rivale, de devenir sa sous-chef. Lisa, quant à elle, aimerait faire de Nina son amante. Prises au milieu de tensions grandissantes, les deux gastronomes trouveront-elles le moyen de satisfaire les exigences de leur palais… et de leur cœur ? Film au style inimitable, Nina’s Heavenly Delights est généreusement épicé de numéros musicaux à la Bollywood, de compétitions gastronomiques, de fantômes paternels, d’ébats romantiques, de repas somptueux et de juteuses intrigues secondaires. L’importance de prendre son temps, en gastronomie indienne comme en amour, nous est rappelée avec humour dans cette première fiction lesbienne très relevée que nous sert avec un plaisir visible la célèbre cinéaste.

mardi 20 nov_19h15 | PGM26 | Imperial
Également dans ce programme : Four Feet, Salt


 
Salt
Campbell Farquhar | Nouvelle Zélande | 2006 | video | 3 min | v.o. anglaise

Une histoire d’amour dans laquelle trois personnes partagent une passion pour la bonne chère… tout autant que pour l’un et l’autre.

mardi 20 nov_19h15 | PGM26 | Imperial
Également dans ce programme : Four Feet, Nina's Heavenly Delights



 
Breakfast with Scot
Laurie Lynd | Canada | 2007 | 35mm | 90 min | v.o. anglaise

Éric est un commentateur sportif renommé au service du réseau fictif Canadian Sports Network qui tait jalousement son homosexualité. Dans ce milieu hyper-macho et homophobe, il maintient, on le comprendra, une barrière stricte entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle. À la mort de la petite amie de Billy, son frère, Sam (Ben Shenkman de la série Angels in America), le copain d’Éric, accueille le fils du couple, Scot (Noah Bernett), un jeune qui porte des boas, adore la musique et ignore qui est Wayne Gretzky, en attendant le retour du frère prodigue. Éric, qui craint que l’allure excentrique et les chants de Noël en guise de sonneries de Scot ne lui attirent des ennuis – et ne l’exposent lui-même –, décide de le prendre en mains… Une très belle histoire sur les endroits merveilleux qu’un enfant peut nous faire découvrir, si seulement nous avons le courage de le suivre. L’histoire de Breakfast with Scot, comme celle de Noël, est celle d’un garçon. C’est une version canadienne de Ma vie en rose (avec patin et neige) réalisée par Laurie Lynd, qui donne à cette délicieuse épreuve de force aux saveurs de temps des Fêtes toute la crédibilité de sa série DeGrassi High, grâce à un bon dosage de ce penchant canadien pour le sérieux, sans négliger l’allant et l’esprit. Dans un scénario empreint d’un humour léger, les performances d’acteurs sont convaincantes, et l’angélique Noah Bernett réussit à mystifier véritablement ses compagnons adultes. Enfin, une équipe de la LNH que les allosexuels peuvent applaudir!

mardi 20 nov_21h15 | PGM28 | Imperial

SITE OFFICIEL

 
The Godfather of Disco
Gene Graham | États-Unis | 2007 | video | 82 min | v.o. anglaise

Inspiré de l’autobiographie de Mel Cheren, The Godfather of Disco (G.O.D.) de Gene Graham trace la chronique de la vie et de l’époque de Cheren, véritable parrain de la dance music. Patron de la maison de disques West End Records, à New York, Cheren fait partie de ceux qui ont assuré la survie et l’essor du légendaire Paradise Garage, où Larry Levan a débuté son ascension météorique pour devenir l’un des plus grands DJ de son époque. Le style parfois déstabilisant mais toujours innovateur de Cheren a évolué en parfait synchronisme avec les multiples révolutions contre-culturelles qui ont traversé l’Amérique. Malheureusement, le sida a tôt fait de décimer les planchers de danse et d’emporter de nombreuses jeunes vedettes en pleine gloire. Cheren a riposté énergiquement avec des campagnes telles que 24 Hours for Life et LifeBEAT, en plus de fournir les locaux qui ont servi de quartier général à l’important groupe d’action antisida GMHC. Avec G.O.D., Graham a remporté le prix Emerging Filmmaker Award lors de la 25e édition du festival international de cinéma Minneapolis/St. Paul. Parsemé d’entrevues avec divers acteurs de l’industrie comme Barbara Tucker, les DJ Junior Vasquez, Jellybean Benitez, l’ex de Madonna, et Randy Jones, le cow-boy des Village People, ce retour en arrière trépidant auquel nous convie Graham nous replonge à l’époque où « l’amour était le message ». Un voyage rétro qui passionnera autant les férus d’histoire de la musique que les amateurs de night-life !

mardi 20 nov_21h15 | PGM29 | ONF_NFB

SITE OFFICIEL

 
Surveillance
Paul Oremland | Grande-Brétagne | 2007 | video | 86 min | v.o. anglaise

Professeur en informatique dans une école privée huppée, Adam est adepte de tout ce qui se consomme sur la scène gaie vibrante de Londres. Après un rendez-vous galant avec un énième bel étranger, Adam est impliqué dans un scandale aux possibles dimensions royales, lorsqu’il découvre que sa rencontre fatale, maintenant repêchée de la Tamise, n’était nul autre que l’élégant et nonchalant Jake Raven. Photographe de la haute société, ce fils d’un magnat de la presse de Fleet Street était en brouille avec son père. Suspect principal, Adam recrute son ex-petite amie, son père et un confident mystérieux, quand ses ennemis inconnus se font de plus en plus violents. Déjouant la surveillance et les menaces de mort, passant de surveillé à surveillant, Adam pourra-t-il échapper à ses poursuivants assez longtemps pour prouver son innocence ? Régal haut en couleurs pour les amateurs de complot gai et les observateurs de royauté, ce film montre un Londres post-7/7 qui s’inspire de la série à succès de la BBC, Spooks. Alliant techniques du cinéma-vérité, séquences de caméra de surveillance et thèmes contemporains, Paul Oremland capte habilement une Grande-Bretagne où le fair-play et le flegme traditionnels sont minés par une omniprésente paranoïa.

mercredi 21 nov_17h00 | PGM30 | Imperial
Également dans ce programme : Solace


 
Solace
Michaline Babich | États-Unis | 2007 | video | 14 min | v.o. anglaise

Une rencontre en ligne met en lumière les complexités d’une relation domestique.

mercredi 21 nov_17h00 | PGM30 | Imperial
Également dans ce programme : Surveillance



SITE OFFICIEL

 
Les témoins
André Téchiné | France | 2007 | 35mm | 114 min | v.o. française | s-t.a_en

Alors qu’image+nation entame sa 20e année d’histoire, le festival vous offre comme pièce de résistance le dernier chef-d’œuvre d’André Téchiné (Roseaux sauvages), dont l’histoire se déroule elle aussi il y a deux décennies. Les témoins, à qui l’Ours d’or a échappé de justesse lors de la dernière édition du Festival international du film de Berlin, met en scène une série de personnages qui, au tout début de l’épidémie de sida en France, deviendront témoins et acteurs du drame contemporain que l’on sait. Un soir, à Paris, en 1984, Adrien (Michel Blanc), un médecin gai dans la cinquantaine, se promène dans un parc de drague et y ramasse Manu (Johan Libéreau, vu dans Douches froides), un adolescent d’une beauté désarmante. Adrien est motivé par un élan sexuel, certes, mais espérant quelque chose de plus profond, il maîtrise sa passion et s’engage dans une séduction platonique. Il présente le garçon de province à Sarah (Emmanuelle Béart), amie proche et écrivaine, et à son partenaire Mehdi (Sami Bouajila, Drôle de Félix), un inspecteur de police, et le quatuor part en vacances sur la Côte d’Azur. Durant une baignade, Manu passe à un cheveu de se noyer et Mehdi lui fait le bouche-à-bouche. Aussitôt, le désir bascule. Les deux hommes s’engagent dans une intense liaison, sexuelle et secrète, alors que Sarah traverse une crise personnelle. En effet, bien qu’elle soit une nouvelle maman, elle déteste intrinsèquement les enfants. Adrien a vent de la liaison tumultueuse entre Manu et Mehdi et sa jalousie fait bientôt place à la rage. Mais tout s’arrête lorsqu’une nouvelle, étrange et mortelle maladie se met rapidement à prendre toute la place. Divisé en trois chapitres, un début estival et sexy suivi par un développement tendu se terminant sur une conclusion remplie d’espoir, Les témoins est un film à la fois fiévreux et pudique, une œuvre profonde et complexe. Porté par un jeu d’acteurs parfaitement juste et tout en intériorité (Libéreau est à couper le souffle !), le film entremêle sexualité, émotions, relations interpersonnelles, honnêteté, et présente la vie telle qu’elle était à l’aube de cette guerre qui perdure toujours.

mercredi 21 nov_19h00 | PGM31 | Imperial

SITE OFFICIEL

 
She's a Boy I Knew
Gwen Haworth | Canada | 2007 | video | 70 min | v.o. anglaise

a cinéaste vancouvéroise Gwen Haworth s’installe cette fois-ci devant sa caméra dans ce documentaire simple et franc sur les longues années qu’il lui a fallu pour devenir une femme. Ce film méditatif se veut moins la chronique d’une succession d’interventions chirurgicales qu’une réflexion sur les relations avec ses proches, qui permet de cartographier les transitions qui prennent place dans le cercle intime de Gwen, du côté de sa famille, de ses amitiés et de ses amours pendant cette période cruciale de transformation du soi. Une série d’entretiens en tête à tête, de photographies, de lettres et de messages téléphoniques laisse amplement d’espace à la mère de Gwen, son père, ses sœurs, son épouse et ses amis les plus proches ainsi que sa meilleure amie pour qu’ils puissent partager leurs histoires et s’exprimer sur cette métamorphose. Leurs paroles, si elles sont parfois pénibles à écouter de par leur honnêteté, expriment la peur et la colère, mais aussi leur compréhension et leur soutien. Un film qui raconte de manière exceptionnelle le périple d’une famille qui apprend à gérer le changement et – tout comme elle doit le faire aussi – à accepter Gwen comme elle est.

mercredi 21 nov_19h00 | PGM32 | ONF_NFB

 
Belgrade Pride
Douglas Conrad | États-Unis/Serbie | 2007 | video | 20 min | v.o. serbienne | s-t.a_en

En juin 2001, des lesbiennes, des hommes gays, des bisexuels et des transgenrés de Belgrade organisaient un événement de fierté gay, pour souligner la nouvelle période de démocratie et de tolérance que l’on croyait advenue en Serbie. Une quarantaine de personnes vinrent célébrer. Plusieurs milliers de contre-manifestants s’organisèrent, se présentèrent et les battirent brutalement. Ce documentaire crucial nous rappelle que l’existence LGBT est précaire et qu’on ne devrait jamais tenir pour acquis les droits de la personne.

mercredi 21 nov_21h00 | PGM34 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Le Révolution du Désir


SITE OFFICIEL

 
Le Révolution du Désir
Alessandro Avellis & Gabriele Ferluga | France | 2006 | video | 52 min | v.o. française

La révolution du désir est une exploration de la nébuleuse qui a donné vie aux mouvements de libération sexuelle en France et une interrogation sur le passage de la révolte à la normalisation des homos. Au travers des actions de commandos délirants et d’essais aux titres évocateurs (Le rapport contre la normalité, Trois milliards de pervers) s’esquissent les portraits de Guy Hocquenghem et de Françoise d’Eaubonne, intellectuel/les étonnants et partisan/es inconditionnel/les de la révolution du désir. On y retrouve le philosophe René Schérer, Catherine Deudon, photographe du MLF, Carole Roussopoulos, cinéaste militante, Joani Hocquenghem, frère de Guy, Marie-Jo Bonnet, historienne, les Panthères roses et d’autres intervenants de premier plan. Ce film est un document rare et précieux qui explore le passé et qui vient surtout questionner le présent. Un documentaire essentiel, des témoignages inestimables : notre Histoire...

mercredi 21 nov_21h00 | PGM34 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Belgrade Pride



SITE OFFICIEL

 
Butterfly: A Grimm Love Story
Martin Weisz | Allemagne | 2006 | 35mm | 87 min | v.o. anglaise

Imaginatif et réfléchi, Butterfly: A Grimm Love Story, un film de Martin Weisz (The Hills Have Eyes 2), est cependant loin du conte de fées. Inspiré de la véritable histoire de cannibalisme consensuel d’Armin Miewes et Bernd Jürgen Brandes, le film a été interdit en Allemagne, car il pourrait violer les droits de Miewes. L’actrice Keri Russell y incarne une jeune américaine obsessive, Katie Armstrong, qui étudie la psychologie criminelle en Allemagne. Intriguée par les mesures extrêmes prises par Oliver Hartwin (Thomas Kretschmann, The Pianist) et Simon Grimbeck (Thomas Huber) pour « être compris et se sentir enfin en sécurité », elle décide de fouiller leur histoire. Butterfly : A Grimm Love Story a remporté les prix du meilleur réalisateur et du meilleur acteur pour les deux premiers rôles masculins au Festival international de cinéma de Sitges. Exploration principalement neutre de pulsions radicales et peu communes, le film propose des portraits psychologiques complexes et à plusieurs niveaux de deux homosexuels qui cherchent à n’en former qu’un. Les brèves allusions à Hansel and Gretel et Nosferatu nous sont servies crues. Butterfly : A Grimm Love Story est un film dérangeant sur notre ardent désir de compréhension mutuelle totale, qui nous rappelle que parfois, l’intimité est une simple question de goût.

mercredi 21 nov_21h15 | PGM33 | Imperial

 
20, 13
Joaquim Leitao | Portugal | 2007 | 35 mm | 114 min | v.o. portugaise | s-t.a_en

Nous sommes la veille de Noël, 1969. Au plus fort de la guerre d’indépendance du Mozambique, le capitaine Costa (Adriano Carvalho), qui commande une garnison portugaise dans le nord du pays, et Vincente (Angélico Vieira), un jeune et bel infirmier, entretiennent une relation illicite. Après l’arrivée d’hélicoptères militaires emmenant la femme du capitaine, Leonor (Maya Booth), et celle du médecin de la garnison, Esperança (Carla Chambel), il devient clair que les tensions qui règnent à l’intérieur de la base militaire ont très peu à voir avec la guerre. La tentative de meurtre d’un prisonnier de guerre mozambicain et la série de mystérieuses explosions qui ont lieu sur la base auront-elles pour effet de mettre au jour cet amour interdit ? Réalisé par Joaquim Leitão, 20,13 est le deuxième volet d’une trilogie explorant le passé colonialiste trouble du Portugal. Le réalisateur acclamé de la nouvelle vague portugaise y présente un pan d’histoire qui a été soigneusement gardé sous silence par les autorités militaires de son pays jusqu’à maintenant. Ce thriller controversé présente des scènes de combat dignes d’Oliver Stone et rappelle Merry Christmas Mr. Lawrence, un autre grand film traitant des prisons et de la guerre. Joaquim Leitão compare les violences de la passion à celles des combats et signe, avec 20,13, une réflexion troublante sur la vie militaire et ses codes de conduite douteux, à une époque où l’homosexualité dans l’armée est encore hautement taboue.

jeudi 22 nov_17h00 | PGM35 | Imperial

SITE OFFICIEL

 
Black, White & Gray: A Portrait of Sam Wagstaff and Robert Mapplethorpe
James Crump | États-Unis | 2007 | video | 77 min | v.o. anglaise

Une exploration de la synergie créative entre le collectionneur Sam Wagstaff et Robert Mapplethorpe, ainsi que de leur profonde amitié avec la musicienne et poète Patti Smith. Wagstaff a acquis sa réputation de commissaire grâce à sa surprenante exposition Black White + Gray, présentée au musée Wadsworth Anatheum, à Hartford, exposition marquante qui annonçait l’importance croissante qu’allait prendre le minimalisme dans le monde des arts et la culture populaire. C’est lors d’une soirée dans un loft de Manhattan qu’a lieu la rencontre déterminante entre l’aristocrate mondain Wagstaff et Mapplethorpe, artiste prometteur aux origines modestes. En dépit de leurs différences d’âge et de classe sociale, le patricien et le jeune punk s’encouragent l’un l’autre à explorer de nouveaux territoires : Mapplethorpe initie Wagstaff à l’univers S/M, tandis que Wagstaff introduit Mapplethorpe aux images et aux styles photographiques érotiques, qui ont indiscutablement marqué son travail. Dans son documentaire touffu, James Crump a cherché à mettre en valeur les multiples facettes de la personnalité de cet homme charismatique qui fut une incontestable autorité dans le monde de l’art. Des entrevues avec Dominick Dunne, Smith et d’autres personnalités ajoutent de la couleur et de la profondeur à cet élogieux portrait. Y défilent aussi plusieurs spécimens d’œuvres issues de l’impressionnante collection de Wagstaff.

jeudi 22 nov_19h00 | PGM37 | ONF_NFB

 
Avant que j’oublie
Jaques Nolot | France | 2007 | 35mm | 108 min | v.o. française

Avant que j’oublie, film ascétique et non conventionnel sur la vie de gigolo, examine comment les prédateurs deviennent eux-mêmes des proies. À 58 ans, Pierre (magnifiquement interprété par Jacques Nolot) s’interroge sur l’emprisonnement sans se rendre compte qu’il est en quelque sorte lui-même un prisonnier. Après la mort de son amant et protecteur, il vit dans un dépouillement non sans élégance et dans un isolement loin d’être splendide. Il rêve de se travestir en femme, parle de ses anciennes amours, de succession et de la taille de bites en même temps qu’il tente de reprendre l’écriture. Autocritique impitoyable, il s’inquiète du fait que les médicaments anti-VIH qu’il prend produisent des effets secondaires de plus en plus perceptibles et se plaint de ses rencontres plutôt insatisfaisantes avec des gigolos. Lui-même un ancien gigolo, il partage avec ses amis (et son psychiatre) ses réflexions sur la mort, les occasions ratées et le sens de la vie. Il analyse sa situation avec toute l’ironie et l’esprit qu’on connaît aux Français. Dans ce film qui traite de désirs non assouvis, de souvenirs et d’argent, l’acteur-réalisateur Jacques Nolot (Sous le sable, Roseaux sauvages) examine les mœurs bourgeoises et le matérialisme éhonté, thèmes qu’exploraient également cette année les films A Picture of Dorian Gray et Le héros de la famille. Dans un style dépouillé caractérisé par des plans directs et sans fioritures et de longues prises de vue frontales, Avant que j’oublie est une réflexion cinglante sur ce qu’il reste quand les jours de gloire sont derrière nous. – BP

jeudi 22 nov_19h15 | PGM36 | Imperial
Également dans ce programme : Clandestinos


 
Clandestinos
Sergio Cabrera | Espagne | 2004 | video | 6 min | v.o. espagnole | s-t.a_en

Comment faire son deuil d’un amant qu’on avait gardé secret ? Se déroulant dans le Madrid d’après les attentats à la bombe, Clandestinos est une méditation émouvante sur l’amour et la perte d’un être aimé.

jeudi 22 nov_19h15 | PGM36 | Imperial
Également dans ce programme : Avant que j’oublie



SITE OFFICIEL

 
Sleep in a Nest of Flames
James Dowell & John Kolomrakis | États-Unis | 2001 | video | 118 min | v.o. anglaise

Frère de la diva de la scène Ruth, Charles Henri Ford (1913-2002) était artiste visuel, cinéaste, romancier et éditeur (les revues Blues et View), et un homme gay très influent. En 1933, il co-signait, avec Parker Tyler, le premier roman gay positif : The Young and Evil. Il a fréquenté les salons parisiens de Gertrude Stein, a frayé avec Nathalie Barney et Edith Sithwell, et a dactylographié Nightwood de Djuna Barnes. Sa collaboration dynamique avec son conjoint, le peintre surréaliste russe Pavel Tchelitchew, a donné lieu au « Paper Ball » tenu Wadsworth Anatheum à Hartford’s (précurseur de l’étonnant Black White + Gray de Sam Wagstaff). Après la mort de Tchelitchew en 1957, Ford a renoué avec la vie par le pop art, réalisant le film softcore gay Johnny Minotaur avec Allen Ginsburg. Le documentaire bizarrement inspiré des réalisateurs James Dowell et John Kolomvakis sortent Ford, un gentilhomme du sud qui a côtoyé tous les milieux, de l’obscurité historique. Dans ce film profond et divertissant, la vie et, à travers elle, l’époque de Ford sont brillamment évoquées grâce à un mélange de séquences d’archives incroyables, d’entrevues avec ses contemporains et amis (Pauls Bowles et Cadmus, Harold Stevenson et Dorothea Tanning, entre autres) et des reconstitutions de son travail. Ne manquez pas ce document rempli de vedettes du milieu artistique, qui témoigne d’une vie menée à train d’enfer.

jeudi 22 nov_21h00 | PGM39 | ONF_NFB

SITE OFFICIEL

 
Holding Trevor
Rosser Goodman | États-Unis | 2007 | video | 88 min | v.o. anglaise

Jeune homme beau et sensible, Trevor (le scénariste Brent Gorski) s’ennuie à son boulot en télémarketing et a besoin d’un sérieux changement. Encore désespérément attaché à son ex, Darrell (Christopher Wyllie), éternel petit-garçon-perdu, il est également accroché à ses colocs, l’avaleuse de cocktails Andie (Melissa Searing) et le pétulant Jake (Jay Brannan de Shortbus). Sur le point de devenir zombie, Trevor rencontre Ephram (Eli Kranski), un séduisant et adorable interne, alors qu’il accompagne l’insatiable Jake à une autre fête barbante dans un loft de L.A. Pendant ce temps, Jake convainc ses colocs de l’accompagner à un test de VIH. Les colocs font un party pour célébrer leurs résultats négatifs, malgré l’état second d’Andie. Darrell arrive, carburant à l’autodestruction, Ephram rompt avec Trevor et Andie perd lentement la raison… Avec une trame sonore originale, que les lesbiennes adoreront, et une écriture incisive et acerbe, la réalisatrice Rosser Goodman livre, dans ce premier long métrage, le portrait d’un jeune homme en pleine crise de la vingtaine. Holding Trevor est un drame comico-romantique qui nous apprend qu’aller de l’avant ne signifie pas nécessairement rompre avec le passé.

jeudi 22 nov_21h30 | PGM38 | Imperial
Également dans ce programme : Yeah, No, Definitely


 
Yeah, No, Definitely
Dave Snyder | États-Unis | 2007 | video | 14min | v.o. anglaise

Le déni se transforme en destruction lorsque deux collégiens turbulents vivent une relation intensément platonique.

jeudi 22 nov_21h30 | PGM38 | Imperial
Également dans ce programme : Holding Trevor



SITE OFFICIEL

 
The Two Sides of the Bed (Los Dos Lados de la Cama)
Emilio Martinez Lázaro | Espagne | 2002 | 35mm | 108 min | v.o. espagnole | s-t.a_en

The Two Sides of the Bed constitue un ajout épicé, aguichant et rythmé au riche répertoire de films musicaux espagnols version queer. Javier et Marta sont sur le point de se marier, de même que leurs amis Pedro et Raquel. Du moins, il semble que ce soit le cas. Mais Marta et Raquel ont des idées bien précises sur la façon de célébrer une union, et cela n’inclut pas les garçons ! Javier et Pedro éprouvent tous deux des soupçons déplacés, tout en étant attirés par la même belle séductrice... qui cache elle aussi quelques secrets. Et Rafael, qui complète ce trio d’hommes nageant en pleine confusion, commence à soupçonner que Pilar le trompe et recrute son meilleur ami mal fagoté Carlos pour l’aider à trouver le coupable. Mais Carlos a des intentions bien arrêtées, sans compter une nouvelle garde-robe étonnamment bien pourvue. Dans ce film choral effervescent d’Emilio Martínez Lázaro, une chorégraphie des plus créatives et des chansons entraînantes composent une délicieuse comédie romantique divertissante à souhait. Une succession hilarante de galipettes, de moments de tension homoérotique et de rebondissements en tous genres qui vous fera passer un moment exquis.

vendredi 23 nov_17h00 | PGM40 | Imperial
Également dans ce programme : Love Is Love


 
Love Is Love
Anne Renton | États-Unis | 2007 | video | 7 min | v.o. anglaise

Et si c’était les « straight » qui étaient en fait « queer » ? Ce court métrage hilarant mettant en vedette Jane Lynch et Margaret Cho renverse les rôles de l’homonormativité.

vendredi 23 nov_17h00 | PGM40 | Imperial
Également dans ce programme : The Two Sides of the Bed (Los Dos Lados de la Cama)



SITE OFFICIEL

 
Riparo (Shelter Me)
Marco Simon Puccioni | Italie/France | 2007 | 35mm | 100 min | v.o. italienne | s-t.a_en

De retour d’une escapade romantique en Tunisie, Anna (l’exquise et toujours jeune Marie de Medeiros, vue dans Henry & June et Pulp Fiction) et Mara font une étonnante découverte dans le coffre de leur auto. Déshydraté et désespéré, un jeune Marocain du nom d’Anis les implore de ne pas le dénoncer aux services de l’immigration. Malgré le scepticisme de Mara, Anna est touchée et prend le passager clandestin sous son aile généreuse. Lentement mais sûrement, une famille se forme, en même temps que se dessinent des tensions subtiles entre Anna, la femme d’affaires, et Mara, employée à l’usine de chaussures de ses parents. Le monde extérieur exerçant une pression sur leurs réalités domestiques, Anna, Anis et Mara survivront-ils, et qui deviendront-ils ? Dans Riparo, l’estimé réalisateur italien Marco Simon Puccioni explore avec audace et pertinence les mœurs culturelles, économiques et sociales qui entourent l’immigration et les relations homosexuelles. Combinant parfaitement les thèmes des classes sociales, de l’homophobie et de l’immigration illégale, Riparo est un rappel évocateur de la fragilité de la condition humaine et de notre vulnérabilité devant certaines forces indépendantes de notre volonté.

vendredi 23 nov_19h00 | PGM43 | J.A. de Seve

  prendre son pied

 
Cowboy Forever
Jean Baptiste Erreca | France/Brésil | 2006 | video | 27 min | v.o. française | s-t.a_en

Hommage à Brokeback Mountain dont l’action se déroule dans la région de Patanal, dans l’ouest du Brésil, Cowboy Forever nous entraîne dans l’existence traditionnelle et tranquille des cow-boys latinos. Mais l’émotion atteint son zénith et les fantasmes éclatent au grand jour lorsque deux jeunes et beaux cow-boys entreprennent une torride relation amoureuse.

vendredi 23 nov_19h15 | PGM41 | Imperial
Également dans ce programme : Hard Hat Required, K, Lucky Man, Uropop, Two Nights, Playing With Dolls, Prenuptial Tango, Rock Garden: a Love Story


 
Hard Hat Required
Samara Halperin | États-Unis | 2006 | video | 3 min | v.o. anglaise

Hard Hat Required donne un tout nouveau sens à l’expression « en construction ».

vendredi 23 nov_19h15 | PGM41 | Imperial
Également dans ce programme : Cowboy Forever, K, Lucky Man, Uropop, Two Nights, Playing With Dolls, Prenuptial Tango, Rock Garden: a Love Story


 
K
Juan Simons | Espagne | 2005 | video | 12 min | v.o. espagnole | s-t.a_en

Dans ce court métrage cru et émouvant, K et Nelson vivent dans une ville étouffante et engluée par la routine qui brime leur identité.

vendredi 23 nov_19h15 | PGM41 | Imperial
Également dans ce programme : Cowboy Forever, Hard Hat Required, Lucky Man, Uropop, Two Nights, Playing With Dolls, Prenuptial Tango, Rock Garden: a Love Story


 
Lucky Man
Dan Faltz | États-Unis | 2006 | video | 6 min | v.o. anglaise

Un détective alcoolique, sur la piste d’un assassin, devient mêlé à un dangereux jeu du chat et de la souris qui risque d’exposer ses secrets au grand jour. Finaliste pour le prix du meilleur court métrage de PlanetOut, Lucky Man joue de façon subtile et fantaisiste sur les conventions du film noir.

vendredi 23 nov_19h15 | PGM41 | Imperial
Également dans ce programme : Cowboy Forever, Hard Hat Required, K, Uropop, Two Nights, Playing With Dolls, Prenuptial Tango, Rock Garden: a Love Story


 
Uropop
Benny Nemerofsky Ramsay | Canada | 2006 | video | 2 min | sans dialogue

Hommage à Jean Genet, Uropop est une véritable pause désaltérante.

vendredi 23 nov_19h15 | PGM41 | Imperial
Également dans ce programme : Cowboy Forever, Hard Hat Required, K, Lucky Man, Two Nights, Playing With Dolls, Prenuptial Tango, Rock Garden: a Love Story


 
Two Nights
Rolmar Baldonado | Australie | 2006 | video | 12 min | v.o. anglaise

Un jeune homme a deux aventures très, très différentes.

vendredi 23 nov_19h15 | PGM41 | Imperial
Également dans ce programme : Cowboy Forever, Hard Hat Required, K, Lucky Man, Uropop, Playing With Dolls, Prenuptial Tango, Rock Garden: a Love Story


 
Playing With Dolls
Dan Clark | États-Unis | 2007 | video | 10 min | v.o. anglaise

Des garçons, un party impromptu et un produit de beauté pour gais appelé Boitox sont les ingrédients saugrenus de ce film d’animation tordant sur les homos de West Hollywood.

vendredi 23 nov_19h15 | PGM41 | Imperial
Également dans ce programme : Cowboy Forever, Hard Hat Required, K, Lucky Man, Uropop, Two Nights, Prenuptial Tango, Rock Garden: a Love Story


 
Prenuptial Tango
Harvey Silberman | États-Unis | 2007 | video | 15 min | v.o. anglaise

Dans cette comédie noire, la danse du tango reflète l’histoire de quatre personnes que l’amour mène au désespoir, à la tromperie et à l’infidélité.

vendredi 23 nov_19h15 | PGM41 | Imperial
Également dans ce programme : Cowboy Forever, Hard Hat Required, K, Lucky Man, Uropop, Two Nights, Playing With Dolls, Rock Garden: a Love Story


 
Rock Garden: a Love Story
Gloria Kim | Canada | 2007 | 35mm | 11 min | v.o. anglaise

Rock Garden: a Love Story, une allégorie sur l’amour, la solitude et le pouvoir réparateur de l’acceptation, raconte l’histoire de deux voisins qui s’interrogent sur la difficulté de l’existence. Voilà qu’un objet des plus improbables viendra les changer tous les deux.

vendredi 23 nov_19h15 | PGM41 | Imperial
Également dans ce programme : Cowboy Forever, Hard Hat Required, K, Lucky Man, Uropop, Two Nights, Playing With Dolls, Prenuptial Tango



SITE OFFICIEL

 
A Walk into the Sea: Danny Williams & the Warhol Factory
Esther B. Robinson | États-Unis | 2007 | video | 78 min | v.o. anglaise

Arrivant dans la foulée de Factory Girl, A Walk into the Sea: Danny Williams and the Warhol Factory est un premier documentaire très louangé de la cinéaste Esther B. Robinson. C’est par hasard que Robinson a découvert que son oncle Danny Williams, éclairagiste de génie et monteur, était également cinéaste à la Factory et probablement l’amant d’Andy Warhol. Les éclairages complexes de Williams et son utilisation novatrice de lumières stroboscopiques ont contribué à définir l’atmosphère des happenings Exploding Plastic Inevitable de Warhol. Toutefois, l’homme qu’on a péjorativement appelé « l’électricien de Harvard » a réalisé vingt films muets avant-gardistes, où prime la théâtralité typique de son approche. Robinson fait le jour sur Williams, juxtaposant différentes entrevues tout aussi contradictoires que révélatrices avec des vedettes de la Factory comme Brigid Berlin, John Cale, Paul Morrissey et Albert Maysles, le prodige du documentaire. Tentant d’élucider la disparition mystérieuse de Williams après un repas familial en 1966, Robinson retrouve un homme sobre et classique pris dans les rivalités qui animaient alors certaines de ces personnalités au cerveau brouillé par la drogue. Cet hommage à la fois tendre et stimulant est entièrement composé de séquences en noir et blanc tournées par Williams, à l’exception d’extraits de Chelsea Girls.

vendredi 23 nov_19h15 | PGM42 | ONF_NFB

  Gender Trouble

 
Black Men and Me
Michéle Clarke | Canada | 2006 | video | 6 min | v.o. anglaise

Une dyke trinidadienne se penche sur sa situation et sur sa relation complexe avec les hommes noirs.

vendredi 23 nov_21h00 | PGM45 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Dedicated to Rebelsexuals, Gender Trouble, Lucy and Those Eyes, Trannymal, The Perfect Man, The Gendercator, The Boyschoir of Lesbos in New Shoes


 
Dedicated to Rebelsexuals
Anita Schoepp | Canada | 2007 | video | 9 min | v.o. anglaise

Une courte célébration dédiée à ceux et celles qui savent que la sexualité est la manifestation d’une capacité d’atteindre des états indicibles défiant toute compréhension. Des images frappantes s’allient à une gracieuse lenteur pour explorer ces moments extrêmes où il est inutile de s’excuser.

vendredi 23 nov_21h00 | PGM45 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Black Men and Me, Gender Trouble, Lucy and Those Eyes, Trannymal, The Perfect Man, The Gendercator, The Boyschoir of Lesbos in New Shoes


 
Gender Trouble
Tom de Pekin | France | 2005 | video | 4 min | sans dialogue

Le titre dit tout !

vendredi 23 nov_21h00 | PGM45 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Black Men and Me, Dedicated to Rebelsexuals, Lucy and Those Eyes, Trannymal, The Perfect Man, The Gendercator, The Boyschoir of Lesbos in New Shoes


 
Lucy and Those Eyes
Margo St-Amour | Canada | 2006 | video | 12 min | v.o. anglaise

Une vieille histoire où se croisent l’amour et le cirque. Photo en mouvement, Lucy and Those Eyes a été filmé en accéléré à Montréal durant un hiver triste.

vendredi 23 nov_21h00 | PGM45 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Black Men and Me, Dedicated to Rebelsexuals, Gender Trouble, Trannymal, The Perfect Man, The Gendercator, The Boyschoir of Lesbos in New Shoes


 
Trannymal
Dylan Vade & Chrys Curtis-Fawley | États-Unis | 2006 | video | 2 min | v.o. anglaise

Trannymal est un film original, plein de malice et d’esprit, déférent et irrévérencieux qui lève le voile sur les organes génitaux des transsexuels et nous les montre parés de leurs plus beaux atours et fin prêts à nous instruire.

vendredi 23 nov_21h00 | PGM45 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Black Men and Me, Dedicated to Rebelsexuals, Gender Trouble, Lucy and Those Eyes, The Perfect Man, The Gendercator, The Boyschoir of Lesbos in New Shoes


 
The Perfect Man
Maria Akesson | Grande-Brétagne | 2007 | video | 25 min | v.o. suédoise | s-t.a_en

Un court métrage captivant sur Liam, un homme transgenre de 21 ans qui vit en Suède. Au fil des mois que dure sa transition et à travers des rencontres avec ses proches, on découvre un jeune homme en conflit avec lui-même, ce qui remet en cause l’idée qu’en réglant le genre, on règle tout.

vendredi 23 nov_21h00 | PGM45 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Black Men and Me, Dedicated to Rebelsexuals, Gender Trouble, Lucy and Those Eyes, Trannymal, The Gendercator, The Boyschoir of Lesbos in New Shoes


 
The Gendercator
Catherine Crouch | États-Unis | 2007 | video | 15 | v.o. anglaise

S’inspirant du modèle de Rip van Winkle, permettant d’extrapoler à partir du passé pour déterminer un avenir possible, The Gendercator est une brève satire sur les modifications du corps féminin et le sexe social.

vendredi 23 nov_21h00 | PGM45 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Black Men and Me, Dedicated to Rebelsexuals, Gender Trouble, Lucy and Those Eyes, Trannymal, The Perfect Man, The Boyschoir of Lesbos in New Shoes


 
The Boyschoir of Lesbos in New Shoes
Moynan King | Canada | 2007 | video | 5 min | v.o. anglaise

Une symphonie urbaine mettant en vedette la divine chorale torontoise The Boyschoir of Lesbos.

vendredi 23 nov_21h00 | PGM45 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Black Men and Me, Dedicated to Rebelsexuals, Gender Trouble, Lucy and Those Eyes, Trannymal, The Perfect Man, The Gendercator



SITE OFFICIEL

 
Spider Lilies (Ci Qing)
Zero Chou | Taiwan | 2007 | 35mm | 98min | mandarin | s-t.a_en

Le train-train de Takeko, une tatoueuse professionnelle qui s’occupe de son frère, est bousculé lorsque la pétillante femme-enfant Jade (l’actrice et starlette taïwanaise Rainie Yang) fait irruption dans son studio. Pensant pimenter avec des tatous la soft-porn qu’elle exécute devant sa webcam, Jade est remuée par un dessin de lys-araignées qui lui rappelle une passion inassouvie. Pour Takeko, le dessin a toutefois une signification plus sombre. Une relation s’installe prudemment entre Jade, la femme fatale, et Takeko, la butch discrète, qui éveille un passé sombre. En flash-back apparaissent des souvenirs réprimés d’absence parentale et de culpabilité familiale. Takeko peut-elle surmonter son passé tragique et revendiquer l’avenir ? Ici, traditions et mythes puissants se combinent à des portraits psychologiques complexes pour produire une histoire subtile de paradis perdu, peut-être retrouvé, où les divisions entre imaginaire et réalité sont brouillées par un style fluide, finement ponctué d’images générées par ordinateur. Le jeu brillant des interprètes, les intrigues secondaires relevées et la magie visuelle ont fait de Spider Lilies l’un des films les plus populaires de Taïwan. Cinéaste lesbienne comparable à Ang Lee, Chou (Butterfly, Splendid Float) s’est mérité le prix Teddy pour le meilleur film queer au festival de Berlin avec son envoûtant Spider Lilies.

vendredi 23 nov_21h00 | PGM46 | J.A. de Seve

SITE OFFICIEL

 
Hirsute
A.J. Bond | Canada | 2007 | video | 14 min | v.o. anglaise

Kyle, un jeune scientifique, construit une machine à voyager dans le temps et aperçoit une image de lui dans l’avenir, où il est d’une insupportable arrogance. Étonné de découvrir que dans le futur, il est devenu un être obsédé par l’épilation capillaire et les œufs durs, Kyle cherche à modifier le cours de son existence.

vendredi 23 nov_21h15 | PGM44 | Imperial
Également dans ce programme : Outing Riley


 
Outing Riley
Pete Jones | États-Unis | 2004 | video | 86 min | v.o. anglaise

Bobby Riley (l’auteur et réalisateur Pete Jones) est un bon gars irlandais de Chicago. Comme ses trois frères, il apprécie sa viande et ses patates pilées, son base-ball et sa bière, mais avec une légère différence : Bobby est gay. Il n’a jamais parlé de sa sexualité à ses frères férocement hétéros : Luke, le gai luron, Connor, marié et accro des films pornos, et Jack, l’aîné raisonnable qui est prêtre. Seule sa sœur Maggie, une avocate, connaît la vérité. Bien que Bobby vive avec son petit ami Andy (Michael McDonald de MAD TV), il entretient une fausse relation avec son amie lesbienne Carly depuis cinq ans, laquelle se fonde, comme chez « la plupart des gens », sur le mensonge et l’absence de sexe. Mais maintenant que les deux parents sont morts, sa sœur insiste pour qu’il cesse sa comédie et parle à ses frères. Bobby sort finalement du placard, mais ses frères pensent que c’est une blague. Quand ils comprennent que c’est sérieux, ils réagissent alors chacun différemment et ont eux-mêmes des secrets à révéler. Jones a réalisé un film qui dose finement l’humour et le drame réel dans cette histoire sur l’honnêteté, l’acceptation et les liens véritables.

vendredi 23 nov_21h15 | PGM44 | Imperial
Également dans ce programme : Hirsute



  Voix de l'avenir

 
My First Time Driving
Rebecca Feldman | États-Unis | 2007 | video | 18 min | v.o. anglaise

Rachel a une nouvelle petite amie, un permis de conduire tout frais, et elle se meurt de prendre le volant. Malheureusement, maman n’arrive pas à lâcher prise.

samedi 24 nov_13h00 | PGM47 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Team Queen, Sugar Rush, Salt


 
Team Queen
Leah Meyerhoff | États-Unis | 2007 | video | 4 min | v.o. anglaise

Un bal rock and roll post-punk, androgyne et incendiaire.

samedi 24 nov_13h00 | PGM47 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : My First Time Driving, Sugar Rush, Salt


SITE OFFICIEL

 
Sugar Rush
Sean Grundy | Grande-Brétagne | 2006 | video | 75 min | v.o. anglaise

Primée, cette série télévisuelle britannique explore l’univers de Kim et le chavirant désir qu’elle ressent pour la superbe et impertinente Maria Sweet, alias Sugar. Kim doit aussi composer avec une famille dysfonctionnelle et embarrassante : un frère débile, un père qui veut que tout soit toujours impeccable dans la maison et une mère qui se comporte comme si c’était elle qui avait quinze ans. Chaque épisode est un nouveau périple dans l’univers de Kim, alors que ses remarques ironiques nous font entrevoir la pensée d’une ado mélangée, allumée, lascive, qui découvre les lumières de la ville de Brighton et l’excitation des amours illicites. Avec sa fidèle brosse à dents, de l’alcool et des drogues en abondance, et un comportement risqué, Kim est devenue l’anti-héroïne chérie des jeunes lesbiennes britanniques et Sugar, leur petite criminelle préférée, leur inaccessible coqueluche. Sugar Rush est une exploration délirante de ce que ça signifie d’être jeune, excitée et lesbienne en Grande-Bretagne au XXIe siècle.

samedi 24 nov_13h00 | PGM47 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : My First Time Driving, Team Queen, Salt


 
Salt
Campbell Farquhar | Nouvelle Zélande | 2006 | video | 3 min | v.o. anglaise

Une histoire d’amour dans laquelle trois personnes partagent une passion pour la bonne chère… tout autant que pour l’un et l’autre.

samedi 24 nov_13h00 | PGM47 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : My First Time Driving, Team Queen, Sugar Rush



SITE OFFICIEL

 
Katzenball
Veronika Minder | Suisse | 2005 | 35mm | 87 min | v.o. allemande/française | s-t.a_en

S’ouvrant sur la pétillante Samira Zingaro aux célébrations de la Fierté, Katzenball de Veronika Minder suit plusieurs générations de lesbiennes au fil de leur vie et de leurs amours, dont certaines avant qu’elles n’aient même entendu le mot – lesbienne – ou ne l’aient identifié à leurs propres sentiments. Voici la femme fatale urbaine Johanna Berends, la photographe butch aux cheveux d’argent Liva Tresch, la féministe à toute épreuve Heidi Oberli ainsi que la designer de mode et vamp Ursula Rodel. À partir de racines branchées au kaffee klatschen jusqu’aux véritables révolutions contre-culturelles et lesbiennes-féministes, les bouleversements politiques contemporains sur la scène internationale sont inévitablement passés par des scènes plus locales. Alors que ces femmes courageuses ont été tour à tour aux prises avec les années folles, le national-socialisme et les coiffures des années 1980, leurs témoignages francs et touchants parlent ouvertement d’un amour souvent indicible. Combinant adroitement archives, entrevues et de rares extraits du cinéma populaire suisse, cette histoire divertissante et révélatrice constitue une remarquable contribution au genre documentaire et à l’excellent programme qu’en propose image+nation. Hommage émouvant aux lesbiennes dont les victoires rudement remportées ont donné lieu à la fois aux soaps lesbiens superficiels et au mariage gai, Katzenball nous rappelle à quel point ces libertés sont fragiles et tout ce qu’on peut perdre en l’espace d’une seule génération.

samedi 24 nov_13h00 | PGM48 | ONF_NFB

 
La sortie
Vincent Champagne | Canada | 2007 | video | 8 min | v.o. française

Un embouteillage sert de toile de fond à un genre différent de conversation entre père et fils.

samedi 24 nov_15h00 | PGM49 | Imperial
Également dans ce programme : Le ciel sur la tête (Times Have Been Better)


SITE OFFICIEL

 
Le ciel sur la tête (Times Have Been Better)
Regis Musset | France | 2007 | 35mm | 93 min | v.o. française | s-t.a_en

À la fois charmant et profond, Le ciel sur la tête nous présente Rosine (Charlotte de Turckheim) et Guy (joué avec brio par Bernard Le Coq, tour à tour bourru et raffiné), un couple de baby-boomers convaincus qu’ils sont de bons intellos ouverts d’esprit. Mais un jour, pendant le brunch du dimanche, leur fils Jérémy (Arnaud Binard) – un banquier dans la trentaine qui a toujours été le « fils parfait » –, leur annonce qu’il vient d’emménager avec son nouveau copain. C’est alors que des failles dans leur perception soigneusement entretenue d’eux-mêmes commencent à lézarder leur belle façade. Ce détournement de leur vision idéaliste d’un avenir regorgeant de noces et de petits-enfants fait qu’il est difficile pour Rosine et Guy de continuer à ignorer leurs carrières décevantes et leur mariage en perte de vitesse. Manifestement, ils perdent le contrôle de la situation ; il n’y a que leur plus jeune fils (Olivier Guéritée) qui ait encore du jugement et de la lucidité, mais personne ne l’écoute, naturellement, puisqu’il n’a que 18 ans… Dans ce portrait comique et subtil d’une famille à la fois bouleversée par la nouvelle et consciente qu’à notre époque, l’idée d’avoir un fils gai ne devrait plus énerver personne, le réalisateur Régis Musset fait ressortir l’humour de la situation tout en évoquant les tensions bien prévisibles entourant un coming-out aux conséquences inattendues.

samedi 24 nov_15h00 | PGM49 | Imperial
Également dans ce programme : La sortie



SITE OFFICIEL

 
Love My Life
Koji Kawano | Japon | 2006 | video | 96 min | japonaise | s-t.a_en

Imaginez que vous annoncez votre homosexualité à vos parents, et qu’ils en profitent pour sortir du placard eux aussi ! La candide et enjouée Ichiko (Rei Yoshii) décide qu’il est temps d’annoncer son homosexualité. Étudiante en langues et en traduction, elle emmène sa petite amie Eri (Asami Imijuku de Blue), étudiante en droit sérieuse et compétitive, rencontrer son père (l’auteur japonais Ira Shida), un traducteur et écrivain réputé. Mais ce dernier vole littéralement la vedette à sa fille avec une révélation choc : lui et la mère d’Ichiko, décédée sept années auparavant, sont tous deux homosexuels. Sidérée, Ichiko ne sait trop que penser et s’interroge sur les raisons pour lesquelles ses parents ont gardé le silence pendant si longtemps. Entre-temps, Eri suggère une séparation de leur couple jusqu’à ce qu’elle termine ses examens de droit, qui sont extrêmement exigeants. Ce repli provoque la colère d’Ichiko, qui éprouve de sérieux doutes sur les motivations d’Eri. Inspiré du manga à succès d’Ebine Yamaji, le film de Koji Kawano aborde avec adresse le thème de l’homophobie et du sexisme au Japon, au son des rythmes pop-rock enlevés du groupe féminin The Noodles. Une comédie romantique sur l’univers d’une famille incroyablement gaie, et sur les efforts de deux jeunes filles pour arriver à vivre leur relation amoureuse en dépit des turbulences.

samedi 24 nov_15h00 | PGM50 | J.A. de Seve

 
D'ici et d'ailleurs
Nada Raphael | Canada | 2007 | video | 84 min | v.o. française | s-t.a_en

Si certains visages dans D’ici et d’ailleurs vous semblent familiers, c’est peut-être parce que vous les vus dans la rue ou parmi le public d’image+nation. La cinéaste locale Nada Raphaël a réalisé un documentaire fascinant qui explore les vies de plusieurs femmes de couleur de Montréal – lesbiennes, bisexuelles et bispirituelles – qui font face à divers défis à la croisée des cultures, des races, de l’homosexualité et de l’identité. Parlant à la fois en français et en anglais, ces femmes reflètent une vaste diversité d’expériences et d’histoires qui sont parfois tendres et encourageantes, parfois franchement épouvantables : difficultés liées à l’immigration, problèmes familiaux, persécution et violence. Raphaël refuse d’user de stéréotypes et d’analogies vides, choisissant plutôt de se concentrer sur le point de vue de chaque femme pour transmettre clairement la texture et la gamme des vécus et préserver la richesse des contrastes. Les femmes éloquentes qui donnent vie à ce film franc nous éduquent et nous inspirent tout autant avec leur courage devant l’adversité qu’avec les réalités de leur quotidien.

samedi 24 nov_15h00 | PGM51 | ONF_NFB

 
The Other Side (A Outra Margem)
Luis Filipe Rocha | Portugal/Brésil | 2007 | 35mm | 106 min | v.o. portugaise | s-t.a_en

Ricardo, un artiste travesti homosexuel (incarné par un Filipe Duarte tout simplement sublime) est stupéfait par le suicide absolument inattendu de son partenaire, qui le plonge dans une profonde dépression et lui enlève toute envie de poursuivre sa propre vie. La tentative de suicide manquée de Ricardo ramène dans sa vie sa soeur Maria (un personnage joué par Maria João Luís avec une intelligence émotive rare) avec il s’était brouillé. Maria invite Ricardo à s’installer avec elle et son fils Vasco (une première performance magnifique pour Tomás Almeida) atteint du syndrome de Down, qui aspire à devenir acteur et s’invente une vie imaginaire fascinante. C’est ainsi qu’en banlieue de Lisbonne, se tisse une amitié inattendue entre Ricardo et Vasco qui partagent la même passion pour le drame! Cependant, en renouant avec sa sœur, Ricardo devra également affronter son ex-fiancée, Luisa (Sara Graça) et son père… Felipe Duarte et Tom Almeida livrent dans The Other Side, une co-production Brésil-Portugal, des performances remarquables de vérité. Dans ce long métrage, le réalisateur portugais Luís Filipe Rocha s’attaque, avec courage et justesse, à des sujets encore sensibles dans le Portugal catholique et (relativement) conservateur d’aujourd’hui. – BP

samedi 24 nov_17h00 | PGM52 | Imperial

SITE OFFICIEL

 
Derek Jarman: Life as Art
Andy Kimpton-Nye | France | 2006 | 35mm | 96 min | v.o. anglaise

Caravaggio. Edward II. Wittgenstein. Les flamboyants classiques de Derek Jarman ont émergé de son « cinéma des petits gestes » en Super-8. Celui qui a insufflé une vigueur nouvelle au cinéma indépendant britannique a toujours été encensé par la critique, sans obtenir les budgets et la reconnaissance allant de pair avec cet engouement. Élégants et atypiques, poétiques et érotiques, ses films séduisent et captivent tout en se réappropriant l’histoire gaie. Des entrevues avec Gaye Temple, la sœur de Jarman, l’ami fidèle Nigel Terry et la muse, Tilda Swinton (The Chronicles of Narnia) nous permettent de mieux comprendre ce cinéaste, militant et artiste aux multiples talents qui n’avait pas peur de la controverse. L’exploration intime et minutieuse que fait Kimpton-Nye de la vie et du travail de Jarman, une décennie après son décès des suites du sida, sera sans doute une grande inspiration pour la nouvelle génération d’artistes et de cinéastes. Filmé dans le style évoquant la toile peinte qui a fait la marque de Jarman, Derek Jarman: Life as Art retrace les influences de cet artiste iconoclaste et amoureux du jardinage qui rencontrera, sa vie durant, d’importants obstacles au financement de ses films. À l’instar de Kenneth Anger, Stan Brakhage et Barbara Hammer, Jarman figure au panthéon des grands du cinéma LGBT et compte parmi ces pionniers qui ont réalisé des films remarquables en restant fidèles à eux-mêmes, au mépris de toute considération de profit ou de box-office.

samedi 24 nov_17h00 | PGM53 | ONF_NFB

  Rebelles et sexuelles

 
#01 hygienist
Beate Kunath | Allemagne | 2006 | video | 4 min | v.o. allemande | s-t.a_en

Un chassé-croisé de sous-entendus dans le cabinet de l’hygiéniste dentaire.

samedi 24 nov_17h00 | PGM54 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Do You Know That Bad Girls Go To Hell?, Doll-Like, Fem, Godspeed, Prada Handbag, Memory's Paradigm


 
Do You Know That Bad Girls Go To Hell?
Tom de Pekin | France | 2005 | video | 4 min | sans dialogue

Une animation infusée de débauche qui nous montre comment elles font.

samedi 24 nov_17h00 | PGM54 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : #01 hygienist, Doll-Like, Fem, Godspeed, Prada Handbag, Memory's Paradigm


 
Doll-Like
Alexis Boran | Canada | 2006 | video | 3 min | v.o. anglaise

Une méditation tordue sur l’égocentrisme de Barbie.

samedi 24 nov_17h00 | PGM54 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : #01 hygienist, Do You Know That Bad Girls Go To Hell?, Fem, Godspeed, Prada Handbag, Memory's Paradigm


 
Fem
Inge Blackman | Grande Bretagne | 2007 | video | 10 min | v.o. anglaise

Un regard séduisant et intelligent sur la beauté et le pouvoir de la lesbienne hyper-féminine.

samedi 24 nov_17h00 | PGM54 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : #01 hygienist, Do You Know That Bad Girls Go To Hell?, Doll-Like, Godspeed, Prada Handbag, Memory's Paradigm


 
Godspeed
Lynn Breedlove/ Jen Gilomen | États-Unis | 2007 | video | 17 min | v.o. anglaise

Une histoire universelle d’amour, d’accoutumance et de rédemption dans le San Francisco des années 1980. Un messager à vélo lutte contre le monde et son propre désir de sensations fortes pour se gagner l’amour d’une strip-teaseuse.

samedi 24 nov_17h00 | PGM54 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : #01 hygienist, Do You Know That Bad Girls Go To Hell?, Doll-Like, Fem, Prada Handbag, Memory's Paradigm


 
Memory's Paradigm
Amanda Lo | Canada | 2007 | video | 21 min | v.o. anglaise

Lors d’un vernissage, Megan rencontre Kailey et la force à confronter sa litanie de « si » et de « peut-être » à ses vrais souvenirs. Qui est-elle, maintenant que sa contenance et son assurance sont privées de leurs assises ?

samedi 24 nov_17h00 | PGM54 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : #01 hygienist, Do You Know That Bad Girls Go To Hell?, Doll-Like, Fem, Godspeed, Prada Handbag


 
Prada Handbag
Stuart Vauvert | Australie | 2006 | video | 22 min | v.o. anglaise

Que doit faire une fille quand une rare maladie capillaire qui lui fait perdre ses cheveux la rend obsédée par les perruques bouffantes et le maquillage ? Devenir une drag queen, évidemment

samedi 24 nov_17h00 | PGM54 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : #01 hygienist, Do You Know That Bad Girls Go To Hell?, Doll-Like, Fem, Godspeed, Memory's Paradigm



 
Antoine (Anthony)
Jean-Phillipe Laraque | France | 2006 | video | 6 min | v.o. française | s-t.a_en

Vincent et Laurent sont des tueurs à gages professionnels. La découverte d’une note adressée à « Antoine » déclenche une colère de jalousie qui vient mettre en péril leur petite vie tranquille.

samedi 24 nov_19h00 | PGM55 | Imperial
Également dans ce programme : King Size, Serene Hunter


SITE OFFICIEL

 
King Size
Patrick Maurin | France | 2007 | video | 60 min | v.o. française

Au bout de 10 ans de mariage heureux, Nicolas (Claude Yan) et Vincent (Laurent Artufel) sont-ils prêts à sacrifier leur tranquillité pour subir l’opprobre familial et affronter de nouveau les préjugés sociaux ? Lors d’une partouze, ils se retrouvent dans un trio sensuel avec le beau Gabriel (Jonathan Burteaux), un étudiant en sciences politiques. Ils décident alors de refaire leur vie à trois, provoquant doutes et critiques dans leur entourage amical et familial. Porté par une bande son entraînante et des chorégraphies bien menées, ce film léger et anticonformiste de Patrick Maurin rappelle à la fois La Cage Aux Folles et Rent. Dans cette comédie musicale maniée avec énergie et dextérité, tous les aspects marquants de la vie parisienne gaie sont déclinés au son des rythmes contagieux d’Eric Melville. Une œuvre enjouée qui explore, en humour, en musique et en chansons les grandes étapes et les questions que soulève la vie à trois.

samedi 24 nov_19h00 | PGM55 | Imperial
Également dans ce programme : Antoine (Anthony), Serene Hunter


 
Serene Hunter
Jason Bushman | France | 2007 | video | 13 min | v.o. française | s-t.a_en

Un homosexuel parisien très porté sur la chose emménage avec son nouvel ami… au moment même où une vieille flamme de Los Angeles revient en ville

samedi 24 nov_19h00 | PGM55 | Imperial
Également dans ce programme : Antoine (Anthony), King Size



SITE OFFICIEL

 
Red Without Blue
Brooke Sebold, Benita Sills, Todd Sills | États-Unis | 2006 | video | 77 min | v.o. anglaise

Red Without Blue trace le portrait résolument honnête de Mark et d’Alexander Farley, des vrais jumeaux que l’on découvre être respectivement gai et transsexuel. Pendant que leurs parents, Jennie et Scott, évoquent une période plus heureuse et simple, la petite vie parfaite des Farley se trouve chambardée par un divorce, la drogue, l’orientation et l’identification sexuelle de Mark et d’Alexander, les sévices sexuels et des tentatives de suicide combinées. Réunis deux ans plus tard, Mark et Alexander sont ébranlés cette fois par le désir qu’éprouve ce dernier de devenir Clair. L’ambivalence de Jennie quant à la transition de Clair tranche avec le soutien inconditionnel de Scott. Mark et Clair s’en remettent au pouvoir tenace de la gémellité alors qu’ils cheminent vers la maturité. Les réalisateurs Brooke Sebold, Benita et Todd Sills créent un récit exquis, complexe, à partir de photos polaroid, de films de famille en Super-8 et de séquences réalisées par Mark et Clair eux-mêmes. Tourné sur une période de trois ans, Red Without Blue s’est mérité plusieurs prix de cinéma documentaire, tant dans les festivals LGBT qu’ailleurs. Une trame sonore envoûtante regroupant les vedettes indie Anthony and the Johnsons, Cocorosie et The Magnetic Fields propulse ce compte rendu incisif et intime de la mort et, finalement, de la renaissance d’une famille.

samedi 24 nov_19h00 | PGM56 | ONF_NFB

SITE OFFICIEL

 
Family Reunion (Godir Gestir)
Stephanie Perdomo | Icelande | 2007 | video | 21min | v.o. icelandaise | s-t.a_en

Après avoir passé plusieurs années à New York, la très branchée Katrin retourne dans sa ville natale, en Islande, pour l’anniversaire de son grand-père. Toutefois, elle cache un secret qu’elle ne sait trop comment révéler. Mais contre route attente, c’est elle qui aura une surprise de taille dans cette histoire saugrenue sur le thème des secrets de famille.

samedi 24 nov_19h00 | PGM57 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Tick Tock Lullaby


 
Tick Tock Lullaby
Lisa Gornick | Grande-Brétagne | 2006 | video | 73 min | v.o. anglaise

« L’hérédité n’est pas toujours tendre et le mot famille se prête parfois à diverses extensions. » C’est l’une des réflexions que se fait Sasha au moment où elle et Maya se lancent dans l’aventure de séduire un homme simplement pour son sperme parce qu’elles souhaitent avoir un bébé. Loin de reprendre les clichés sur les cliniques de fertilité et l’angoisse existentielle des donneurs, ce film charmant et enjoué aborde avec fraîcheur et originalité l’idée de la maternité, à commencer par la question de savoir si la maternité est en soi une bonne idée. Les démarches de Sasha et Maya se déroulent dans les cafés branchés et les quartiers gais de Londres et contrastent de façon intéressante avec l’histoire de deux sœurs straight qui tentent elles aussi de devenir enceintes : l’une en couchant à droite et à gauche avec de jeunes hommes égocentriques, l’autre malgré une absence marquée de passion pour son mari. Chacune à sa façon, les quatre protagonistes découvrent que les choses ne se passent pas toujours comme prévu et que les erreurs peuvent parfois être source de grand bonheur. Fort des illustrations émouvantes et franches de la caricaturiste Sasha et mû par des prestations d’un grand naturel, Tick Tock Lullaby est un film à ne pas manquer. – AZ

samedi 24 nov_19h00 | PGM57 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Family Reunion (Godir Gestir)



SITE OFFICIEL

 
2 Minutes Later
Robert Gaston | États-Unis | 2007 | video | 78 min | v.o. anglaise

2 Minutes Later commence par une scène de poursuite époustouflante, alors que Kyle Dalmar (Michael Molina) est traqué par un un bandit armé… Deux semaines plus tard, son jumeau gay, Michael, débarque dans la « ville de l’amour fraternel » pour résoudre la mystérieuse disparition de son frère. Souvent confondu avec Kyle, il lui devient rapidement évident que son talentueux et imprévisible frère a laissé derrière lui, humiliés et furieux, plusieurs aspirants mannequins. Kyle s’acoquine avec l’insolente détective saphique Abigail Marks (élégante et superbe Jessica Graham). Se faisant passer pour Michael, il attire l’attention d’un bandit armé déjà aperçu… Spécialiste du thriller sexy, Robert Gaston revient avec un film noir qui nous confronte directement à nos obsessions sur l’art, le mensonge et l’underground. Comme pour OpenCam, il s’inspire du dangereux demi-monde, pétri de fantasmes et de désirs assouvis, de la pornographie. Signé par un réalisateur s’adressant autant aux homosexuels qu’aux lesbiennes, ce film offre des dialogues mordants, une nudité pulpeuse et une trame sonore enlevée.

samedi 24 nov_21h00 | PGM58 | Imperial
Également dans ce programme : Night Falls Fast


 
Night Falls Fast
Mark Robert Jackson | États-Unis | 2006 | video | 24 min | v.o. anglaise

À la suite du décès de sa mère, un toxicomane dévoyé et son chum sont convoqués à la maison familiale rurale pour réconforter son père endeuillé. Les tentatives de réconciliation de son père mettent au jour des secrets de famille et ravivent de vieilles rancunes du passé. Dans l’ombre de la nuit, un traumatisme ouvre la voie à la possibilité d’une rédemption. Un court métrage fascinant.

samedi 24 nov_21h00 | PGM58 | Imperial
Également dans ce programme : 2 Minutes Later



SITE OFFICIEL

 
Two Homelands Cuba & the Night (Dos Patrias Cuba y la Noche)
Christian Liffers | Allemagne | 2006 | video | 84min | v.o. espagnole | s-t.a_en

Sans doute le plus ouvert des pays d’Amérique latine face à l’homosexualité, Cuba a été le premier à rendre légales les relations sexuelles entre partenaires consentants de 16 ans et plus (en 1992), et pourrait bientôt offrir gratuitement les chirurgies de changement de sexe à ses citoyens transsexuels. Pourtant, en écoutant les témoignages de cinq hommes gais et d’une transsexuelle, il s’avère évident qu’il existe tout un monde de différence entre l’égalité théorique et la réalité de la vie au quotidien. Nous faisons la rencontre d’Alexy, fils d’un personnage haut-placé du parti communiste et dont le coming-out fut accidentel ; de Tomas, confrère du poète Arenas et de la magnifique transsexuelle Isabel. Ils ont tous une perspective saisissante sur la vie cubaine : de la Santeria toute-puissante aux raids gouvernementaux, en passant par le machisme et les spectacles de drag illicites…

samedi 24 nov_21h00 | PGM59 | ONF_NFB

  Triple X sélecte

 
Bonne Bourre
Florence Fradelizi | France | 2006 | video | 3 min | v.o. française

Un hommage ferme et alléchant à Querelle, de Jean Genet, qui a pour cadre une toilette.

samedi 24 nov_21h00 | PGM60 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Give Piece of Ass a Chance, In Search of the Wild Kingdom, Triple X Selects: The Best of Lezploitation, This Is the Girl, My Girl 2012, Pig Heart


 
Give Piece of Ass a Chance
Bruce Labruce | Canada | 2006 | video | 14 min | v.o. anglaise

Dans ce nouveau court métrage de notre enfant terrible chéri, les Scandelles illustrent le véritable sens du mot « révolution ».

samedi 24 nov_21h00 | PGM60 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Bonne Bourre, In Search of the Wild Kingdom, Triple X Selects: The Best of Lezploitation, This Is the Girl, My Girl 2012, Pig Heart


 
In Search of the Wild Kingdom
Shine Louise Houston | États-Unis | 2007 | video | 75 min | v.o. anglaise

In Search of the Wild Kingdom a été décrit comme un « pomo-homo-docu-mocumentaire ». C’est la plus récente contribution de Shine Louise Houston au cinéma porno pour les dykes et par les dykes. La prémisse est la suivante : Georgia Mann, une cinéaste-documentariste, souhaite lever le voile sur les mystères des rites d’accouplement des lesbiennes et entreprend le tournage d’un film qu’elle intitule Lesbians of San Francisco. Elle et son équipe de tournage se glissent donc discrètement dans les bars et chambres à coucher dans le but d’enregistrer en secret les activités des sujets qu’elle a choisi d’étudier. Ce beau projet crée bien sûr une occasion incroyable pour elle, et pour nous, de regarder de magnifiques dykes de tous genres en pleins ébats amoureux.

samedi 24 nov_21h00 | PGM60 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Bonne Bourre, Give Piece of Ass a Chance, Triple X Selects: The Best of Lezploitation, This Is the Girl, My Girl 2012, Pig Heart


 
Triple X Selects: The Best of Lezploitation
Michelle Johnson | États-Unis | 2006 | video | 47 min | v.o. anglaise

Quand il est question, euh, de « cinéma érotique », nous souhaitons toutes aller directement aux parties les plus juteuses. Dans The Best of Lezploitation, Michelle Johnson nous plonge littéralement au cœur du sujet. Au menu : seins naturels, jeu artificiel des comédiennes, affreuses perruques, vêtements « flower power » et rebondissements invraisemblables se bousculent dans ce montage d’extraits de films soft-core de porno « lesbienne » des années 1960 et 1970 – des films riches en poitrines rebondissantes, mais pauvres en vraisemblance. Sur un fond musical entraînant, ces extraits présentent tout un éventail de scènes pseudo-saphiques classiques dans toute leur gloire ringarde : détenues qui « échappent » le savon dans la douche commune, vampires lesbiens qui se régalent de leur proie nubile, religieuses cédant à des désirs pas du tout catholiques, etc. Entre autres petites gâteries, signalons aussi des accents russes et allemands d’une exagération tordante, des concombres pelés, la consommation effrénée d’alcool et de marijuana, et une narration « scientifique » digne d’un bon vieux documentaire sur le lesbianisme. Préparez-vous à découvrir avec délice la belle époque des films de fesses pour filles ! – AZ

samedi 24 nov_21h00 | PGM60 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Bonne Bourre, Give Piece of Ass a Chance, In Search of the Wild Kingdom, This Is the Girl, My Girl 2012, Pig Heart


 
This Is the Girl
Catherine Corringer | France | 2007 | video | 16 min | sans dialogue

Une fantaisie queer, érotique et fantastique mettant en scène une boxeuse, son entraîneuse et leur jouet sexuel mâle.

samedi 24 nov_21h00 | PGM60 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Bonne Bourre, Give Piece of Ass a Chance, In Search of the Wild Kingdom, Triple X Selects: The Best of Lezploitation, My Girl 2012, Pig Heart


 
My Girl 2012
Safiya Randera | Canada | 2005 | video | 6 min | v.o. anglaise

À travers une lentille voyeuse à souhait, ce film troublant demande : « L’opprimé peut-il devenir l’oppresseur ? »

samedi 24 nov_21h00 | PGM60 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Bonne Bourre, Give Piece of Ass a Chance, In Search of the Wild Kingdom, Triple X Selects: The Best of Lezploitation, This Is the Girl, Pig Heart


 
Pig Heart
Jesika Joy | Canada | 2007 | video | 1 min | v.o. anglaise

Pig Heart explore la relation entre l’intimité et la violence, le désir et le dégoût.

samedi 24 nov_21h00 | PGM60 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Bonne Bourre, Give Piece of Ass a Chance, In Search of the Wild Kingdom, Triple X Selects: The Best of Lezploitation, This Is the Girl, My Girl 2012



SITE OFFICIEL

 
L'homme de sa vie
Zabou Breitman | France/Italie | 2006 | 35mm | 144 min | v.o. française | s-t.a_en

Comme à l’habitude, Frédéric et son épouse passent les vacances d’été avec la famille élargie dans une rustique maison de Provence. Un soir, ils invitent Hugo, leur nouveau voisin ouvertement gai, à dîner. Une puissante relation d’intimité se développe instantanément entre les deux hommes, en dépit de l’ouverture d’Hugo quant à son orientation sexuelle – ou peut-être justement à cause de celle-ci. Frédéric et son nouvel ami partagent une longue discussion nocturne qui plonge l’homme – pourtant heureux dans une relation qui le comble – dans le doute sur sa propre sexualité et le porte à s’interroger sur le cheminement qu’a suivi sa vie. C’est à la réalisatrice et coscénariste Zabou Breitman ainsi qu’à la coscénariste Agnes de Sacy qu’on doit ce film percutant et intègre qui explore la perception qu’ont les hommes d’eux-mêmes et des autres hommes, de leurs proches, de l’amour, des relations intimes, de la notion de famille et de l’engagement. Grâce à son rythme tranquille, son sens de l’humour audacieux et des prestations hors-pair de la part de Bernard Campan et Charles Berling, L’homme de sa vie et ses nombreux délices séduisent tout à fait.

dimanche 25 nov_13h00 | PGM61 | Imperial

 
A Four Letter Word
Caspar Andreas | États-Unis | 2007 | video | 87 min | v.o. anglaise

Un film léger et amusant signé Casper Andreas sur le thème de l’amour et des autres diversions du genre dans les vies de quelques trentagénaires de Manhattan. Le flamboyant Luke (Jesse Archer) traîne derrière lui une liste de conquêtes aussi longue que son boa à plumes… et il ne manque pas de le rappeler à qui veut l’entendre, à la grande consternation de son collègue diligent mais exaspéré, Zeke (joué par Cory Grant), qui vit une existence d’activiste gai lorsqu’il n’est pas derrière le comptoir du sex-shop où ils travaillent tous les deux. Entre de nombreux beaux mecs qui y défilent et l’atmosphère délirante qui y règne, A Four Letter Word réussit à nous faire vivre des moments de drame amoureux urbain : il y a Peter et Derek, qui viennent de découvrir les aléas de l’emménagement en couple, puis Monica, qui commence à paniquer à la veille de son mariage. Puis Luke fait la rencontre du beau-à-ravir Stephen (joué par Charlie David). Luke décide alors qu’il est temps de prouver que malgré ses costumes à paillettes, il n’est pas qu’un simple stéréotype gai. Mais ce Stephen est-il aussi merveilleusement parfait qu’on le prétend ? Les premiers balbutiements monogames de Luke lui vaudront-ils autre chose qu’un cœur brisé ? La réponse pourrait en surprendre plus d’un…

dimanche 25 nov_15h00 | PGM62 | Imperial
Également dans ce programme : Murder's a Drag


 
Murder's a Drag
Nick Poteri | Australie | 2005 | video | 8 min | v.o. anglaise

Qui est ce tueur qui s’en prend aux drag queens de Brisbane ? Ce savoureux faux documentaire nous fait aller au fond des choses.

dimanche 25 nov_15h00 | PGM62 | Imperial
Également dans ce programme : A Four Letter Word



 
Heartcut (Hjerteklipp)
Anne Sewitsky | Norvège | 2006 | 35mm | 27 min | v.o. norvégienne | s-t.a_en

Eva, 16 ans, est amoureuse d’Inger. Le hic, c’est qu’Inger est la nouvelle petite amie de son père. Histoire d’un premier amour, Heartcut est le récit d’un père, d’une petite amie et d’une fille qui ne voulaient pas, mais qui n’ont pas pu résister.

dimanche 25 nov_15h00 | PGM63 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : This Kiss


 
This Kiss
Kylie Eddy | Australie | 2007 | video | 65 min | v.o. anglaise

Après dix ans, les anciennes meilleures amies Juliet (Mel Lockman) et Lucy (Tasmin Gatewood) reprennent contact à contrecœur et par hasard, au moment de retrouvailles scolaires. Sous le vernis des belles manières, des sourires polis et d’un thé en après-midi, Juliet, la femme d’affaires croqueuse de pilules, et Lucy, la ménagère frustrée, semblent prêtes à s’effondrer. Se confiant leurs déceptions, doutes et soucis, les deux femmes reviennent bientôt sur un incident crucial du passé, qui continue à garder leur vie en otage. Entre le chardonnay et le coucher du soleil, les crises et les larmes, pourront-elles surmonter ce qui les a séparées et retrouver la précieuse relation qu’elles avaient ? Saluée pour son Coming Out at Work is Hard to Do, Kylie Eddie a écrit, réalisé et produit ce savoureux et subtil roman-feuilleton pour adultes. Avec son scénario ciselé et ses interprètes totalement convaincantes, This Kiss parle sublimement des petits riens de la vie et de l’importance du courage et de l’honnêteté en amitié.

dimanche 25 nov_15h00 | PGM63 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Heartcut (Hjerteklipp)



 
Une autre femme (Another Woman)
Jerome Foulon | France | 2002 | 35mm | 102 min | v.o. française | s-t.a_en

Léa, représentante en produits pharmaceutiques, se voit affectée à la région de Paris, ville qu’elle a quittée une décennie auparavant en rompant avec sa famille dans le but de changer de sexe. Revenue dans la Ville lumière, Léa éprouve un intérêt quasi magnétique envers ses enfants, la jeune pianiste prometteuse Emma et le mordu de basketball Lucas. En se faisant passer pour une journaliste musicale, elle se lie d’amitié avec sa fille, renoue avec Anne, son ex-épouse et fait connaissance avec le nouveau compagnon de celle-ci, Pierre. Mais Léa est bientôt forcée de révéler la vérité à propos de son identité, provoquant stupeur et rejet. Comme si ce choc n’était pas suffisant, ses confessions lui font perdre son travail et entraînent toutes sortes de complications juridiques. Se pourrait-il qu’Emma, avec sa mutinerie tranquille, et Lucas, qui alterne entre confusion et curiosité, détiennent la solution pour remettre l’existence de Léa sur la bonne voie ? La réalisation pleine d’assurance et d’équilibre de Jérôme Foulon est à cent lieues de l’hyperbole émotionnelle du Sexe des étoiles et de la pruderie de Transamerica. De la séquence d’ouverture tout en sensualité jusqu’aux face à face féroces entre parents ennemis, Foulon respecte les réalités complexes et la souffrance de tous les protagonistes. Véritable Kramer contre Kramer à saveur trans, Une autre femme porte un regard empreint d’empathie sur une famille en plein bouleversement. Une œuvre réconfortante sur les épreuves qu’il faut souvent traverser pour atteindre l’authenticité.

dimanche 25 nov_15h00 | PGM64 | ONF_NFB

 
You Belong To Me
Sam Zalutsky | États-Unis | 2006 | video | 83min | v.o. anglaise

You Belong to Me puise son suspense et son horreur chez Edgar Allan Poe. Plaqué par son amant, Jeffrey recommence sa vie dans un nouvel appartement. Ce qui démarre comme un drame domestique sexy se transforme en quelque chose de complètement différent, dès qu’on se rend compte que la pourriture s’attaquant aux planchers de bois franc est symbolique d’un mal qui ronge toute la bâtisse. Qu’est-il arrivé à l’ancien locataire ? Jeffrey est-il vraiment le bon type dont il a l’air ou cache-t-il des objectifs plus ambigus sous cette surface placide ? Gladys, la propriétaire maternante, essaie de créer une ambiance accueillante, mais une violence menaçante se fait sentir sous ce calme apparent. Daniel Sauli infuse le personnage de Jeffrey d’une d’obsession contenue, alors que Patti D’Arbanville campe avec brio une Gladys subtilement indiscrète. Mais la véritable vedette du film, c’est le suspense soutenu qui s’installe en troisième partie. La vengeance est un plat qui se mange froid ; la terreur glaciale de ce premier film de Sam Zalutsky vous rivera à votre fauteuil.

dimanche 25 nov_17h00 | PGM65 | Imperial

 
Le match
Jean-Philippe Garonte | Canada | 2007 | video | 11 min | v.o. française

L’amitié entre deux colocataires se précise lors d’un match de baby-foot.

dimanche 25 nov_17h00 | PGM66 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Working it Out, Hullabaloo (Raballder)


 
Working it Out
Tim Hunter | Australie | 2007 | video | 7 min | v.o. anglaise

La monogamie peut-elle résister aux tentations du gym ? S’entraîner peut s’avérer difficile.

dimanche 25 nov_17h00 | PGM66 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Le match, Hullabaloo (Raballder)


SITE OFFICIEL

 
Hullabaloo (Raballder)
Kenneth Elvebakk | Norvège | 2006 | video | 52 min | v.o. norvégienne | s-t.a_en

Avec un nom pareil, le « handball » devrait être plus populaire auprès des gays du monde. Après le très apprécié The Secret Club, le cinéaste norvégien Kenneth Elvebakk récidive avec un autre documentaire, cette fois-ci sur Raballder, une équipe entièrement gay de handball, qui n’a rien à cacher (ou à perdre !). De Bjørn et son ami Don, le minuscule et modeste frappeur, en passant par le gardien de but et diva Emil, jusqu’à Tommy l’obsédé des résultats, ils s’amusent à montrer leurs talents sportifs et leurs coiffures. S’inspirant de l’équipe des Norvégiennes pratiquement imbattable, nos sensations en genouillères s’évertuent pour se retrouver dans la troisième division. Dans chacun de ces récits personnels, chaleureux et spirituels, il est question de mythes et de stéréotypes sur les athlètes LGBT. De véritables portraits de résilience et de vulnérabilité qui font de nous des fans du Raballder ! Si le coming-out se fait rarement en équipe dans le monde du sport macho, ici, le nombre donne définitivement confiance et force. Démontrant une compétitivité égale à celle des sportives, ce film propose des entrevues éclairantes avec parents et joueurs, et de splendides séquences sur ce sport extrême peu connu. Venez voir ce coming-out endiablé aussi bien pour le handball que les homos !

dimanche 25 nov_17h00 | PGM66 | ONF_NFB
Également dans ce programme : Le match, Working it Out



 
A Jihad for Love
Sold Out | Complet | Complet | | Complet | Sold Out | Complet | Sold Out | Complet

PROGRAMME COMPLET - REPETITION_PGM 67a_19h00

dimanche 25 nov_17h00 | PGM67 | J.A. de Seve

SITE OFFICIEL

 
A Jihad for Love
Parvez Sharma | É.-U./ R.-U./ FR/ ALLE/ AUSTR. | 2007 | video | 81 min | multilingue | s-t.a_en

« Si le Très-Haut te pardonne, alors le monde n’a pas le droit de te juger. » A Jihad of Love est le premier long métrage documentaire portant sur les lesbiennes et les gais musulmans pratiquants. Du procès des 52 du Caire à la relativement libérale République islamique de Turquie, Parvez Sharma déboulonne les mythes et les stéréotypes à propos de l’Islam qui sont véhiculés par des médias occidentaux obnubilés par le fondamentalisme. Il remet en question les interprétations des histoires de Lot et de Sodome et Gomorrhe, et clarifie le sens de ce mot si souvent mal interprété qu’est jihad. En nous faisant rencontrer un couple lesbien vivant à Paris, un père gai qui est aussi imam en Afrique du Sud, Sharma dépeint la diversité et la richesse de l’Islam ainsi que les combats émouvants de nos courageux frères et sœurs LGBT musulmans à travers le monde. Produit par Sandi Dubowski (Trembling Before G-D), ce magnifique premier film de Parvez Sharma a été réalisé sur une période de six ans et tourné en neuf langues et dans 12 pays. Documentaire fort à propos qui, à notre époque marquée par l’islamophobie, répond à certaines préoccupations actuelles en ce qui a trait aux accommodements raisonnables, l’œuvre de Sharma constitue peut-être son propre jihad an-nafs. Sharma nous rappelle que l’Islam signifie la soumission à une loi de clémence, et qu’il n’existe aucun substitut à l’amour, que ce soit celui d’un partenaire de même sexe ou celui d’Allah._

dimanche 25 nov_19h00 | PGM67a | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Aly M


 
Aly M
Adrian Francis | Australie | 2006 | video | 4 min | v.o. anglaise

Aly a grandi dans une famille musulmane. À l’âge de 14 ans, elle se rend compte qu’elle aime les filles. Ce court documentaire lumineux fait état de ses luttes pour réconcilier sexualité et religion.

dimanche 25 nov_19h00 | PGM67a | J.A. de Seve
Également dans ce programme : A Jihad for Love



 
Vivere
Angelina Maccarone | Allemagne | 2007 | 35mm | 93 min | v.o. anglaise, italienne, allemande, hollandaise | s-t.a_en

La veille de Noël, le père de Francesca souhaite voir sa fille chouchoute, Antonietta. Mal-aimée, mère substitut et gardienne de sa jeune sœur bien malgré elle, Francesca part à la recherche de cette adolescente rebelle qui a quitté le bled de Pulheim pour Rotterdam avec son petit ami guitariste emo, « Snickers ». En route, Francesca extirpe l’énigmatique Guerlinde (jouée avec le statisme d’une Garbo par la légende du cinéma allemand, Hannelore Elsner) d’une automobile accidentée. Un attrait inexplicable et irrésistible naît entre elles… Récit sur un chagrin et une guérison inattendue pour trois générations d’Allemandes, Vivere rachète nos pauvres cœurs cyniques avec de l’espoir et de l’humour. Réalisatrice lauréate et auteure de chansons, Angelina Maccarone (Everything Will Be Fine, image+nation 12, et Unveiled, prix du jury d’image+nation 17) nous éblouit dans Vivere avec son exploration sensible et touchante de l’abandon, du désespoir, de l’immigration et de l’intégration. Cette histoire simple s’enrichit au fur et à mesure que les protagonistes offrent de nouveaux points de vue et d’entrée dans le récit. Le jeu dépouillé des interprètes s’harmonise à la mosaïque narrative de Maccarone, alors que la direction artistique, d’une somptuosité langoureuse, de Judith Kaufman renvoie finement au film classique de Jarmusch, Night on Earth.

dimanche 25 nov_19h00 | PGM68 | Imperial

SITE OFFICIEL

 
Comme des voleurs (à l'est)
Lionel Baier | Suisse | 2006 | 35mm | 112 min | v.o. francais et pollonaise | s-t.a_en

À trente et un ans, Lionel (interprété par Lionel Baier, réalisateur de Garçon stupide) est journaliste à la Radio suisse romande. Il a une famille qui le soutient et une relation avec le beau Serge (Stéphane Rentznik). Cependant, lorsque son père lui révèle l’existence d’un ancêtre polonais scandaleux, Lionel s’éprend de la culture polonaise. Alors que cette obsession pour son patrimoine s’intensifie, il fait la rencontre de la Polonaise Ewa (Alicja Bachelda-Curus) dans un parc, qui est menacée de déportation. Lionel lui propose impulsivement de l’épouser, mettant en furie sa patiente sœur Lucie (Natacha Koutchoumov), une avocate de gauche. Lucie « kidnappe » Lionel et l’emmène en Pologne, provoquant des résultats inattendus. Comme des voleurs s’inscrit dans un courant actuel en cinéma où l’identité basée sur le nom ou la provenance suit de près celle basée sur le genre et la sexualité. Dans ses explorations parfois drôles, parfois sombres, de l’immigration et de l’orientation sexuelle, Lionel Baier ne nous prive pas d’hommes et de femmes superbes. Une caméra caressante et une trame sonore profondément romantique bercent cette autofiction comique sur un coming-out polonais ! Film de clôture élégant pour la 20e édition d’image+nation, Comme des voleurs est une fête où les identités sexuelles ou autres ne sont pas ce qu’elles semblent !

dimanche 25 nov_21h15 | PGM69 | Imperial
Également dans ce programme : Miroir d'été


 
Miroir d'été
Étienne Desrosiers | Canada | 2007 | 35mm | 14 min | v.o. française

Un ado mélancolique atteint la maturité pendant ses vacances au chalet familial dans ce court métrage exquis réalisé par l’un des nôtres.

dimanche 25 nov_21h15 | PGM69 | Imperial
Également dans ce programme : Comme des voleurs (à l'est)


 
© Image + Nation 2007. Tous droits réservés. Design site : ektoplasme.com // Powered by : globalsound.ca