par titre | 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 | par pays | par réalisateur.rice
 
 
 

SITE OFFICIEL

 
Le héros de la famille
Thierry Klifa | France/Italie | 2007 | 35mm | 103 min | v.o. française | s-t.a_en

Gabriel Stern (Claude Brasseur), patriarche, est propriétaire du cabaret « Le Perroquet bleu », situé dans la belle ville de Nice. Un soir, celui qui incarne « Gabriella » sur scène depuis plus de 40 ans, se sentant particulièrement exténué, demande à son associé, le magicien sur le retour Nicky (Gérard Lanvin), de fermer le bar à sa place et rentre à la maison se coucher. Le matin suivant, Nicky apprend une bien triste nouvelle : Gabriel est mort durant son sommeil. Lors de la lecture du testament, Nicky apprend avec consternation que Marianne et Nino (Géraldine Pailhas et Michael Cohen), les enfants qu’il a eus de deux épouses différentes – lesquelles se vouent une haine féroce –, sont les héritiers désignés du Perroquet bleu. Immédiatement, faisant fi des supplications de Nicky, Marianne et Nino mettent le cabaret en vente. Cette querelle d’héritage qui réunit bien malgré eux les membres d’une famille éclatée donne lieu à une heure de vérité particulièrement mouvementée. Divers secrets et mensonges sont mis au jour dans une succession défrisante de prises de bec, de règlements de comptes, d’aveux et d’alliances insolites. Film truculent à l’écriture incisive, Héros de la famille constitue un méli-mélodrame familial sur les tiroirs secrets que l’on ouvre sans savoir qu’on va y trouver un peu de sa propre histoire. Porté par une distribution de rêve, dont la radieuse Miou-Miou (Simone) et l’altière Catherine Deneuve (Alice), ainsi qu’Emmanuel Béart en chanteuse roucoulante et Valérie Lemercier en meneuse de claque, ce film choral rappelant les comédies américaines des années 1940 nous amène à nous demander : connaissons-nous bien nos parents, nos anciennes amours, nos amis et nos enfants ?

samedi 17 nov_13h00 | PGM05 | Imperial

SITE OFFICIEL

 
The DL Chronicles
Deondray Gossett & Quincy LeNear | États-Unis | 2007 | video | 100 | v.o. anglaise

Les mâles qui mènent une vie double ont toujours existé, mais ce n’est que récemment qu’on a donné un nom à leurs activités clandestines – « downlow » – et que divers projets artistiques ont été réalisés pour les illustrer. Ce trio d’épisodes sensuels, bien interprétés, provenant d’une nouvelle série de la chaîne américaine Here!, est une contribution louable au genre, proposant une perspective ouverte sur les différentes manières dont les Afro-américains s’engagent secrètement dans une activité homosexuelle, tout en menant une vie d’hétéro. Dans le premier épisode, Wes, un yuppie marié, découvre qu’il est attiré par son beau-frère Trent. Dans le deuxième épisode, Robert, un homme troublé, s’éprend d’Austin, un jeune homme du Belize, mais cache cette relation à la femme la plus importante de sa vie. Dans la dernière partie, un playa du nom de Boo s’intéresse à tout ce qui bouge jusqu’à ce qu’il découvre que la promiscuité peut avoir des conséquences désastreuses. Ensemble, ces trois récits provocants – portés par une belle musique d’inspiration R&B – arrivent à circonscrire différentes situations sociales qui détournent les hommes noirs de l’honnêteté et de l’ouverture pour les entraîner vers le « downlow ».

samedi 17 nov_15h00 | PGM06 | Imperial

 
Johan: mon été 1975
Phillipe Valois | France | 1976 | 35mm | 90 min | v.o. française

Nous sommes en 1970; l’amour se vit en mode rétro. Johan, un homme charismatique, est derrière les barreaux. Pendant qu’il attend sa sentence, Vallois, acteur-cinéaste gai, tente de recréer l’idylle passionnée qu’ils ont vécue. Pour remplacer son amant prisonnier, il recherche désespérément une grande vedette. Mais son film se transforme bientôt en une réflexion sur la sensualité à la fois spontanée et débridée et sur l’amour interracial. Le Johan fraîchement restauré de Vallois nous montre, en plus de la présence hétérosexuelle de rigueur, des corps splendides en pleine gloire préstéroïdienne. Bien que le film controversé et révolutionnaire de Philippe Vallois ait été accepté au festival de Cannes de 1976 sans être censuré, il a été classé X par le bureau de censure français. Pour la sortie du film en salle, le réalisateur a dû couper les très belles scènes d’érection et de pénétration du poing, aujourd’hui des incontournables du cinéma porno. Avec des références désinvoltes à des films tels que Chant d’Amour de Genet et Teroema de Pasolini, Johan : mon été 1975 combine le cinéma-vérité à une charge érotique franche et sans complexe. Tantôt hilarant et tantôt jouissivement sexy, ce film bouleverse les goûts et les tendances de l’époque en matière de porno commerciale. Délicieusement irrévérencieux et tout à fait hors-norme, Johan : mon été 1975 est un oiseau rare, tant pour les spécialistes de l’histoire du cinéma que pour les amateurs de porno... – BP

samedi 17 nov_17h00 | PGM07 | Imperial

 
I Want to be a Secretary
Sarah Wood | Grande Bretagne | 2006 | video | 12 min | v.o. anglaise

Les aventures d’une jeune femme de carrière au sein d’un service de dactylographie.

samedi 17 nov_19h00 | PGM08 | Imperial
Également dans ce programme : Itty Bitty Titty Committee


SITE OFFICIEL

 
Itty Bitty Titty Committee
Jamie Babbit | États-Unis | 2007 | video | 87 min | v.o. anglaise

Mettant en vedette Melonie Diaz (Raising Victor Vargas), Nicole Vicius (Half Nelson) et Daniela Sea (The L Word), le plus récent film de Jamie Babbit (But I’m a Cheerleader) est une comédie trépidante féministo-queer propulsée par une bande son extraordinaire. Anna, dix-huit ans, travaille comme réceptionniste dans une clinique de chirurgie esthétique et se prépare à être demoiselle d’honneur au mariage de sa sœur. Sa copine vient de la larguer, et sa demande d’admission au collège vient d’être rejetée. La vie n’est pas rose… jusqu’à ce qu’un soir, elle surprenne Sadie en train de couvrir les murs de la clinique de graffitis pour le compte de Clits In Action, un groupe d’action directe féministe. Avant longtemps, Anna accepte de faire le guet pour les Clits pendant qu’elles se réapproprient l’espace public. Elle ne tarde pas à rejeter l’institution du mariage, à passer ses soirées à s’éclater dans des mosh pits, à se teindre les cheveux en rose… et à tomber amoureuse. Mais Sadie a déjà une copine, les C(i)A n’obtiennent pas suffisamment d’attention médiatique et ses membres ont des rapports extrêmement conflictuels. Que doit faire une jeune activiste dans ces circonstances ? Fomenter un plan audacieux pour conquérir le monde et gagner le cœur de la fille, bien sûr !

samedi 17 nov_19h00 | PGM08 | Imperial
Également dans ce programme : I Want to be a Secretary



SITE OFFICIEL

 
The Picture of Dorian Gray
Duncan Roy | États-Unis | 2006 | video | 97 min | v.o. anglaise

Le dandy aux yeux de biche Dorian Gray (David Gallagher, Seventh Heaven) rencontre l’artiste multimédia Basil Hallward à l’un de ses happenings. Dorian devient l’amant et la muse de Basil, qui rappelle l’artiste Bruce Nauman. Son ingénieux portrait vidéo de Dorian fait cependant craindre à ce dernier les ravages du temps. Il signe donc un pacte avec le diable : son portrait vieillira, mais lui, Dorian, demeurera d’une beauté sublime. Puis Basil est durement abandonné pour un esthète amoral, Lord Henry Wotton. Dorian, hypnotisé par ses privilèges sans fin, est attiré par la trahison et le meurtre, lorsque l’angélique Gabriel apparaît… Duncan Roy (connu pour AKA) nous éblouit avec son interprétation audacieuse, ouvertement gaie, du classique d’Oscar Wilde sur la perte et la rédemption. Son raffinement visuel fait écho aux paroles torrides de Wilde. Les costumes élégamment épurés de Hedi Slimane vont de pair avec les décors minimalistes et contrastent avec la trame sonore fort élaborée composée d’extraits d’Erik Satie et de Wagner, et du space-rock envoûtant de Mogwai. Un film qui reflète magnifiquement notre époque empreinte de futilité, où la valeur d’un homme (gai) n’est que matérielle et transitoire.

samedi 17 nov_21h30 | PGM09 | Imperial
Également dans ce programme : Scarred


 
Scarred
Damien Rea | Grande Bretagne | 2007 | 35mm | 10 min | v.o. anglaise

Récipiendaire du Planet Out Short Film Award, SCARRED raconte l’histoire d’un jeune homme qui porte (littéralement) la cicatrice de son passé et qui est confronté à son avenir lorsqu’il s’amourache d’un type pas comme les autres.

samedi 17 nov_21h30 | PGM09 | Imperial
Également dans ce programme : The Picture of Dorian Gray



SITE OFFICIEL

 
Lover Other
Barbara Hammer | États-Unis | 2006 | video | 55 min | v.o. anglaise

Elles étaient amantes lesbiennes et sœurs par alliance, résistantes juives antinazies, collaboratrices artistiques et survivantes. Nées à Nantes, France, Claude Cahun (Lucy Schwob) et Marcel Moore (Suzanne Malherbe), deux femmes issues de milieux aisés, adoptent l’habillement masculin ainsi qu’un nom unisexe et entreprennent une démarche artistique se voulant partie prenante du mouvement surréaliste. Après l’invasion de la France par Hitler, elles se réfugient sur l’île de Jersey et y poursuivent leurs expérimentations révolutionnaires avec les stéréotypes sexuels, les positions de sujet et d’objet et les jeux de rôles. À mesure que le nazisme assombrit leur horizon artistique, elles réorientent leur inépuisable créativité vers la composition de tracts subversifs encourageant les soldats nazis à la mutinerie. Arrêtées et condamnées à mort, elles survivent de justesse à cette sombre période. La cinéaste avant-gardiste Barbara Hammer tisse adroitement une trame passionnante où s’entremêlent des entrevues avec des commissaires et des résidents de Jersey, des reconstitutions prenantes et de saisissants échantillons des œuvres de ces deux artistes. Enveloppé par une très belle musique éthérée, ce documentaire foisonnant recréant l’existence mouvementée de deux artistes uniques aux identités complexes se situe dans l’esprit même de la pensée de Cahun, qui aurait dit : « Sous ce masque un autre masque. Je n'en finirai pas de soulever tous ces visages.

samedi 17 nov_21h30 | PGM10 | J.A. de Seve
 
© Image + Nation 2007. Tous droits réservés. Design site : ektoplasme.com // Powered by : globalsound.ca