par titre | 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 | par pays | par réalisateur.rice
 
 
 

 
Dialogue sur l'homoparentalité (Dialogue for Gay Parenting)
Julie Huard | Canada | 2007 | video | 45min | v.o. française | s-t.a_en

Un nouveau genre de famille fait de plus en plus parler de lui : la famille homoparentale, des gais et des lesbiennes qui choisissent, en tant que couples homosexuels, d’avoir des enfants. Le mariage gai passé dans nos lois et l’accessibilité pour les femmes lesbiennes aux banques de sperme ouvrent évidemment une porte supplémentaire à ce nouveau phénomène que certains surnomment le « gayby boom » ! Mais quels sont les défis au quotidien de l’homoparentalité ? Comment se vit-il ? En voici un portrait social.

dimanche 18 nov_11h00 | PGM11 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Mommy Mommy


SITE OFFICIEL

 
Mommy Mommy
Sylvie Rosenthal | Canada | 2007 | video | 43 min | v.o. anglaise

Bien que le Québec ait été la première province canadienne à rendre l’adoption légale pour les couples de même sexe, de nombreux obstacles systémiques demeurent fermement en place. Mommy Mommy trace la chronique des innombrables démarches entreprises par Linda et Mona, deux musiciennes reconnues, pour avoir un enfant. Entre les inséminations maison, les négociations avec les organismes d’adoption, les pourparlers avec le Secrétariat à l’adoption internationale (S.A.I.) et le dépôt de plaintes devant la Commission des droits de la personne du Québec, Linda et Mona finiront-elles par y arriver ? Portrait honnête et touchant des désillusions et des victoires vécues par les deux femmes, Mommy Mommy ne manque ni d’avocats, ni de travailleuses sociales, ni de mères lesbiennes attentionnées. Le film contribue à redonner espoir aux familles québécoises LGBT, qui sont constamment victimes de discrimination économique et sociale quand il est question d’adoption et de parentalité. Plusieurs entrevues éclairantes se succèdent, notamment avec Hélène Zylberszac (qui a remporté sa cause après avoir intenté une poursuite pour violation des droits humains contre la clinique de fertilité de l’hôpital Royal Victoria, qui avait refusé de l’inséminer) ainsi qu’avec l’auteure primée Anne-Marie MacDonald, qui y va de commentaires délicieusement ironiques à l’endroit de Stephen Harper.

dimanche 18 nov_11h00 | PGM11 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Dialogue sur l'homoparentalité (Dialogue for Gay Parenting)



SITE OFFICIEL

 
Further off The Straight & Narrow
Katherine Sender | États-Unis | 2006 | video | 61 min | v.o. anglaise

Aujourd’hui, en Amérique du Nord, la télévision regorge de personnages, d’images et d’émissions LGBT. Fantaisies kitch et émissions cultes mises à part, comment pouvons-nous interpréter ces stéréotypes apparemment positifs ? Dans quelle mesure reflètent-ils les forces économiques et politiques conservatrices en présence aux États-Unis ? Katherine Sender, professeure adjointe à la prestigieuse école de communications Annenberg, livre ici un documentaire à la fois divertissant et provocateur qui analyse cette tendance en pleine expansion dans les médias. Des universitaires ainsi que des analystes des médias émettent tour à tour des points de vue stimulants sur le rôle que jouent les entreprises du divertissement, les classes sociales, l’ethnicité et la segmentation des marchés dans ce phénomène. Cette nouvelle visibilité gaie serait-elle davantage une affaire de consumérisme que de droits humains ou politiques ? Généreusement entrecoupé d’inoubliables extraits d’émissions télévisées à succès comme Ellen, The L Word, Queer Eye for the Straight Guy, Six pieds sous terre, Survivor et Will & Grace, ce documentaire nous amène à nous demander en quoi ces représentations s’écartent vraiment de la norme. Contribution inestimable aux débats sur la présence LGBT dans les médias, Further Off the Straight & Narrow constitue un complément idéal à l’excellent The Celluloid Closet.

dimanche 18 nov_13h00 | PGM12 | Imperial
Également dans ce programme : Lez Be Friends


SITE OFFICIEL

 
Lez Be Friends
Glenn Gaylord | États-Unis | 2007 | video | 71min | v.o. anglaise

Se déroulant dans Greenwich Village en 1969, après les émeutes de Stonewall, Lez Be Friends est un hommage loufoque et tendre aux grandes sitcoms des années 1970. Donnant une tournure (plus) gaie à Three’s Company, le producteur Stephen Israel (Boy Culture) et l’auteur-réalisateur Glenn Gaylord racontent l’histoire de Ricca Pike, une lesbienne butch qui doit faire semblant d’être hétéro pour pouvoir vivre avec ses deux colocs gais (inévitablement en torse nu) si elle ne veut pas subir la colère du propriétaire lesbophobe Truman DuBois.

dimanche 18 nov_13h00 | PGM12 | Imperial
Également dans ce programme : Further off The Straight & Narrow



SITE OFFICIEL

 
Milonga Gay
Paul Chernosky | Argentine | 2006 | video | 5 min | v.o. espagnole | s-t.a_en

Des danseurs fabuleux aux chaussures enflammées créent toute une ambiance à La Marshal, « la première salle de tango gaie au monde » et la place hot de Buenos Aires pour s’enlacer et se lancer des regards provocants.

dimanche 18 nov_15h00 | PGM13 | Imperial
Également dans ce programme : Oh Happy Day


SITE OFFICIEL

 
Oh Happy Day
Ian Poitier | Grande Bretagne | 2007 | video | 100 min | v.o. anglaise

L’histoire de Davis et Jonathan, mais revampée à la manière d’une comédie romantique britannique! L’ambitieux et très « collet monté » Jonathan (Christopher Colquhoun qu’on a préféré à Hugh Grant) rencontre David (Stephen Billington), un représentant pharmaceutique, au franc parler et au manières quelque peu cavalières, lors d’un gala de remise de prix. Fidèles à l’Ancien Testament, David et Jonathan font plus ample connaissance, mais la gêne s’installe lorsque Jonathan réalise que David est, en fait, un de ses clients. Conscient que son patron, personnage pour le moins acerbe, veille à ce que la politique concernant la fraternisation avec les clients de l’agence soit rigoureusement respectée, Jonathan met un terme à cette idylle naissante – ce qui, bien sûr, provoque l’indignation de de David. Alors qu’ils s’efforcent de lutter contre cette attraction irrésistible, s’engage un combat opposant les forces charnelles aux forces de la raison. Jonathan saura-t-il admettre que sa quête d’amour et de bonheur revêt davantage d’importance à ses yeux que ses engagements professionnels? Oh Happy Day, sans doute l’un des meilleurs films présentés au London Lsbian & Gay Film Festival de 2007, marque les débuts éclatants de Ian Poitier. Un regard inquisiteur sur l’amour, des répliques rapides et fort à-propos et un humour cinglant, voilà les principaux ingrédients de ce récit saisissant qui dépeint la vie éclatée de familles recomposées sur fond de romance et de politiques corporatives. Léger, inspirant et souvent surprenant, Oh Happy Day est la cuillérée de miel qui fait passer la pilule!

dimanche 18 nov_15h00 | PGM13 | Imperial
Également dans ce programme : Milonga Gay



 
Salomé
Téo Hernandez | France | 1976 | 16mm | 65 min | v.o. française

Né au Mexique, le cinéaste Téo Hernandez s’installe à Paris en 1976, où il vit jusqu’à sa mort prématurée du sida, en 1993. C’est aussi en 1976 qu’il livre son superbe Salomé, une re-vision onirique mettant en valeur le contenu religieux, l’iconographie orientaliste et la fluidité des genres qui caractérisent la légende biblique. Le film annonce l’émergence d’un nouveau mouvement dans le cinéma expérimental français, appelé « l'École du corps ». Composé en grande partie de cinéastes gais et lesbiennes travaillant en super 8, ce mouvement aborde les thèmes du corps et du désir selon une esthétique de la luxuriance hautement originale. Salomé exemplifie le caractère puissamment opératique d’un grand nombre de ces films, qualité rarement associée avec le format super 8 avant et depuis. Si l’importance de l’œuvre d’Hernandez au sein du patrimoine culturel français est dorénavant établie, ses films sont rarement présentés hors de la France. Cette projection spéciale de Salomé, en format 16mm (le super 8 original gonflé), constitue une rare occasion pour les auditoires de l’ouest de l’Atlantique de s’initier à l’univers poétique de cet éminent cinéaste. Le programmeur Greg Youmans sera disponible pour parler de l’histoire du film, de l’École du corps et des défis qui se présentent aujourd’hui à la production d’œuvres LGBT en format super 8.

dimanche 18 nov_15h00 | PGM14 | J.A. de Seve

 
I Don't Want to Sleep Alone (Hei Yan Quan)
Tsai Ming-ling | Taiwan/France/Austrie | 2006 | 35mm | 115 min | Taiwanese/ Malay/ Mandarin/ Bengali | s-t.a_en

Attaqué et blessé par des voyous, Hsiao-Kang est rescapé par quelques travailleurs bangladeshi. Rawang (la sensation malaisienne Norman bin Atun) prend plaisir à s’occuper de lui, dormant à ses côtés sur un matelas trouvé dans une benne à ordures. En parallèle, la serveuse mécontente Chyi (Chen Shiang-Chyi) prend soin du fils paralysé de sa patronne. Se remettant petit à petit, Hsiao-Kang découvre qu’il sert de catalyseur aux désirs réprimés de Chyi et Rawang. Une brume mystérieuse enveloppe Kuala Lumpur. Que cela émane des ordures brûlées par des immigrants ou de feux de forêt en Indonésie, il y a certainement quelque chose qui grésille chez nos protagonistes… Le réalisateur controversé Tsai Ming-Liang montre crûment les vérités dérangeantes du corps en mouvement et au repos. Initialement bannie dans sa Malaisie natale, cette œuvre hypnotique cerne avec éloquence et intégrité la situation des minorités déplacées. Une riche trame sonore polyglotte et un scénario sobre accompagnent ce film qui parle de plaisirs inespérés dans des endroits inattendus. Chantiers de construction abandonnés et ruelles obscures sont empreints d’un érotisme subversif et subtil dans ce regard sur la vie misérable des travailleurs itinérants, en suspens entre le désespoir et l’espoir.

dimanche 18 nov_17h00 | PGM15 | Imperial

 
Do Not Bend
Pierre Bonhomme | Canada | 2007 | video | 6 min | v.o. anglaise

Même une énorme maison de banlieue n’est pas assez grande pour contenir les lourds antécédents d’un couple compliqué.

dimanche 18 nov_17h00 | PGM16 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Kate Clinton: 25th Anniversary Tour


SITE OFFICIEL

 
Kate Clinton: 25th Anniversary Tour
Andrea Meyerson | États-Unis | 2007 | video | 65 min | v.o. anglaise

Préparez-vous à toute une explosion de rires ! Ce formidable film-anniversaire d’Andrea Meyerson se veut une célébration des 25 années de carrière de Kate Clinton, féministe de la première heure et humoriste irrévérencieuse. Abu Ghraib, la mort du pape, les tendances successives en matière de menstruations, The L Word et notre culture axée sur la surveillance, rien n’est hors de la mire de cette grande dame de l’humour politique et queer aux États-Unis. Réalisatrice et productrice de renom, Meyerson (créatrice de la série Laughing Matters), qui a elle aussi fait œuvre de pionnière dans le monde des médias, nous revient avec un autre spectacle inspirant et impertinent, commandité par le National Center for Lesbian Rights (NCLR). On y voit Clinton en compagnie de sa partenaire, l’avocate Urvashi Vaid, et un hommage touchant de la directrice générale du NCLR, Kate Kendell. Kate Clinton: 25th Anniversary Tour est jalonné de témoignages enthousiastes de vedettes telles que Melissa Etheridge, Lily Tomlin, Cris Williamson et les membres du groupe ultra-lesbien The Kinsey Sicks. Venez vous bidonner dans une salle remplie de femmes devant ce réjouissant échantillon de ce qui se fait de mieux en humour queer.

dimanche 18 nov_17h00 | PGM16 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Do Not Bend



  Les filles s'éclatent

 
Congratulations Daisy Graham
Cassandra Nicolaou | Canada | 2007 | 35mm | 14 min | v.o. anglaise

À quoi peut bien servir un revolver s’il n’est pas chargé ? Cassandra Nicolaou, bien connue et appréciée des festivalières (Why I’ll Never Trust you in 200 Words or Less, Interviews with My Next Girlfriend et Show Me), nous livre un autre court métrage saisissant sur la vieillesse, l’amour et ce qui risque de se produire quand on arrive au bout du rouleau.

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Fine and Dandy, I'm Not So Sure the World Deserves Us, Les corps silencieux, Pariah, Private Life, Un mariage comme les autres


 
Fine and Dandy
Kelly West | Australie | 2006 | video | 15 min | v.o. anglaise

Ayant recours à l’étiquette du XIXe siècle, une femme à la recherche du bonheur espère attirer l’attention d’une prétendante dans ce court métrage qui baigne dans l’humour noir.

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Congratulations Daisy Graham, I'm Not So Sure the World Deserves Us, Les corps silencieux, Pariah, Private Life, Un mariage comme les autres


 
I'm Not So Sure the World Deserves Us
Raul Fuentes | Mexique | 2007 | video | 4 min | v.o. espagnole | s-t.a_en

Le Lauréat vu à travers les yeux de deux jeunes lesbiennes mexicaines. Palpitant !

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Congratulations Daisy Graham, Fine and Dandy, Les corps silencieux, Pariah, Private Life, Un mariage comme les autres


 
Les corps silencieux
Luz Diaz | France | 2007 | video | 17 min | v.o. française

Les errances d’une jeune fille solitaire fascinée par une femme mystérieuse.

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Congratulations Daisy Graham, Fine and Dandy, I'm Not So Sure the World Deserves Us, Pariah, Private Life, Un mariage comme les autres


SITE OFFICIEL

 
Pariah
Dee Rees | États-Unis | 2006 | video | 27 min | v.o. anglaise

Une ado du Bronx arrive mal à concilier les multiples identités qu’elle se donne pour faire plaisir à ses proches dans ce spectaculaire court métrage primé.

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Congratulations Daisy Graham, Fine and Dandy, I'm Not So Sure the World Deserves Us, Les corps silencieux, Private Life, Un mariage comme les autres


 
Private Life
Abbe Robinson | Grande Bretagne | 2006 | video | 15 min | v.o. anglaise

Nous sommes dans le Yorkshire, en Angleterre, en 1952. Ruth quitte la monotonie de son travail dans une usine de textile pour mener une vie secrète.

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Congratulations Daisy Graham, Fine and Dandy, I'm Not So Sure the World Deserves Us, Les corps silencieux, Pariah, Un mariage comme les autres


 
Un mariage comme les autres
Anne De Léan | Canada | 2007 | video | 5 min | v.o. française

Un dimanche matin tranquille, une dispute de couple prend une tournure inusitée lorsque le sujet de la discussion dérape sur la voisine d’en bas.

dimanche 18 nov_18h45 | PGM18 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Congratulations Daisy Graham, Fine and Dandy, I'm Not So Sure the World Deserves Us, Les corps silencieux, Pariah, Private Life



 
Nourishment
Marc Saltarelli | États-Unis | 2007 | video | 10 min | v.o. anglaise

Le passé vient hanter Nat lorsque des visiteurs inattendus le distraient au moment où il accueille un nouveau client séropositif à la popote volante du quartier.

dimanche 18 nov_19h15 | PGM17 | Imperial
Également dans ce programme : Parting Glances


 
Parting Glances
Bill Sherwood | États-Unis | 1986 | 35mm | 90 min | v.o. anglaise

Ce classique du cinéma gai suit pendant vingt-quatre heures un groupe vibrant d’amis gais, au milieu des années 1980, à Manhattan. La communication est tendue entre les conjoints Michael et Robert, alors que ce dernier se prépare à quitter le pays pour un poste à l’étranger. Nick (Steve Buscemi, qui crève l’écran), le meilleur ami de Michael, a beaucoup à voir avec ce désaccord inavoué. Atteint du sida – véritable condamnation à mort dans les années 1980 –, Nick est abandonné par tous ses amis, sauf Michael. La tension atteint son paroxysme lors d’une fête organisée par leur amie lesbienne Joan (premier rôle de Kathy Kinney) pour le départ de Robert. L’auteur-réalisateur Bill Sherwood a créé Parting Glances, son seul film, parce qu’il était frustré devant la représentation des gais offerte par le cinéma hollywoodien. Dans ce film qui défie les stéréotypes, c’est le personnage de Nick, amer certes mais jamais victime, qui proposait un portrait nouveau et rebelle des gens aux prises avec le sida. Ce film est le premier à être restauré par le Los Angeles Outfest Legacy Project, dont le mandat est de préserver le cinéma LGBT.

dimanche 18 nov_19h15 | PGM17 | Imperial
Également dans ce programme : Nourishment



 
A Bear, Where?
Jeremy Stewart | Australie | 2006 | video | 4 min | v.o. anglaise

Cette œuvre hybride est à la fois documentaire de voyage, jeu vidéo, bulletin d’informations et rêveries diurnes. Suivez le parcours d’un petit ours qui tente d’attirer l’attention d’une adorable bête à poil.

dimanche 18 nov_21h15 | PGM19 | Imperial
Également dans ce programme : Suffering Man's Charity


SITE OFFICIEL

 
Suffering Man's Charity
Alan Cumming | États-Unis | 2007 | 35mm | 92 min | v.o. anglaise

Dans son premier film à titre de réalisateur, Alan Cumming joue également le rôle de John Vandermark, compositeur raté devenu professeur de musique, avec un faible pour les pauvres jeunes hommes aux grandes ambitions. Lorsque le beau dilettante Sebastian St. Germain (David Boreanaz, Buffy the Vampire Slayer) entre dans sa vie, prétendant être un romancier, John tient absolument à lui venir en aide. Il devient toutefois vite amer lorsqu’il se rend compte qu’on abuse de sa bonté. La goutte fait déborder le vase lorsqu’il découvre que toutes les femmes de la ville jouissent des faveurs de Sebastian et qu’il ne reste plus rien pour lui, son hôte si bienveillant. L’idée d’avoir été dupé, l’amertume et la rage qu’il ressent devant son manque de succès et le sentiment d’impuissance qui le tenaille devant son amour inassouvi déclenchent chez lui un goût de violence. Il en résulte un salut comique et malveillant à la dynamique de pouvoir entre prostitué et client. Avec des clins d’œil au Cœur révélateur d’Edgar Allan Poe et le classique des années 1960 de Joseph Losey/Harold Pinter, The Servant, Suffering Man’s Charity est un film élégant, tout en tensions, qui offre du jeu théâtral brillant et savoureux, avec des performances féroces de la part de Boreanaz et de l’inimitable caméléon Cumming. Remarquablement mielleux, Henry Thomas partage l’affiche, alors qu’Anne Heche, Karen Black, Carrie Fisher et Jane Lynch font des apparitions aussi brèves que remarquables.

dimanche 18 nov_21h15 | PGM19 | Imperial
Également dans ce programme : A Bear, Where?


 
© Image + Nation 2007. Tous droits réservés. Design site : ektoplasme.com // Powered by : globalsound.ca