par titre | 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 | par pays | par réalisateur.rice
 
 
 

 
Saturno contro (Saturn in Opposition)
Ferzan Ozpetek | Italie | 2007 | 35mm | 110 min | v.o. italienne | s-t.a_en

Une invitation à dîner chez le magnifique nouveau venu paolo met au jour de vieilles lignes de failles et fissures dans un cercle d’amis en apparence imperturbable. angelica et antonio sont obsédés par l’infidélité, ... [+]

Une invitation à dîner chez le magnifique nouveau venu paolo met au jour de vieilles lignes de failles et fissures dans un cercle d’amis en apparence imperturbable. angelica et antonio sont obsédés par l’infidélité, alors que neval, d’un tempérament vache et tyrannique, critique vigoureusement son docile mari roberto. roberta, quant à elle, de nature hédoniste et nerveuse, est prisonnière de l’accoutumance et de l’astrologie, alors que sergio, cynique et boudeur de nature, se plaît à commenter les interactions de sa famille reconstituée. Imperméable aux tensions montantes, Lorenzo, partenaire enchanteur de Davide, un auteur à succès, rêve que « … les choses restent pour toujours comme elles sont en ce moment ». Ce que Lorenzo ne soupçonne pas, c’est que saturne, planète de l’opposition, viendra menacer la sécurité et la stabilité de son cercle d’amis… Dans Saturno contro, Ferzan Ozpetek retourne en territoire connu en présentant des personnages qui, face à des événements tragiques, tentent de se comprendre les uns les autres et eux-mêmes. Ozpetek fait appel encore une fois à ses comédiens favoris, stefano accorsi, margherita Buy et serra yilmaz, qui donnent vie avec élégance à ce film intimiste et complexe qui n’est pas sans rappeler son magnifique Le Fate ignoranti. Saturno contro milite avec empathie et émotion en faveur de la reconnaissance officielle des partenariats de même sexe, dans une Italie profondément conservatrice. [-]

21 _19h00 | PGM 02 | Imperial

BANDE-ANNONCE

 
Drifting Flowers (Piao Lang Qing Chun)
Zero Chou | Taïwan | 2008 | video | 96 min | v.o. taîwanaise | s-t.a_en

Même si Jing, masseuse et chanteuse d’une grande beauté, file le parfait amour avec son accompagnatrice butch Chalkie/Deigo, sa petite soeur de huit ans, Meigo, menace de détruire cette union en apparence inébranlable. Alors ... [+]

Même si Jing, masseuse et chanteuse d’une grande beauté, file le parfait amour avec son accompagnatrice butch Chalkie/Deigo, sa petite soeur de huit ans, Meigo, menace de détruire cette union en apparence inébranlable. Alors que Lily se débat avec ses souvenirs d’amour et d’abandon, une amie d’enfance surgit du passé, anéantie par une rupture récente. Une célébration risquée inspire une intéressante initiation derrière des fenêtres embuées, tandis qu’une fragile identité s’affirme derrière des seins dissimulés. Drifting Flowers est une trilogie d’histoires reliées entre elles sur le pouvoir infini de l’amour. Dans ce nouveau volet de sa série de six films à thématique gaie, la réalisatrice lesbienne Zero Chou (Spider Lilies) aborde le vieillissement, les identités butch-femme, l’hétérosexisme, le VIH et la violence. Drifting Flowers frôle parfois le déraillement, mais son ambiance à la Dogme 95, son intégrité émotionnelle et sa variété de thèmes maintiennent le film sur la bonne voie. Critiqué parce qu’il encouragerait prétendument les stéréotypes butch-femme, Drifting Flowers refuse résolument d’aseptiser son propos pour satisfaire des auditoires habitués aux images normalisées de séries comme The L-Word. Combinant le style propre au cinéma alternatif et la facture plus commerciale qui caractérise le cinéma taïwanais, cette méditation de Chou sur l’identité sexuelle est peut-être un reflet de la délicate transition politique qu’effectue présentement Taïwan. [-]

21 _19h15 | PGM 03 | J.A. de Seve

SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
Antarctica
Yair Hochner | Israël | 2008 | video | 110 min | v.o. hébreuse | s-t.a_en

Tous les deux gais, Omer et Shirley partagent des inquiétudes qui dépassent de loin leur mère shoshanna (le travelo supernova israélien Yoam Huberman), toujours bien intentionnée mais envahissante, l’exemple parfait de la « mère ... [+]

Tous les deux gais, Omer et Shirley partagent des inquiétudes qui dépassent de loin leur mère shoshanna (le travelo supernova israélien Yoam Huberman), toujours bien intentionnée mais envahissante, l’exemple parfait de la « mère juive infernale par excellence ». À l’approche de la trentaine, Omer veut à tout prix trouver l’amour, et même si Shirley se tape déjà la nana la plus hot de Tel-Aviv, ils ne sont pas pour autant prêts pour la vie casanière. entre-temps, le magnifique Boaz est troublé lorsque deux beaux mecs aux attraits bien différents viennent interrompre ses conquêtes d’une nuit en série. L’ami d’Omer, Miki, un accro des relations éclair, fait la rencontre de l’envoûtant Ronen. que ce soit pure coïncidence ou création intelligente, rien de moins qu’un big bang extraordinaire viendra réorganiser cette galaxie peuplée de magnifiques (c’est le moins qu’on puisse dire) et confuses (légèrement) étoiles filantes des deux sexes ! Réalisé par Yair Hochner, Antarctica poursuit non sans audace la tradition israélienne consistant à présenter des scènes de sexe torrides, réalistes et passionnées, et constitue un gentil hommage queer à Michael Winterbottom et à son film Wonderland. À l’encontre de Good Boys et du controversé succès de l’an dernier, The Bubble, ce film mouvementé porte son regard sur les difficultés de la vie domestique et des relations interpersonnelles. avec une trame sonore propice à l’introspection qui séduira tout autant la dyke secrète que l’emo-boy, Antarctica vous garantit un plaisir automnal qui vous réchauffera le coeur. [-]

21 _21h30 | PGM 04 | Imperial

 
Dolls (Pusinsky)
Karin Babinskà | Republique Tchèque | 2007 | video | 99 min | v.o. tchèque | s-t.a_en

S’ennuyant à mourir dans un camp d’été abrutissant, la très introvertie Iška est secourue par ses deux copines, l’espiègle Karolina et l’indécise vendula. mais leur amitié jadis inébranlable sera mise à rude épreuve sous ... [+]

S’ennuyant à mourir dans un camp d’été abrutissant, la très introvertie Iška est secourue par ses deux copines, l’espiègle Karolina et l’indécise vendula. mais leur amitié jadis inébranlable sera mise à rude épreuve sous les assauts des egos et des désirs adolescents en plein éveil, assaisonnés d’une bonne dose d’alcool et d’hormones. Karolina et vendula s’entredéchirent pour obtenir les faveurs des garçons, courtisant la tragédie. entre-temps, Iška prend conscience de ses désirs lesbiens en dépit de l’étroite surveillance de vojta, sa peste de petit frère. Dolls est en quelque sorte une version plus imprévisible, plus mordante et, surtout, plus charnelle de Quatre filles et un jean. Premier film rempli d’audace et à la fois drôle et sombre de la réalisatrice tchèque Karin Babinská, Dolls est un bon exemple de la vibrante filmographie gaie qui émerge actuellement en Europe de l’Est. Son style calme et confiant ainsi que les performances étonnantes des jeunes actrices insufflent une vie nouvelle au genre maintes fois parcouru du road-movie. Une exploration explicite et sans compromis de l’univers des adolescents. [-]

21 _21h30 | PGM 05 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : I Heart Veronica Martin


 
I Heart Veronica Martin
Sarah Howard | États-Unis | 2007 | video | 19 min | v.o. anglaise

Ostracisée à l’école, Darby se lie d’amitié avec veronica, une meneuse de claques fort populaire issue d’une bonne famille. ... [+]

Ostracisée à l’école, Darby se lie d’amitié avec veronica, une meneuse de claques fort populaire issue d’une bonne famille. [-]

21 _21h30 | PGM 05 | J.A. de Seve
Également dans ce programme : Dolls (Pusinsky)