par titre | 28 29 30 31 01 02 03 04 05 06 07 | par pays | par réalisateur.rice
 
 
 

SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
Little Ashes
Paul Morrison | Espagne | 2009 | | 112 min | v.o.anglais

Avec son style exhibitionniste, Salvador Dali (Robert Pattinson, vedette de Twilight Saga, idole des ados) évolue au cœur d’un épicentre contre-révolutionnaire et artistique, sous l’emprise de l’hypnotisant cinéaste Luis Buñuel ... [+]

Avec son style exhibitionniste, Salvador Dali (Robert Pattinson, vedette de Twilight Saga, idole des ados) évolue au cœur d’un épicentre contre-révolutionnaire et artistique, sous l’emprise de l’hypnotisant cinéaste Luis Buñuel (Matthew McNulty) et de Federico Garcia Lorca (Javier Beltran). Dans des virées en boîtes de nuit avec la Garde républicaine, Lorca allume la passion chez Dali et l’envie chez Buñuel (au désir latent?) qui, furieux, s’enfuit à Paris. Lorca passe l’été à Cadaqués, village natal de Dali; une grande amitié se transforme alors en véritable amour. Dali, dépassé par les attentions de Lorca, part à son tour pour Paris où il succombera à l’influence de Buñuel... Dans son interprétation de Dali, avant-gardiste et poseur, Pattinson manifeste une profondeur qui n’est pas sans rappeler Johnny Depp, en contrepoint à Beltran qui incarne un courageux et charismatique Lorca. Marina Gatell brille dans le rôle d’Alexandra, fervente de politique et amie de Lorca. Le scénario poétique de Philippa Goslett rend habilement compte du passage de l’innocence à l’expérience, tout en évitant les écueils du cliché. La caméra impressionniste d’Adam Suschitzky, son incorporation inventive de séquences d’archives et son utilisation de styles cinématographiques d’époque propulsent cette biographie du prodige gallois Paul Morrison. [-]

31 _13h30 | PGM 19 | Theatre Hall Concordia


SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
Amorous, Antiquated, Audacious (Verliebt verzopft verwegen)
Katharina Lampert & Cordula Thym | Autriche | 0000 | | 64 min | v.o. allemande | s.-t.a_en

Un dynamique trio de lesbiennes d’âge mûr dépoussière les idées fausses et déboulonne les mythes à propos de leurs vies et de leurs amours dans l’Autriche des années 1950 et ... [+]

Un dynamique trio de lesbiennes d’âge mûr dépoussière les idées fausses et déboulonne les mythes à propos de leurs vies et de leurs amours dans l’Autriche des années 1950 et 1960. À mesure que Rosmarin Frauendorfer, Ursula Hacker et Birgit Meinhard-Schiebel prennent conscience de qui elles sont, leur identité prend forme, lentement mais sûrement, dans le contexte mouvementé de l’après-guerre. Elles racontent comment les gais et les lesbiennes s’apportaient un soutien mutuel en contractant des mariages (passeport garanti vers la respectabilité) de convenance et comment ils partageaient un espace social qui assurait leur protection mutuelle. Ce faisant, elles chassent nos notions erronées au sujet de cette période et révèlent des vies tout aussi riches et remplies que le sont les nôtres aujourd’hui, Facebook et Twitter en moins. Avec ce film fascinant et instructif, les divas du documentaire Katharina Lampert et Cordula Thym créent une rare occasion de dialogue et d’échange entre les générations. Elles font sortir de l’ombre ces femmes dans la soixantaine, actives et séduisantes, que l’histoire avait oubliées, et découvrent avec plaisir qu’elles ont beaucoup de choses en commun avec nous. Projet remarquable qui n’est pas sans rappeler Katzenball de Veronika Minder, Amorous, Antiquated, Audacious est un documentaire de tout premier ordre! [-]

31 _14h00 | PGM 20 | Goethe-Institut


 
Guf.Bait.Body
Emil Ray & Ronny Almog | Israël | 2009 | | 4 min | v.o. anglaise & hébreuse | s.-t.a_en

Démarche exploratrice visant à nommer et à s’approprier le corps transgenre. ... [+]

Démarche exploratrice visant à nommer et à s’approprier le corps transgenre. [-]

31 _15h30 | PGM 21 | Goethe-Institut
Également dans ce programme : Open



SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
Open
Jake Yuzna | États-Unis | 2009 | | 90 min | v.o.anglais

Avec leurs dents en or et leurs fringues gothiques, Gen (Tempest Crane) et Jaye (Jendeen Forberg, batteuse du groupe All The Pretty Horses) forment un couple qui ne passe pas ... [+]

Avec leurs dents en or et leurs fringues gothiques, Gen (Tempest Crane) et Jaye (Jendeen Forberg, batteuse du groupe All The Pretty Horses) forment un couple qui ne passe pas inaperçu. Synthia (Gaea Gaddy), leur infirmière, est fascinée par les innombrables chirurgies qu’elles subissent pour se ressembler de plus en plus et trouve cela incroyablement romantique. Synthia et Jaye prennent la route ensemble quand une urgence appelle Gen au bercail familial. Entre-temps, Nick (Daniel Luedtke) épie l’affectueux transgenre Syd (Morty Diamond, lauréat du prix d’interprétation au festival Newfest) de l’autre côté de la piste de danse d’un bar de quartier. Synthia tombe amoureuse et Nick fait sans le savoir un enfant à Syd dans cette méditation inusitée sur la solitude, le désir et, finalement, l’amour. Ce premier film de Jake Yuzna a valu aux États-Unis leur premier Teddy, le très convoité Prix du jury à la Berlinale 2010. Quelques petites faiblesses dans le scénario sont vite oubliées grâce à un cadrage exquis, à des images frappantes et à l’étonnante bande sonore électro-punk du duo Adult, de Detroit. Un film unique sur les périples que nous devons parfois entreprendre, sans pour autant réellement quitter la maison. [-]

31 _15h30 | PGM 21 | Goethe-Institut
Également dans ce programme : Guf.Bait.Body




SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
You Choose (Tú Eliges)
Antonia San Juan | Espagne | 2010 | | 88 min | v.o. espagnole | s.-t.a_en

Inés (Neus Asensi), lesbienne divorcée dans la cinquantaine, arrive toujours à convaincre sa collègue Yoya (Helena Castañeda), pas encore sortie du placard, de l’accompagner à des rendez-vous galants à quatre ... [+]

Inés (Neus Asensi), lesbienne divorcée dans la cinquantaine, arrive toujours à convaincre sa collègue Yoya (Helena Castañeda), pas encore sortie du placard, de l’accompagner à des rendez-vous galants à quatre qui ne mènent jamais nulle part. L’ex-mari d’Inès, le fortuné Conrado (Andrés Lima), habite maintenant avec une jeune chanteuse pop du nom de Victoria (la superstar du hip-hop Mala Rodríguez, que l’on a pu voir dans Y tu mamá también). Entre-temps, son frère Flavio (Luis Miguel Seguí), un contreténor de talent qui a peur de s’engager, se morfond dans un cabaret miteux où il se produit tous les soirs en compagnie de son petit ami malentendant. Rosa (Antonia San Juan, Todo sobre mi madre), sa mère richissime avec qui il s’est brouillé, partage des conseils de feng-shui avec le comédien et humoriste gai Carlos (Félix Navarro), dont les monologues inspirés des diatribes de sa sœur aigrie lui valent le succès. Dans ce premier et ambitieux long métrage de la comédienne et réalisatrice transsexuelle Antonia San Juan, des rencontres occasionnelles prennent sans qu’on s’y attende une signification plus profonde et une plus grande ampleur. Si, au début, on pourrait se croire en présence d’une autre comédie mélodramatique loufoque à la Almodovar, le film adopte par la suite un ton plus sérieux et propose une réflexion remplie de compassion sur l’hypocrisie, le sexisme et le besoin de réconciliation et de rédemption. Avec ses personnages forts et bien campés, You Choose célèbre comme on le voit rarement l’amitié entre gais et lesbiennes et constitue une œuvre fort réussie sur nos rendez-vous inattendus avec le destin. [-]

31 _15h45 | PGM 22 | Theatre Hall Concordia


SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
La bisexualité : tout un art? (The Bisexual Revolution)
Laure Michel & Eric Wastiaux | France | 2010 | | 61 min | v.o.français & anglais

Coréalisé et coécrit par Laure Michel et Eric Wastiaux, La bisexualité : tout un art? a déclenché une avalanche de discussions en France. Mélange de séquences d’archives, d’extraits de films ... [+]

Coréalisé et coécrit par Laure Michel et Eric Wastiaux, La bisexualité : tout un art? a déclenché une avalanche de discussions en France. Mélange de séquences d’archives, d’extraits de films et d’entrevues avec des vedettes, des intellectuels et des artistes internationaux – entre autres, la célèbre psychologue bisexuelle Regina Reinhardt, la sommité de l’Université Laval Michel Dorais, le couturier allemand Wolfgang Joop et la sensation pop Yelle –, le film s’emploie à démonter la polarisation hétéro/homo. Souvent éclairant et toujours divertissant avec son montage tantôt désinvolte, tantôt ironique, le film examine les différentes attitudes qui prévalent à l’égard des femmes et des hommes bisexuels. Quelle que soit leur allégeance sexuelle, les spectateurs et spectatrices apprécieront l’entrevue avec le réalisateur militant John Cameron Mitchell (Hedwig and the Angry Inch, Shortbus), ainsi que les références cinématographiques à Brokeback Mountain et à La confusion des genres. Documentaire sur le B dans LGBT, La bisexualité : tout un art? brosse un portrait fascinant et rythmé d’une orientation sexuelle qui est souvent tournée en dérision et qui fait encore l’objet d’une réelle incompréhension de la part de gens qui devraient avoir un meilleur jugement. Le film laisse toutefois entrevoir un avenir prometteur et nous invite à devenir plus fluides et plus ouverts d’esprit que nous pensons l’être. [-]

31 _18h00 | PGM 23 | Goethe-Institut


SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
Amphetamine
Scud | Honk-Kong | 2010 | | 97 min | v.o. cantonaise | s.-t.a_en

Désir, souvenirs et dépendance. Le prolifique réalisateur Scud, de Hong Kong (Permanent Resident, City Without Baseball), aborde ces thèmes puissants dans une histoire sombre et élégante qui raconte la relation ... [+]

Désir, souvenirs et dépendance. Le prolifique réalisateur Scud, de Hong Kong (Permanent Resident, City Without Baseball), aborde ces thèmes puissants dans une histoire sombre et élégante qui raconte la relation entre Kafka, maître-nageur pauvre, et Daniel, directeur financier bien nanti. La nuit de leur rencontre, Kafka vient de rompre avec sa petite amie, et Daniel se demande s’il doit quitter Hong Kong. Cumulant depuis quelque temps déjà différents petits boulots pour subvenir aux besoins de sa mère malade, le beau Kafka se laisse entraîner dans une aventure tumultueuse avec Daniel par solitude et par désespoir. De somptueuses et lancinantes images aux accents oniriques évoquent avec éloquence la détresse de ce personnage qui, après avoir réussi tant bien que mal à établir un lien significatif avec l’autre et goûté aux vertiges de l’amour inconditionnel, cède devant la puissance dévastatrice des traumatismes enfouis. Tandis que Kafka et Daniel brisent les barrières que leur classe sociale et leur orientation sexuelle avaient érigées entre eux, la dépendance de Kafka aux amphétamines les sépare irrémédiablement. Surnommé l’enfant terrible du cinéma de Hong Kong pour ses représentations sans fard de l’amour homosexuel et de la toxicomanie, Scud nous livre ici un percutant deuxième volet de sa trilogie sur les limites de la passion, de la vie et de l’art. [-]

31 _18h30 | PGM 24 | Theatre Hall Concordia


SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
Taxi Zum Klo
Frank Ripploh | Allemagne | 1980 | | 90 min | v.o. allemande | s-t.a_en

Qu’il corrige les travaux de ses étudiants dans les urinoirs publics ou qu’il gribouille dans le cahier d’un élève le numéro de téléphone d’un jeune mécanicien, Frank (Ripploh lui-même) mène ... [+]

Qu’il corrige les travaux de ses étudiants dans les urinoirs publics ou qu’il gribouille dans le cahier d’un élève le numéro de téléphone d’un jeune mécanicien, Frank (Ripploh lui-même) mène une existence divisée, comme l’est l’Allemagne par le mur de Berlin. Instituteur au primaire le jour et habitué des saunas la nuit, il navigue d’une aventure à l’autre, jusqu’à ce qu’il rencontre l’adorable Bernd (Bernd Broaderup, son partenaire dans la vie) et en devienne amoureux. Mais Bernd le casanier tolérera-t-il les expériences multiformes de Frank? Et Frank pourra-t-il changer? Il faudra attendre le bal annuel des Queens pour le savoir. Dans ce récit en partie autobiographique campé dans l’Allemagne d’avant la réunification, le réalisateur-scénariste Ripploh montre sa vie sans fausse pudeur, tout comme il donne à voir intégralement divers actes sexuels. Ripploh insère également des extraits de films pornos d’une autre époque dans ce portrait cru (parfois anal) de son milieu, où il se moque de l’éthique et de la sensibilité de ses contemporains. Classique rétro dans la veine de Johan, de Philippe Valois, Taxi Zum Klo est une célébration débridée de la promiscuité d’avant le sida qui propose un point de vue hilarant, impénitent et non sentimental sur les années quatre-vingt. Il nous est présenté ici en version remastérisée. [-]

31 _20h00 | PGM 25 | Goethe-Institut


SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
Is it Just Me?
J.C. Calciano | États-Unis | 2010 | | 93 min | v.o.anglais

Gentil mais plutôt quelconque, Blaine est un jeune homme gai en quête d’amour à West Hollywood. Chroniqueur pour un magazine gai, il observe avec ironie : « Avoir un look ... [+]

Gentil mais plutôt quelconque, Blaine est un jeune homme gai en quête d’amour à West Hollywood. Chroniqueur pour un magazine gai, il observe avec ironie : « Avoir un look ordinaire dans un monde de perfection physique est le pire purgatoire gai qui puisse exister. » Frustré par ses échecs constants dans ses tentatives pour rencontrer l’homme de sa vie, Blaine trouve, sur un site de rencontres, un gars qui pourrait être l’élu : Xander, charmeur humble et bien roulé récemment déménagé à Los Angeles. La chimie virtuelle entre les deux hommes explose rapidement et ils délaissent bientôt le clavier pour une séance de sexe téléphonique torride, après quoi ils décident de se rencontrer en personne. Le hic, c’est que Blaine a utilisé le profil en ligne de son musclé colocataire danseur à go-go pour séduire sa nouvelle flamme. Comme dans Cyrano de Bergerac, Blaine persuade son coloc de se faire passer pour lui pour cette rencontre, dans l’espoir de conquérir plus tard Xander grâce à son esprit et son charme. L’esprit de Blaine ou les muscles de Cameron : lequel des deux emportera le cœur de Xander? Ce premier long métrage du réalisateur J.C. Calciano est une comédie romantique qui fait chaud au cœur. [-]

31 _20h30 | PGM 26 | Theatre Hall Concordia