par titre | 26 27 28 29 30 31 01 02 03 04 05 06 | par pays | par réalisateur.rice
 
 
 

SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
Christopher and His Kind
Geoffrey Sax | Royaume-Uni | 2011 | | 90 min | v.o. anglaise

Adapté de l’autobiographie de Christopher Isherwood, dans laquelle le célèbre écrivain gai raconte ses années berlinoises, Christopher and His Kind ravira les admirateurs du Cabaret de Bob Fosse. Même histoire, ... [+]

Adapté de l’autobiographie de Christopher Isherwood, dans laquelle le célèbre écrivain gai raconte ses années berlinoises, Christopher and His Kind ravira les admirateurs du Cabaret de Bob Fosse. Même histoire, même ambiance, mêmes personnages mais plus fidèle à l’original, sans la censure hollywoodienne : moins de chansons et plus d’hommes entre eux! En 1931, un jeune Britannique propre sur lui débarque à Berlin, ville de tous les possibles, y compris sexuels, et de tous les excès, y compris celui du nazisme. Il y apprend la vie aux côtés de Casper, superbe athlète aryen au sang chaud, de Heinz, garçon perdu, beau comme un cœur, de Gerald, amateur d’amants dangereux, et de Jean, vamp des bas-fonds, « divinement décadente », qui deviendra, sous la plume d’Isherwood, la Sally Bowles immortalisée par Liza Minnelli. Malgré sa facture traditionnelle – production de la BBC oblige –, ce film impeccable traduit à merveille le sens du détail et la mélancolie élégante qui font d’Isherwood un témoin-clé de cette époque fascinante et troublée. [-]

mercredi 2 nov_17h00 | PGM 39 | Theatre Hall Concordia


SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
The Cost of Love
Carl Medland | Royaume-Uni | 2011 | | 90 min | v.o. anglaise

Ah, l’amour! L’absolu, l’impossible, le terrible, l’éternel amour et le prix qu’il faut payer pour y rêver ou le connaître. Sous ce titre digne d’un roman Harlequin se cache un ... [+]

Ah, l’amour! L’absolu, l’impossible, le terrible, l’éternel amour et le prix qu’il faut payer pour y rêver ou le connaître. Sous ce titre digne d’un roman Harlequin se cache un film qui ne ressemble à aucun autre. À Londres, Dale, escorte de luxe, est amoureux de son ami d’enfance qui lui demande d’être témoin à son mariage – n’ayons pas peur des clichés. Son meilleur ami est un travesti flamboyant qui n’a pas la langue dans sa poche et qui vit avec sa mère alcoolique – n’ayons pas peur des clichés, prise deux! Dale saura-t-il prendre sa vie en main et faire face à son destin? Et parviendra-t-il à trouver le grand amour ailleurs que dans un sauna? Toute l’originalité de cette tragicomédie bien de son temps, oscillant entre provocation et romantisme fleur bleue, tient dans le jeu auquel le cinéaste joue avec le spectateur. De l’ouverture du film à sa conclusion, on ne sait jamais si ce que l’on voit est réel, fantasmé ou inventé. Une façon comme une autre de dire que l’amour, tout comme le cinéma, existe d’abord et avant tout dans l’œil de celui qui regarde! [-]

mercredi 2 nov_19h00 | PGM 40 | Theatre Hall Concordia
Également dans ce programme : I’m in the Mood for Love



SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
I’m in the Mood for Love
Jason Karman | Canada | 2010 | | 7 min | v.o. anglaise

Un adorable jeune homme à l’âme romantique tente de gagner le cœur de son homme en ayant recours au chant et à la danse. ... [+]

Un adorable jeune homme à l’âme romantique tente de gagner le cœur de son homme en ayant recours au chant et à la danse. [-]

mercredi 2 nov_19h00 | PGM 40 | Theatre Hall Concordia
Également dans ce programme : The Cost of Love




SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
Walking Towards (Camminando Verso)
Roberto Cuzzillo | Italie | 2010 | | 75 min | v.o. italienne | s.-t.a.

À première vue, rien ne semble unir Antonia et Emina, hormis l’appartement qu’elles partagent et où elles ne se croisent que rarement. Tandis qu’Antonia enchaîne les sorties dans les clubs ... [+]

À première vue, rien ne semble unir Antonia et Emina, hormis l’appartement qu’elles partagent et où elles ne se croisent que rarement. Tandis qu’Antonia enchaîne les sorties dans les clubs pour oublier sa copine, qui habite New York, Emina, une Bosnienne musulmane, s’isole, malheureuse, dans un job de nuit sans avenir. Mais lorsque le besoin de promiscuité d’Antonia l’amène à se rapprocher de sa colocataire, un amour fragile voit le jour. Walking Towards est né, aux dires du réalisateur, de plusieurs séjours en Bosnie, au contact d’êtres profondément touchés par la guerre. Aussi le film illustre-t-il parfaitement les répercussions des conflits mondiaux dans les relations interpersonnelles. Mais plus encore, le long métrage excelle à nous faire ressentir l’oppression lancinante que doit vaincre Emina pour aller de l’avant et aimer de nouveau. Palpable dès les premiers plans, cette tension est portée à son comble le jour où Antonia invite à l’appartement Neso, un Bosnien serbe, sans savoir que Serbes et musulmans étaient ennemis jurés dans la guerre civile qui a déchiré la Serbie. Dans une Rome moderne, glauque et populeuse, Walking Towards brosse l’inoubliable portrait d’un être profondément aliéné par ses souvenirs, ainsi que de deux femmes cherchant à s’aimer en dépit de l’abîme qui les sépare. [-]

mercredi 2 nov_19h00 | PGM 41 | Goethe-Institut


SITE OFFICIEL
BANDE-ANNONCE

 
Quelques jours de répit (A Few Days of Respite)
Amor Hakkar | Algérie/France | 2010 | | 80 min | v.o. française | s.-t.a.

Entrés clandestinement en France après avoir quitté l’Iran, Hassan (Samir Guesmi), jeune photographe et Moshen (l’auteur-réalisateur Amor Hakkar), professeur de français plus âgé, ont perdu presque toutes leurs illusions depuis ... [+]

Entrés clandestinement en France après avoir quitté l’Iran, Hassan (Samir Guesmi), jeune photographe et Moshen (l’auteur-réalisateur Amor Hakkar), professeur de français plus âgé, ont perdu presque toutes leurs illusions depuis que Moshen a révélé qu’à Téhéran, si le train n’était pas parti en retard, il n’aurait pas attendu Hassan. En cours de route vers Paris, ils rencontrent Yolande (Marina Vlady), femme d’un certain âge. Seule et en mal d’amour, elle se lie d’amitié avec Moshen et lui propose du travail – repeindre son salon d’une couleur plus vive. Hassan, qui se sent anxieux et menacé alors qu’il observe le rapprochement entre Moshen et Yolande en prenant ses distances, se sent désespéré lorsque Yolande propose une solution permanente au problème de Moshen. Coincé entre sa passion persistante pour Hassan et une liberté inespérée, Moshen envisage l’impensable... La mise en scène discrète du réalisateur primé Hakkar, qui évite de verser dans le sentimentalisme grâce à un scénario économique, parvient à tirer des prestations tout en finesse de ses acteurs chevronnés. Les expressions et les gestes traduisent efficacement l’essence des personnages tout en faisant subtilement allusion à leur passé. La caméra patiente et persistante de Nicolas Roche nous permet de nous mettre à leur place. Histoire d’amour envoûtante, Quelques jours de répit offre une réflexion sur le sens de la liberté et de l’amour – et sur leur caractère inséparable. [-]

mercredi 2 nov_21h00 | PGM 42 | Theatre Hall Concordia


SITE OFFICIEL

 
Vito
Jeffrey Schwarz | États-Unis | 2011 | | 93 min | v.o. anglaise

Ce tendre hommage rendu à l’auteur de The Celluloid Closet est l’un des films les plus touchants de cette édition du festival, voire des dernières années. Vito nous ramène aux ... [+]

Ce tendre hommage rendu à l’auteur de The Celluloid Closet est l’un des films les plus touchants de cette édition du festival, voire des dernières années. Vito nous ramène aux débuts du regretté activiste Vito Russo, quand il était un tout jeune homme efféminé et confus vivant dans un quartier italien conservateur du New Jersey. Le documentaire comprend de nombreux et fascinants documents d’archives où Russo parle de son évolution comme activiste ou de son souvenir d’avoir observé de loin les émeutes de Stonewall et de ne pas s’être mouillé – chose qu’il a regrettée par la suite. Cette hésitation à s’exprimer a été évidemment de courte durée, puisque Russo est devenu l’une des voix les plus éloquentes du mouvement américain de libération gaie. Russo est connu pour son plaidoyer en faveur d’images plus positives des gais et des lesbiennes à l’écran, dans son livre The Celluloid Closet, et comme cofondateur d’ACT UP (AIDS Coalition to Unleash Power), et ce film explore les détails complexes de la vie de cet être attachant. À la manière du documentaire oscarisé The Times of Harvey Milk, Vito donne l’impression que nous avons connu cet ardent défenseur des laissés-pour-compte. Sortez vos mouchoirs. [-]

mercredi 2 nov_21h00 | PGM 43 | Goethe-Institut